Rodolphe Gilbert a encore été impressionné par le talent de l'Australien à Washington qui a disposé de Tsitsipas et Medvedev, deux joueurs de la nouvelle génération très difficiles à manoeuvrer, deux joueurs du top 10.
Cela porte le bilan cette saison sur dur pour Kyrgios à 5 victoires en 5 matches face au top 10 et 5 victoires en 7 matches face au top 20.
Va-t-il réussir à enchaîner cette semaine à Montréal ?

"J'aime Kyrgios. Je n'aime pas certaines choses et certains comportements parfois mais j'aime ce qu'il est capable de faire sur le terrain en tant que joueur. C'est le plus fort de tous derrière Djokovic, Nadal et Federer. Pour moi il devrait être numéro 4 mondial. Et encore il a montré face à eux qu'il pouvait rivaliser avec 6 victoires pour 7 défaites. Que ce joueur-là soit au-delà de la 30ème place mondial est indigne de son talent."

"Alors bien sûr quand il se comporte mal sur le court ou en dehors et qu'il fait toutes ses déclarations sur les réseaux sociaux sur les autres joueurs comme Kukushkin, Carreno ou Ruud, je déteste ça. En revanche, être capable d'aller demander à un spectateur où il veut qu'il serve sur sa balle de match, c'est un truc pour moi qui n'a rien de dégradant. Je pense que 99 joueurs sur 100 seraient bien incapables, moi y compris, de faire ça."

"Il a un détachement incroyable. Il est capable de servir une seconde balle à 218km/h parce qu'il trouvait que son premier service n'était pas bon. Qui peut faire ça ? Pour moi, ce n'est pas une faiblesse, c'est plutôt une force. On parle beaucoup de lui en ce moment mais il a toujours été comme ça. J'ai notamment un match en tête face à Djokovic à Indian Wells en 2017 où dans le tie-break du deuxième set à 4-3, il sert une seconde balle à 210km/h. Contre Djokovic. Tu dis "waouh" ! Comment est-il capable de tenter ça ? Il a un service qui est phénoménal mais il n'a pas que ça. Il sait tout faire ce joueur. Il est capable d'accélérer la balle en coup droit et en revers, de faire des revers coupés, des amorties, monter au filet mais aussi pour le fun des tweeners et des services à la cuillère."

"Je ne vois pas en quoi son jeu est dégradant ou irrespectueux pour l'adversaire. Ce qui me choque en revanche c'est lorsqu'il quitte le court à Rome en plein match, prend ses affaires et se barre... En temps que joueur professionnel, ça me choque."

"Je pense qu'il est capable de se remettre dans le bain aujourd'hui face à Edmund mais c'est toujours la difficulté avec lui : comment savoir dans quelles dispositions il va entrer sur le court ? En face, Edmund est sérieux. J'aime bien l'attitude du Britannique sur le court. C'est un bon joueur qui va tout faire pour évidemment gagner mais Kyrgios est intrinsèquement plus fort. On est sûr que Edmund sera motivé à 100% pour gagner. Kyrgios, on n'est pas certain qu'il aura envie de tout donner pour gagner mais si c'est le cas, il s'imposera."

"Tennistiquement, Kyrgios est plus fort que Zverev, Shapovalov, Tsitsipas, Medvedev, tous ces joueurs qui sont les futurs prétendants à la relève. On n'est pas obligé de partager mon avis mais je dis ça parce que je l'ai commenté beaucoup de fois, je l'ai vu jouer et ce mec a un talent et une puissance de feu extraordinaires. Mais c'est dommage de se poser la question de sa motivation avant un match. On ne se la pose pas avec Nadal ! Après s'il perd aujourd'hui, ça ne l'empêchera pas de gagner Cincinnati la semaine prochaine ou peut-être qu'il perdra encore au premier tour à Cincinnati et qu'il fera une demi-finale à l'US Open."

"Il aura peut-être envie d'aller titiller encore Medvedev au 2ème tour. Après en dehors de sa motivation, ce qui est difficile c'est d'enchaîner après un titre avec la même intensité. Tous les joueurs ne sont pas égaux dans la capacité à enchaîner les matches et les victoires. Kyrgios n'avait jamais joué 6 matches en 7 jours dans sa carrière. C'est donc une inconnue pour nous mais aussi pour lui. On peut émettre quelques doutes sur sa capacité à avoir récupéré, sur sa motivation de repartir au combat pour enchaîner une deuxième grosse semaine mais on n'est ni dans son corps ni dans sa tête."