Depuis les années 2000, il n'y avait eu que deux joueurs issus des qualifications au stade des quarts de finale à Washington. Deux Indiens : Yuki Bhambri en 2017 et Somdev Devvarman en 2008.

Mais jamais un lucky loser n'avait atteint les quarts dans la capitale américaine. Encore moins deux lucky losers lors de la même édition.

Et bien Peter Gojowczyk et Norbert Gombos ont réussi cet exploit. Battus tous les deux en qualifications par Donald Young et Tim Smyczek, ils ont été repêchés en raison des forfaits de Bernard Tomic et Kevin Anderson.

L'Allemand était en perdition cette saison avec seulement 6 victoires pour 15 défaites. Il était retombé à la 122ème place mondiale. Mais d'un coup d'un seul, Gojowczyk s'est offert le finaliste d'Hambourg (Rublev), le vainqueur d'Atlanta (De Minaur) et Milos Raonic, 20ème mondial.

En battant le Canadien, Gojowczyk s'est d'ailleurs offert sa première victoire en carrière face à un top 20 après 4 échecs. Il a profité surtout d'une nouvelle blessure au dos de Raonic, handicapé pour servir (seulement 7 aces), pour se déplacer et envoyer ses coups droits. L'Allemand a lui fait le match parfait comme au tour précédent face à De Minaur. Et comme en 2018 à Delray Beach où il avait été la sensation du tournoi en éliminant coup sur coup Isner, Opelka et Johnson pour perdre en finale contre Tiafoe.

Il retrouvera en quarts de finale Kyle Edmund qui a déjà battu deux fois l'Allemand mais dans la difficulté à chaque fois, en 3 sets, à Atlanta et à Pekin.

L'autre sensation du jour nous vient de Slovaquie. Norbert Gombos, 137ème mondial s'est offert le scalp de Mannarino et de Kecmanovic en montrant un niveau de jeu inouï. Jamais le Slovaque n'avait aussi bien joué dans sa carrière. Comme quoi, offrir une deuxième chance à quelqu'un peut décupler les forces mentales et physiques. Le Serbe avait pourtant remporté le premier set 6-1 mais il s'est totalement fait renversé par Gombos au bout du tie-break décisif (1-6/6-3/7-6).

Gombos va affronter en quarts de finale Nick Kyrgios.