Alex Zverev a enchaîné deux victoires et c’est déjà une bonne nouvelle pour lui. Face à deux terriens difficiles à manœuvrer, il doit sûrement en retirer plein de confiance. Mais cela ne doit masquer certaines réalités.

Au premier tour face à Jarry, Zverev a été très en dedans, timide, pris par l’enjeu et le devoir de gagner. Il a ainsi laissé Jarry faire le jeu. Le Chilien en confiance après son titre à Bastad a envoyé dans tous les sens mais surtout dehors : 16 coups gagnants pour 29 fautes directes. Un déficit qui a permis à Zverev de convertir 4 balles de break sur 6 obtenues et surtout d’en sauver 4 sur les 5 concédées sur son service. Jarry a très mal géré ces points clés. Zverev s’impose 6-4-6-2 mais avec 60% de premières balles et 48% de points sur ses secondes balles, seulement 10 coups gagnants (dont 5 aces !!!) pour 16 fautes directes. Rien de bien emballant sur le plan du jeu et des statistiques.

Au deuxième tour, il affrontait Delbonis. On a senti un changement tactique cette fois. L’Argentin étant moins entreprenant, Zverev a profité de cette attentisme pour être plus agressif mais il a eu encore beaucoup de déchets : 27 coups gagnants (dont 6 aces) pour 33 fautes directes principalement en coup droit (18). Il s’impose difficilement 6-4/7-6 avec 8 balles de break à sauver sur son ace (2 converties par Delbonis).

Au 3eme tour, se profile un match très compliqué face à Krajinovic qui mixe les qualités de Delbonis et de Jarry. Le Serbe est très agressif du fond du court avec succès. Klizan en a fait les frais malgré un bon match : 43 coups gagnants pour 30 fautes directes. Le revers de Krajinovic est bien en place et il peut s’offrir des points avec sa première balle même si Zverev défend très bien.

Krajinovic est en confiance et aura sûrement en tête ses matches face à Tsitsipas à Roland Garros ou face à Berrettini à Budapest. Deux matches qu’il a perdu mais en proposant un très beau tennis. Il en faudrait peu pour qu’il arrive à faire douter Zverev encore en rodage dans sa qualité de jeu.