Denis Shapovalov vit une saison très compliquée. Depuis sa demi-finale à Miami, le Canadien n'a gagné que 2 matches pour 9 défaites. Il est malgré tout encore 32ème mondial mais il a beaucoup de points à défendre à Montréal, Cincinnati et à l'US Open. Une réaction immédiate est donc attendue. Il est opposé au Français Pierre-Hugues Herbert qui lui aussi vit des dernières semaines compliquées avec trois défaites au premier tour à Wimbledon, Atlanta et Washington. Ce n'est pas un premier tour évident pour chacun des deux joueurs. Shapovalov est le favori de ce match. Pour notre consultant Florent Serra, Pierre-Hugues Herbert a les armes pour battre le Canadien mais devant son public, Shapovalov pourrait trouver les ressources nécessaires pour retrouver le chemin du succès.
C'est l'oeil du pro !

"Shapovalov m'a un peu déçu par rapport à sa progression depuis sa demi-finale à Montréal en 2017. Je n'ai pas vu de progrès depuis deux ans. Je vois toujours un joueur spectaculaire dans son jeu très agréable à voir jouer, comme Herbert, avec un jeu d'attaque qui leur permet de taper des coups gagnants du fond du court dans n'importe quelle position. Je vois en Shapovalov une ressemblance dans le style de jeu avec des joueurs comme Henman, Feliciano, Mahut ou Stepanek, c'est-à-dire un beau jeu à plat avec des montées au filet. Mais je m'attendais à mieux pour lui."

"Alors il est encore très jeune, il a seulement 20 ans. Mais il n'a pas toujours pas appris à temporiser. Alors il est capable de percer dans un tableau comme à Miami où il perd en demi-finale face à Federer, il est aussi capable de battre des joueurs comme Cilic, Tsitsipas, Wawrinka, Fognini ou encore Medvedev mais ce sont des coups d'éclat d'un jour. Il n'est pas capable d'être régulier dans ses performances. En Grand Chelem dans un format en 5 sets, je suis sceptique sur sa capacité à briller. C'est déjà plus facile pour lui dans les formats en 2 sets gagnants parce que physiquement je le trouve encore frêle. Et surtout il a des passages où il ne met pas une balle sur le court."

"Du côté de Herbert, j'aime bien aussi son jeu. Je le connais bien Pierre-Hugues, j'étais parrain du pole espoir de Strasbourg. Je l'avais rencontré avec son papa en 2006. J'ai continué à le suivre sur les tournois challenger. Il privilégiait le travail dans le toucher de balle et les déplacements. Une fois je l'ai même vu s'entraîner pieds nus pendant 10 minutes à la fin d'un match pour développer ses sensations sous le pied. Sur le circuit, il a d'abord commencé à briller en double mais avec son jeu d'attaque, ce n'était qu'une question de temps pour qu'il s'impose en simple sur dur d'abord. Je trouve qu'il fait une belle carrière en simple et qu'il a vraiment progressé ces derniers mois. On a commencé à voir qu'il s'adaptait aussi à la terre battue avec des victoires cette saison sur Verdasco, Nishikori, Medvedev et Chardy. Lui aussi fonctionne à la confiance."

"Avec son jeu en service volée, quand il est bien physiquement, quand il anticipe bien les trajectoires, quand il va vite faire l'avant, il est beaucoup plus efficace. Quand il est dans le doute, il se crispe sur son service, il fait des doubles fautes, il tente des aces sur les secondes balles. Lui aussi est assez irrégulier. Quand son adversaire arrive à le retourner et à le bloquer, après en fond du court, il perd confiance, déjoue et se précipite."

"Il y a une belle opposition entre les deux. Herbert est quasiment à son meilleur classement en carrière (40ème) mais il joue moins bien depuis 6 semaines. De son côté, Shapovalov est en perdition depuis le mois de mars mais le match se joue au Canada. C'est un facteur clé à prendre en compte. C'est un tournoi où les Canadiens aiment briller. Avant Shapovalov en 2017, je me souviens de Pospisil qui avait atteint la demi-finale en 2013 et il avait failli battre Raonic d'ailleurs ce jour-là. C'est un tournoi où Shapovalov peut se transcender. L'aspect mental est important : comment Pierre-Hugues va aborder ce match face à un joueur qui joue à domicile, porté par le public, avec un jeu très spectaculaire et qui peut hausser son niveau de jeu. Shapovalov devrait avoir envie de montrer que son parcours en 2017 n'était pas un coup de chance mais le fruit d'un vrai talent. Il va vouloir rééditer une telle performance."

"Dans le jeu, les deux joueurs n'aiment pas trop défendre mais adore attaquer. Celui qui arrivera le mieux à faire subir ses coups à son adversaire, à l'amener en défense dans des zones d'inconfort, ce joueur-là aura le plus de chance de gagner. Je vois bien un petit tie-break dans le premier set, un match qui peut partir en 3 sets avec encore un tie-break dans le 3ème set. Si les deux joueurs servent bien, ils seront difficiles à breaker et on peut avoir un jeu très offensif du fond du court et un match décousu avec beaucoup de fautes directes. Il faudra que les deux joueurs amènent l'autre à tirer des passings compliqués, à mieux varier le jeu, à ne pas se précipiter, à attendre la bonne balle pour envoyer le coup de fusil."

"Même s'il est en méforme, je mets quand même Shapovalov très légèrement favori. Une victoire 2 sets à 1. Il a le jeu pour enflammer le public. Il faudra qu'il soit capable de slicer en revers pour temporiser et varier son jeu. Un jeu à outrance sans une réflexion tactique cohérente n'amène à rien sur le long terme. Pierre-Hugues a très bien su progresser sur ce plan tactique. Il est beaucoup patient désormais et cela s'est vu dans ses résultats. Mais aujourd'hui, il aura un joueur avec un style de jeu très difficile à manoeuvrer, surtout avec l'appui du public."

Petite statistique : Herbert a gagné 9 de ses 11 derniers matches face aux gauchers...