Le SPB Open est comme le tournoi de Metz le premier rendez-vous indoor de cette fin de saison. C'est un classique du calendrier ATP depuis 1995. Pour des raisons politiques (la crise entre la Russie et l'Ukraine), l'édition 2014 fut annulée malgré une tentative de déplacement à Tel-Aviv avortée en raison du conflit israélo-palestinien. C'est la 24ème édition de ce tournoi cette année.

Les conditions de jeu y sont plus lentes qu'à Metz. Malgré le fait que le tournoi soit indoor, la surface de ce tournoi n'est pas aussi rapide que sur les autres tournois fermés. Depuis 2015, le SPB Open a quitté le palais des sports de St-Petersbourg pour s'installer à la Sibur Arena, haut lieu de sport et de spectacle de la ville.

Depuis 2009, le nombre d'outsiders atteint 35,4% (91 sur 257), une moyenne assez standard pour un tournoi ATP 250. Un pic a été remarqué en 2017 (46%), en 2013 (42%) et en 2009 (40%). L'édition 2018 a été la plus pauvre en surprises avec seulement 6 outsiders en 26 matches. A noter d'ailleurs que le taux de présence des têtes de série en demi-finale est bien plus élevé depuis 2011 (75%) alors que la moyenne depuis depuis 2000 est de 57% de têtes de série dans le dernier carré (donc 43% de joueurs non têtes de série en demi-finale...)

En 2006, il n'y avait eu qu'une seule tête de série en quarts de finale. Il n'y en a jamais eu plus de 6 sur 8 possibles (2018, 2016, 2007, 2005). En moyenne, on peut compter 4 têtes de série en quarts de finale depuis 2000, ce qui signifie qu'il y a 50% de probabilité qu'un joueur non tête de série s'immisce en quarts de finale.

Résultat de recherche d'images pour "thiem 2018 st petersbourg"

Saint-Petersbourg est généralement remporté par les cadors puisque sur les 18 dernières éditions, on retrouve 15 têtes de série dont 6 top 10 et 10 top 20. Néanmoins ils ne sont que 3 têtes de série numéro une à avoir soulevé le trophée : Safin en 2000, Murray en 2008 et Thiem en 2018.

Trois joueurs ont toutefois réussi à créer la sensation. En 2009, l'Ukrainien Stakhovsky (93ème) sort des qualifications et gagne le tournoi. En 2010, Kukuhskin alors 88ème parvient aussi à inscrire son nom au palmarès. Enfin en 2017, Dzumhur (55ème) remporte son premier titre en carrière dans la capitale des tsars.

Depuis 2015, les 4 meilleures têtes de série sont exemptées de premier tour et font leur entrée en lice en 8èmes de finale. Voici le bilan des 143 têtes de série à St-Petersbourg depuis le début des années 2000 :
– 87 têtes de série sur 127 ont gagné au 1er tour (68,5%)
– 71 têtes de série sur 103 ont gagné en 2ème tour (69%)
– 25 têtes de série sur 36 possibles ont atteint la finale (69%)
dont 15 titres sur 18 possibles

Parmi les qualifiés, à part le titre de Stakhovsky en 2009, à noter la finale de Golubev en 2008 et la demi-finale de Llodra en 2001. Ce sont les trois seuls qualifiés à avoir atteint le dernier carré. Le taux de victoire au premier tour des qualifiés est de 30% (23 victoires sur 76 matches) !

Sur cette édition 2019, le jeune Italien Jannik Sinner (17 ans) a été invité par les organisateurs tout comme le Russe Donskoy. Pour la 3ème wildcard, l'investisseur principal du tournoi (qui est israélo-géorgien) a dû peser dans la décision de l'offrir à Dudi Sela. C'est le jeu des invitations. Les tournois français ne se privent pas pour inviter des Français. Sela va disputer son premier match sur le circuit ATP depuis juillet 2018. Incapable de se qualifier pour le moindre tournoi ATP, il a évolué en conséquence sur le circuit challenger.

1er quart de tableau
Beaucoup de raisons peuvent justifier de la présence de Daniil Medvedev sur ce tournoi. D'abord, les organisateurs ont dû se montrer très insistant et généreux pour faire venir le 4ème mondial. Il est devenu par ses résultats un joueur bankable et sa présence devrait rassurer les sponsors et faire plaisir aux supporters russes. Peut-être aussi que le joueur avait envie de prendre du plaisir dans un tournoi à domicile avant d'entamer la tournée asiatique. Le fait qu'il soit tête de série numéro une du tournoi lui permet d'être exempté de premier tour. Il va donc faire son entrée mercredi et n'aura que 4 matches à jouer pour remporter le titre. Et la semaine prochaine, Medvedev sera off. Il est évidemment le grandissime favori du tournoi. De part son état de forme et sa confiance mais aussi parce qu'en indoor, il est le meilleur joueur du monde depuis un an avec 20 victoires pour 5 défaites. Il est suivi par Nishikori (16 victoires pour 7 défaites) et Monfils (14 victoires pour 3 défaites). Medvedev a remporté Tokyo et Sofia et atteint les demi-finales à Moscou, Bâle et Rotterdam.

Dans sa partie de tableau, un autre russe pourrait jouer les trouble-fêtes : Andrey Rublev. Mais le 38ème mondial est beaucoup moins performant en indoor : 37,5% de victoires en carrière (9 victoires pour 15 défaites) et aucune demi-finale disputée en 20 tournois. Et il est l'exemple parfait que jouer à domicile n'est pas gage de réussite : 1 victoire pour 11 défaites en Russie.

Le Lituanien Berankis est un joueur habitué à jouer en indoor (256 matches en carrière). On peut même dire que pour son niveau (son meilleur classement est 50ème mondial), son bilan de 57% de victoires en indoor sur le circuit ATP (30 victoires pour 23 défaites) est excellent. Il a disputé deux finales en carrière dont une à Moscou en indoor en 2017. Sur ses 19 quarts de finale, Berankis en a disputés 11 en indoor. Berankis a remporté 6 titres indoor en challenger dont deux cette saison à Rennes et Drummondville. Il a été capable de battre deux fois Raonic à Bâle et Moscou. Il affrontera au premier tour Dudi Sela, invité par les organisateurs. L'Israélien n'a plus joué depuis plus d'un an sur le circuit ATP. Ancien top 30, il est aujourd'hui à 34 ans 146ème mondial. Il a réussi quelques performances en indoor face à Basilashvili, Coric ou Alex Zverev. Même s'il n'est plus à son meilleur niveau, il n'est pas à sous-estimer.

Dans quel état physique est Tomas Berdych ? On se sera posé la question à peine 2 heures après le tirage au sort puisque le Tchèque a finalement déclaré forfait. Donskoy, invité par les organisateurs, jouera donc un qualifié ou un lucky loser au 1er tour. Le Russe n'a remporté que 30% de ses matches en indoor en carrière (12 victoires pour 28 défaites). Il n'a réussi à se qualifier qu'une seule fois en quart de finale d'un tournoi, c'était à Moscou en 2015. Il avait perdu en demi-finale face à Cilic.

Résultat de recherche d'images pour "berrettini sofia"

2ème quart de tableau
La tête d'affiche de cette partie de tableau est Matteo Berrettini. L'Italien est 13ème mondial. Son ascension en 2019 est fulgurante. Rappelons qu'il était encore 103ème mondial en mai 2018... Il a prouvé ces derniers mois qu'il était finalement un joueur complet capable de s'imposer sur toutes les surfaces. Titré sur terre battue et sur gazon, il a enflammé la quinzaine new-yorkaise avec cette demi-finale sans aucune préparation puisqu'il était blessé tout l'été. Il a peu joué en indoor mais il compte un titre en challenger en février 2018 et surtout des victoires face à Istomin, Khachanov et Verdasco à Sofia cette saison. Il a évidemment le jeu pour briller en indoor avec un service surpuissant, un coup droit bien en place, une belle couverture de terrain et une variété dans le jeu.

Sa partie de tableau est très abordable. Adrian Mannarino fait partie sur le papier des joueurs capable de d'atteindre le dernier carré. Mais le Français a un mauvais bilan en indoor (39% de victoires en carrière). Il a quand même disputé une finale à Moscou en 2018 dans des conditions de jeu similaires. Il compte aussi 6 titres en challenger. Mais il a perdu au 1er tour à Rennes, Sofia et New York cette saison dans des conditions de jeu très rapides qui diffèrent donc de St-Petersbourg.

Carballes fait évidemment figure d'intrus dans ce tableau. L'Espagnol n'a disputé qu'un seul tournoi en carrière en indoor à Brest en challenger en 2018. Il avait néanmoins battu Mahut et Sonego pour perdre face à Berankis en demi-finale. Son adversaire au premier tour est au contraire un habitué de ces tournois indoor. Avec 87 matches en indoor sur le circuit ATP, Martin Klizan est un joueur à suivre : 58% de victoires et 2 titres à St-Petersbourg en 2012 et Rotterdam en 2016. Le Slovaque vit une saison très compliquée avec seulement 9 victoires pour 17 défaites. Mais à part Lucas Pouille à Roland Garros, Klizan n'a battu aucun joueur du top 50 en 2019... Les conditions de jeu ici sont pourtant idéales pour ce joueur spécialiste de la terre battue...

Enfin, si Travaglia ne compte qu'une seule victoire en indoor sur le circuit face à Hugo Gaston à Marseille en 2018. ill n'y a rien de déshonorant de perdre face à Struff, Berdych et Chardy en indoor. Néanmoins le manque d'expérience de ce pur terrien âgé de 27 ans (32 matches en carrière sur le circuit ATP dont 5 en indoor) n'est pas un atout.

3ème quart de tableau
Une saison tortueuse pour Borna Coric. Le Croate de 22 ans vit sa première saison perturbée par les blessures. Et son départ de l'académie de Riccardo Piatti début septembre reste une énigme. Pour la première année depuis ses débuts en pro, il n'a pas encore disputé de finale sur le circuit ATP. Et depuis Bâle en 2014, il n'a plus disputé une demi-finale en indoor. A cette époque, il était jeune, ambitieux et venait de battre Rafael Nadal... Depuis cette date, son bilan indoor est peu reluisant : il a perdu 8 fois dès son entrée en lice, 7 fois dès son 2ème match et seulement une fois il atteint les quarts de finale (Vienne 2018). Contraint à l'abandon à Halle face à Herbert, forfait à New York dès le 2ème tour, il semble difficile d'imaginer le Croate dans des conditions idéales pour aller chercher au moins une demi-finale ici.

Exempté de premier tour, Coric pourrait tombé sur un os dès son entrée en lice face à Fucsovics. Le Hongrois déçoit cette saison avec une série en cours de 5 victoires pour 13 défaites. Il n'a dépassé les quarts de finale qu'une seule fois. C'était à Sofia en indoor en février. Il a un bilan de 12 victoires pour 7 défaites sur le circuit ATP en indoor. Depuis un an, il a battu Mannarino, Auger, Fognini, Paire, Seppi, Berrettini, Klizan et Basilashvili.

Casper Ruud va disputer son premier match en indoor sur le circuit ATP. Il aura la tâche très difficile face à Bublik sur ce premier tour. Le kazak a peu joué sur le circuit ATP en indoor (4 victoires en 8 matches) mais il a remporté deux tournois challenger cette saison à Budapest et à Pau. Cela confirme globalement les progrès de ce joueur fantasque de 22 ans qui est actuellement à son meilleur classement en carrière (69ème mondial). Va-t-il réussir à retourner le Norvégien ?

Les deux derniers joueurs de cette partie de tableau sont les deux italiens Caruso et Fabbiano. Ils semblent un ton en dessous de leurs adversaires. Seulement une victoire pour Caruso en indoor sur le circuit ATP et aucune face à un top 100 en challenger. Seulement 2 victoires pour Fabbiano et 8 défaites sur le circuit ATP mais en revanche, il a été capable de battre Copil, Auger, Medvedev et Fucsovics. Et il a pris beaucoup de confiance à Eastbourne et Wimbledon. Même si l'Autrichien était malade, sa victoire face à Thiem à New York prouve qu'il est capable de se sublimer.

4ème quart de tableau

Karen Khachanov vient d'être papa. Et rare sont les joueurs qui arrivent à briller sur le circuit dans un tel contexte. Au-delà de l'émotion, la priorité n'est plus donné au tennis pendant un temps variable en fonction des joueurs. Sur un plan physique, le joueur dort moins bien et s'entraîne moins pour rester auprès de sa femme et son bébé. Le Russe ne devrait pas échapper à la règle. Il réalise une saison assez médiocre et on peut y voir un lien de cause à effet. Depuis 9 mois, peut-être s'est-il projeté et pris conscience des futures responsabilités qui seraient les siennes ? En tout cas, le vainqueur du dernier Bercy n'est que l'ombre de lui-même en 2019 : 20 victoires pour 20 défaites. Il est toujours 9ème mondial mais bénéficie encore des 1385 points qu'il devra défendre sur les 7 dernières semaines de la saison, soit autant de points qu'il a pris sur les 37 premières semaines de 2019... Khachanov semble bien loin du niveau qui lui avait permis de remporter aussi Marseille et Moscou en 2018...

Il y a donc un bon coup à jouer pour ses adversaires de ce quart de tableau. En premier lieu, Kukushkin qui compte un titre en indoor à St-Petersbourg en 2010 et deux finales à Moscou et Marseille cette saison. Son expérience (81 matches en indoor sur le circuit ATP) va contraster avec celle de son adversaire au premier tour, Jannik Sinner. L'Italien de 17 ans va disputer son premier match sur le circuit principal en indoor. Il aura pour lui ses deux titres acquis cette saison en ITF et en challenger.

Un autre joueur expérimenté pourrait profiter d'une éventuelle défaillance de Khachanov. Le Serbe Tipsarevic. Il a annoncé qu'il prendrait sa retraite. Il joue donc ses derniers instants sur le circuit en cette fin de saison. Il a déjà remporté 2 titres en indoor à Moscou et Kuala Lumpur en 2011 mais sa dernière victoire remonte à 2012. Il reste sur 11 défaites consécutives en indoor depuis 7 saisons.

Joao Sousa aura aussi des arguments à défendre avec ses deux titres à Kuala Lumpur en 2013 et Valence en 2015. Il réalise une saison loin de son meilleur niveau (64ème mondial). Il a joué en Coupe Davis ce week-end : vainqueur d'Ivashka mais battu par Gerasimov. Il devra se défaire de Kovalik au premier tour. Le Slovaque a peu d'expérience sur le circuit ATP mais il a atteint les demi-finales à Sofia en 2018. C'est en réalité sa seule performance sur cette surface où il tourne à seulement 35% de victoires en carrière en prenant en compte les challenger et ITF. Il vient de remporter un titre sur terre battue ce week-end. La fatigue, son bilan en indoor et le changement de surface pourraient rendre sa tâche compliquée sur ce tournoi.

Nos prévisions pour les quarts
Medvedev vs Berankis
Berrettini vs Mannarino (ou un qualifié)
Bublik vs Fucsovics
Sinner vs Sousa