Une demie… et c’est (presque) gagné ! La maxime peut surprendre, mais à l’aune du quart de finale entre Roger Federer et Grigor Dimitrov, un sentiment identique se dégage, lorsqu’il s’agit d’analyser le chemin accompli par les deux joueurs. Oui, cette année, pour l’un comme pour l’autre, une demi-finale à l’US Open serait synonyme d’un tournoi réussi. Commençons par l’évidence, le Bulgare. Son parcours à New York ressemble à une résurrection.
Pour accéder à cette page, vous devez être abonné.
En savoir plus.