Avec les éliminations de Djokovic, Federer, Tsitsipas, Thiem, Zverev, Kyrgios, Bautista, Khachanov, l'Espagnol a une voie toute tracée vers son 19ème Grand Chelem. Vainqueur ici en 2017 sans aucune top 10 sur sa route, il se pourrait qu'il bénéficie d'un scénario similaire cette saison à Flushing Meadows. Mais pour cela, il lui reste encore 3 matches à gravir. La première va le mener vers l'Argentin Diego Schwartzman, battu à 7 reprises en 7 matches par le Majorquin.

Comment Schwartzman pourrait inquiéter Rafa ? Depuis 13 mois, l'Espagnol n'a perdu que deux matches sur dur face à Kyrgios et Djokovic. Cela montre que l'Espagnol n'est pas qu'un terrien. Même si Schwartzman a progressé sur dur cette saison en remportant son premier titre à Los Cabos, l'Argentin ne semble pas avoir les armes physiques, techniques et tactiques pour battre Nadal. Très bon retourneur, Schwartzman va affronter un Nadal qui a énormément progresser au service cette saison grâce à son coach Francis Roig.

La vitesse du court central de l'US Open est plutôt lente, ce qui donne du temps à Rafa de s’organiser, de défendre et de tenir les rallyes de fond de court. Si Nadal a bénéficié d'un tableau très abordable c'est un peu le même cas pour l'Argentin : Haase désormais 143ème mondia, Gerasimov un joueur de challenger classé 129ème, Sandgren qui comptait seulement 8 victoires cette saison depuis son titre à Auckland en janvier et enfin Zverev totalement en crise de résultat et de confiance.

C'est la 4ème fois que Schwartzman se frotte à Nadal sur dur. A part un tie-break remporté à Melbourne sur une surface très rapide, l'Argentin a été incapable de gêner l'Espagnol. Seul petit espoir, il n'avait perdu que 7-6/6-3/7-5 à New York en 2015. Depuis, Schwartzman a beaucoup progressé. On a vu aussi avec la victoire de Dimitrov face à Federer que mener 7-0 dans les confrontations n'était pas forcément gage de victoire.

Image associée

Rafa a plus de difficultés face aux grands serveurs puissants sur dur comme Kyrgios (2 victoires à 1 pour Kyrgios) ou Del Potro (6 victoires à 5 pour Del Potro) qui sont capables de l'agresser au service et dans l'échange. C'était un peu le cas de Cilic au tour précédent mais le Croate n'a pu faire mieux que prendre un set avant de s'effondrer physiquement.

Le plus gros souci de Schwartzman va être son service. Avec seulement 60% de points sur première balle et 43% sur seconde balle dans les confrontation face à Rafa, l'Argentin est trop sous pression pour s'en sortir dans un format en 3 sets gagnants.

L’Espagnol fait tout mieux que Schwartzman, il est en pleine forme, possède un avantage psychologique très conséquent (7-0 pour Nadal face à Schwartzman) et surtout, il a l’expérience de ce genre de rendez-vous. C'est seulement le 3ème quart de finale en Grand Chelem pour Schwartzman qui a perdu contre Carreno en 2017 à New York et contre Nadal à Roland Garros en 2018.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "Je trouve que Rafael Nadal est monstrueux. Il est motivé comme au premier jour. Il met une implication à l'échauffement et dans ses matches, c'est impressionnant. Schwartzman a des arguments pour l'embêter parce que c'est un joueur qui est très mobile, qui peut tenir la balle mais sur la durée d'un match en 5 sets, tous les adversaires finissent par se faire marcher dessus. C'est pratiquement toujours la même chose avec Nadal. A moins de mener 2 sets à 0, c'est pratiquement impossible de le battre en Grand Chelem. Je trouve qu'il joue extrêmement bien et quand il n'a aucun pépin physique, il est dur à battre en 5 sets. Mentalement, il n'y a aucune raison qu'il s'écroule. Ce genre de match, il sait les maîtriser au niveau de l'émotion. La seule chose c'est que l'US Open est un tournoi à part qui n'a pas forcément toujours réussi à Nadal et que cette saison on peut voir qu'il y a eu énormément de surprises. Nadal est plus frais physiquement puisqu'il n'a pas eu un tournoi éprouvant pour l'instant donc son parcours le rend encore plus dur à battre. L'Argentin peut éventuellement lui prendre un set. S'il est en état de grâce, tout est possible mais je reste très sceptique sur une victoire de Schwartzman."

Le pronostic du Coup du Jour : pas de tie-break dans le match
Cote : 1,55 (unibet)

Quelques statistiques à retenir :
-Schwartzman n'a remporté que 54% de ses jeux de service face à Nadal
-Schwartzman concède en moyenne 0,9 balle de break par jeu de service et n'en sauve que 50%
-Nadal a perdu 7 matches (pour 28 victoires) en carrière sur dur face aux joueurs de moins de 1m75 face à Ferrer, Dzumhur, Goffin et Clement. Une seule défaite à l'US Open face à Ferrer en 2007.

Pour suivre les analyses de l’auteur, Le Coup du Jour
Page Facebook : https://www.facebook.com/Le-coup-du-jour-1603693176616540/