Alexander Zverev vit une petite période de crise en terme de résultats. A relativiser puisqu'on parle du 6ème joueur mondial titré à Genève, finaliste à Acapulco avec un bilan de 28 victoires pour 16 défaites cette saison. Mais il est clairement dans le doute avec 10 éliminations après 1 ou 2 matches sur les 15 derniers tournois disputés. Il est surtout très loin des 41 victoires à la même période de l'année en 2018 ou des 45 victoires avant Cincinnati en 2017...

“Sacha” Zverev a pourtant la capacité de jouer son meilleur tennis sur toute les surfaces comme en témoigne ses performances depuis trois saisons. Son revers est fluide et lui permet de trouver des zones imparables. Son jeu explosif peut laisser ses adversaires sur place. Sa taille et sa puissance lui permettent de servir extrêmement bien, malgré quelques doubles fautes qu’il pourrait éviter, ses deuxièmes balles sont de très bonne qualité. Zverev est un attaquant du fond de court qui sait tenir de longs échanges et épuiser ses adversaires grâce à sa puissance. Ses déplacements latéraux sont également très bons, il est capable de jouer des matchs marathons avec la même intensité du début à la fin. Il a un très bon coup droit, puissant, lui permettant de garder ses adversaires à distance et de réussir de nombreux coups gagnants. Cependant il peut avoir tendance à vouloir en mettre trop par moment et cela génère beaucoup de déchets. Tactiquement, il ne monte pas assez au filet mais c'est un choix de sa part et il l'assume. La volée est un point où il doit progresser. S'il rencontre encore des grandes difficultés en Grand Chelem avec seulement deux quarts de finale en 17 tournois, il a passé le cap en Masters 1000 avec des titres à Montréal, Rome et Madrid.

Zverev n'a toutefois encore jamais gagné un match à Cincinnati : 4 défaites en 4 matches face à Coric, Sugita, Tiafoe et Haase, auxquelles on peut rajouter une défaite face à Paire au premier tour de qualifications en 2014.

Il va affronter ce mercredi Miomir Kecmanović. Ce jeune serbe de 20 ans est un joueur qui monte. Ancien numéro un mondial junior, il commence à se faire une place sur le circuit. 58ème mondial, il est à l'aise sur toutes les surfaces. C’est un joueur solide du fond du court, que ce soit en coup droit ou en revers. Il n’a pas le service le plus puissant du circuit, mais il est très efficace statistique à l'appui : 90% de points gagnés sur sa première balle face à Auger au 1er tour. Le Serbe est performant au retour, il n’hésite pas à prendre des risques sur le seconde balles de service de son adversaire. C’est un joueur qui fait peu de fautes et qui sait renvoyer un nombre important de balles. Simplement, la majorité des points qu’il gagne est dû à des fautes de ses adversaires. Il manque d’agressivité et ne prend pas beaucoup de risque. De ce fait, il rencontre régulièrement des difficultés face à des adversaires offensifs. Athlétiquement il doit encore progresser afin de bénéficier de plus de puissance. Encore novice dans les tournois majeurs, il a encore tout a prouver à ce niveau là.

Cette saison il s’est révélé pour sa première participation à un Master 1000, à Indian Wells, battu en quart de finale par Milos Raonic en ayant tout de même bénéficié d’un tableau dépourvu de tête de série. Visiblement à l’aise sur gazon, il s’invite en finale fin juin lors de l’ATP d’Antalya battu par Lorenzo Sonego passant à deux points du match dans le deuxième set. Il propose un jeu intéressant sur la tournée estivale américaine passant deux tours à Washington puis à Montréal.

C'est la première fois que les deux joueurs s'affrontent. Exempté de premier tour, l'Allemand fait son entrée en lice alors que le Serbe a déjà trois matches dans les jambes puisqu'il sort des qualifications. Il n’a encore pas perdu le moindre set cette semaine. Kecmanovic est en confiance contrairement à Zverev. Il a construit ses succès dans les échanges, il a remporté la plus part des échanges excédant 4 coups de raquette obligeant ses adversaires à forcer leurs coups pour ne pas se faire déborder. Il a été impressionnant face à Auger dans sa capacité à faire déjouer le jeune Canadien.

L'avis de la rédaction : au moins 23 jeux dans le match

Pour suivre les analyses de Gaël
Lien page Facebook : https://www.facebook.com/Pronosud-Alexandre-Invest-1098890603468167/