De nombreux Français sont sur les courts ce lundi à New-York : Pouille, Herbert, Mannarino, Chardy, Moutet et les deux qualifiés Barrère et Benchetrit.

En chef de file, le numéro deux Français au classement ATP (26ème mondial) aime l'odeur des grands rendez-vous. Son bilan 2019 vient mettre en lumière ce constat. Sur 16 tournois disputés, il n'y en a que 4 où il a réussi à enchaîner deux victoires : Melbourne (demi-finale), Stuttgart (quarts), Wimbledon (3ème tour) et Cincinnati (quarts).

Tour d'horizon des 7 matches de nos Bleus par Rodolphe Gilbert qui en tant qu'ancien joueur et coach les connaît très bien.

C'est l'oeil du pro !

Pouille vs Kohlschreiber
"Lucas aime bien l'US Open. Après son quart de finale en 2016, il a atteint le 4ème tour en 2017 et le 3ème tour l'an dernier. Ce match se serait joué il y a plusieurs mois ou années, j'aurais plutôt mis une pièce sur l'Allemand qui est un joueur d'expérience qui a quelques fois coupé des têtes dans les Grands Chelems comme Djokovic, Zverev, Isner ou Roddick. Et cette saison, il a battu Djokovic à Indian Wells. Il faudrait donc être idiot pour le prendre à la légère même s'il n'a plus rien fait depuis le mois de mars à part une victoire sur Khachanov à Munich. L'Allemand est capable d'être très solide avec son revers à une main, il peut aussi très bien servir et mettre beaucoup de cadence dans les échanges. C'est un joueur multi-surface puisqu'il a remporté au moins un titre sur les trois surfaces.
En face Lucas a retrouvé un bon tennis à Cincinnati. Le Pouille de Cincinnati est logiquement favori. J'ai bien aimé ce qu'il a montré face à Djokovic et Khachanov. Mais il va devoir se méfier. D'abord parce qu'il n'a rien fait entre Melbourne et Cincinnati et ensuite parce que l'Allemand est un joueur de talent, certes plutôt sur la fin de sa carrière (35 ans) mais capable de sortir un gros match quand on ne l'attend pas. Lucas va devoir jouer son meilleur tennis. Ils se sont joués trois fois et l'Allemand a toujours pris au moins un set à Pouille."
L'avis de la rédaction : victoire de Pouille

Chardy vs Hurkacz
"C'est un premier tour très difficile pour Jérémy surtout qu'il a abandonné cette semaine à Winston Salem face à Tiafoe pour une blessure à la cheville gauche. Le Polonais de son côté a éclaté sur le circuit cette saison avec 4 victoires sur le top 10. Très régulier sur tous les tournois, il lui manquait une ligne au palmarès. C'est chose faite cette semaine puisqu'il s'est qualifié pour la finale de Winston Salem. Il joue très bien sur dur, il est jeune (22 ans), très grand (1m98), il me fait penser un peu à Kevin Anderson. C'est un joueur très sérieux sur le court. Il se déplace très bien malgré sa grande taille. Il fait très peu de fautes, il n'est pas fantasque, on ne va pas le voir faire des amorties rétro. Mentalement, il est très fort. Après tout va dépendre comment va se rétablir Jérémy. Mais même à 100%, c'est un match compliqué pour Chardy."
L'avis de la rédaction : victoire d'Hurkacz

Mannarino vs Evans
"C'est un match entre deux joueurs au style de jeu particulier. Deux joueurs souvent sous-cotés d'ailleurs à tort. Evans est revenu à son meilleur niveau depuis sa suspension. Il a fait une belle saison sur dur. C'est un premier tour équilibré à mes yeux. Tout dépendra de la forme du jour parce que sur le papier je ne vois pas un joueur supérieur à l'autre. Mannarino joue lui tout en contre, il a un temps de préparation très faible en coup droit et en revers. Evans a une très belle main. Il a malmené Nadal à Montréal pour enchaîner ensuite trois défaites mais il sait tout faire sur le court. Il ne met pas beaucoup d'effets comme Mannarino, ce match ne sera pas la guerre du lift. Evans s'adapte très bien à tout type d'adversaires même les gauchers et il est aussi capable d'être très offensif s'il le faut. Il prend la balle tôt et joue à plat comme Mannarino sauf qu'il monte plus au filet.
En revanche, je suis très surpris de voir le Britannique favori de ce match. Pour moi c'est vraiment un 50/50. Cela m'interpelle parce que Mannarino est en net regain de forme."
L'avis de la rédaction : au moins 4 sets dans le match

Herbert vs De Minaur
"De Minaur a un profil de jeu à la Bautista et une mentalité à la Hewitt. Il est prêt à mourir sur le court. Il ne bronche pas sur le terrain et se bat comme un chien du premier au dernier point. Il fait jouer beaucoup de coups et il est très bon sur dur avec déjà deux titres cette saison. C'est un jeune joueur (21 ans) qui est monté à la 24ème place mondiale avant Wimbledon. C'est un tour difficile pour Herbert qui ne joue plus très bien depuis un moment. Il reste sur 6 défaites consécutives. Pour battre De Minaur, il va devoir jouer le tennis de sa vie parce que l'Australien retourne bien et contre à merveille les montées au filet. Il est très fort en passing. Le dur est évidemment sa meilleure surface. De Minaur est logiquement favori.
L'avis de la rédaction : victoire de De Minaur

Moutet vs Goffin
"C'est un très mauvais tirage pour Corentin parce qu'il est bien revenu depuis Roland Garros. Il a pris un set à Rafa sur terre, il a été en quarts à Wimbledon et il a perdu en finale de Cincinnati. On retrouve le Goffin capable de briller sur toutes les surfaces. Un Goffin niveau top 10. Il est remonté à la 15ème place mondiale. Il a atteint deux fois le 4ème tour ici sur les deux dernières éditions. C'est évidemment un tour très difficile pour Corentin qui a déjà affronté le Belge à Roland Garros en 2018. Il avait été balayé 7-5/6-0/6-1. Sur dur, Corentin n'a toujours pas gagné un match sur le circuit ATP. Après un mois de vacances, il est revenu à Winston Salem et a été battu 6-3/6-3 par Johnson. Goffin ne fait pas de fautes, met de la cadence, fait courir et jouer beaucoup de coups. Corentin aime faire beaucoup d'amorties mais face à Goffin, ce ne paye pas puisque le Belge est l'un des joueurs les plus véloces et rapides du circuit avec Nishikori dans ses courses vers l'avant."
L'avis de la rédaction : victoire de Goffin par au moins 2 sets d'écart

Barrere vs Norrie
C'est la deuxième fois après Wimbledon que Grégoire se qualifie pour un Grand Chelem cette saison. C'est assez rare. Il est aujourd'hui tout près du top 100. Mais le niveau il l'a. Il lui manque juste de faire un bon coup sur un tournoi. Il s'était déjà très bien comporté à Roland Garros avec ce 2ème tour face à Khachanov. J'ai envie de dire "ENFIN" ! Il a 25 ans, il aura pris du temps pour éclore au plus haut niveau mais Grégoire je le connais depuis qu'il a 14 ans. J'avais trouvé que dans son tennis, rien ne l'empêchait de franchir cette barre fatidique du top 100. J'espère que pour lui ce n'est qu'une question de jour ou de semaine. Il a déjà affronté Cameron Norrie à Los Cabos fin juillet. Il revenait de vacances et s'était incliné en deux sets (7-6/6-0). Même si Norrie est un gaucher difficile à manoeuvrer, cela reste un bon premier tour à jouer pour un Grand Chelem. Il n'y a pas un grand écart entre le top 60 et le top 100 aujourd'hui. Norrie est un bon joueur mais il est prenable. Grégoire doit se concentrer sur ce qu'il sait faire notamment côté revers et surtout qu'il prenne conscience de son talent et qu'il prenne confiance en lui. Top 100 pour un joueur comme lui c'est le minimum syndical mais le tennis ce n'est pas des mathématiques. Parfois, cela prend du temps. Mais avec la qualité de jeu qu'il a, la maturité et la confiance, petit à petit, il franchit les étapes."
L'avis de la rédaction : Barrère remporte au moins un set dans le match

Benchetrit vs Dzumhur
"Lui aussi a réussi la performance de se qualifier pour la deuxième fois de la saison en Grand Chelem après Roland Garros. Il a réussi à passer le premier tour à Paris face à Cameron Norrie. Espérons qu'il fasse la même chose ici à New York. Il n'a que 20 ans donc son optique est actuellement d'intégrer le top 200. Malgré tout, cela doit avoir une saveur particulière pour lui d'avoir franchi l'étape des qualifications une seconde fois dans un Grand Chelem. Ce n'est jamais anodin pour un jeune joueur comme lui. Elliot est un garçon qui a énormément de possibilités pour performer au plus haut niveau. Il a un service terrible, notamment son kick qui est bien au-dessus de la moyenne. Il a une grosse qualité de frappe de balle. Il continue sa progression. Il n'a pas paniqué au dernier tour de qualifications lorsqu'il s'est fait rejoindre à une manche partout par Coppejans."

"Je le connais bien puisque son entraîneur (Jean-Michel Pequery) est l'un de mes meilleurs amis. Je suis Elliot depuis les championnats de France, il devait être classé 1/6. Cela doit remonter à 6 ans. C'est un joueur qui a une grande gueule mais qui gagne en maturité et ce qui est très intéressant avec lui par rapport à son cheminement, il est capable de taper des joueurs bien mieux classés que lui comme Norrie, Chardy, Garcia Lopez, Popyrin, Mahut ou Moutet. Et même sans forcément les battre, il est capable de bien figurer face aux meilleurs joueurs comme face à Monfils ou Edmund contre qui il a réussi à prendre un set. Il est capable de monter son niveau de jeu assez haut à un niveau même qu'il ne soupçonne pas. Il n'est pas encore conscient de son talent. Il a lui aussi tout ce qu'il faut pour intégrer le top 100 dans les prochaines années. Pour moi, ça serait une déception s'il n'y arrivait pas."

"Il affronte Dzumhur sur ce premier tour. Ce n'est évidemment pas un match facile mais c'est mieux de le jouer maintenant que les deux dernières saisons. C'est un joueur qui en Grand Chelem ne perdait jamais contre les joueurs moins bien classés que lui. Le Bosnien comptait 8 victoires en 8 matches jusqu'à la saison dernière. Mais il reste sur une défaite à Hoang à Roland Garros. Sa saison 2019 est catastrophique avec seulement 8 victoires pour 13 défaites. Il a rechuté à la 105ème place mondiale. Mentalement, il est capable de craquer à n'importe quel moment et surtout avec le style de jeu d'Elliot. S'il commence à rentrer ses premières balles et son gros coup droit dans le court, forcément, il aura des chances de gagner. Dzumhur est solide, il se déplace bien, il contre bien mais il n'a pas de coups forts. Elliot pourrait avoir des ouvertures s'il limite les fautes directes. Il devra aussi trouver le bon point d'équilibre entre les phases où il faudra tenir la balle et les phases où il devra envoyer des grosses frappes."
L'avis de la rédaction : victoire de Benchetrit