Le tube de l’été, voilà comment nous pourrions résumer la bonne période du Russe Rublev après deux mois de blessure entre mi-avril et mi-juin.

Il a dû renoncer à jouer Roland Garros en raison d’une douleur au poignet. Après une saison 2017 qui lui a permis d'éclater au grand jour avec son premier titre ATP à Umag, il a eu du mal à confirmer et à être régulier.

Malheureusement pour lui plusieurs blessures vont l’éloigner des terrains, en particulier une fracture de stress au dos qui lui a fait ranger la raquette pendant trois mois. Moment difficile mentalement pour le russe, il déclare alors « L’année dernière, j’ai eu une fracture de stress au dos. Cela m’a gardé hors compétition pendant trois mois. Ce fut une période très difficile qui m’a conduit à une dépression. »

Un déclic semble avoir lieu pour Rublev à  Hambourg où il s’incline en finale face à Basilashvili en écartant sur sa route Ruud, Carreno Busta et mais surtout l’Autrichien Thiem.

Il a ensuite enchaîné sur la tournée américaine avec un quart de finale à Cincinnati et Winston Salem avec des victoires prestigieuses et importantes dans sa reconstruction face à Federer et Wawrinka.

Son US Open est ensuite réussi puisqu’il élimine au premier tour un autre représentant de la NextGen Tsitsipas et ensuite le fantasque Kyrgios. Il s’incline au 4ème tour en 3 sets face à l’italien Berrettini.

Face à lui, sur ce premier tour du SPB Open, le grand Biélorusse Ivashka d’1M93, encore méconnu du grand public. Il a de belles qualités notamment au service. Spécialiste des surfaces rapides, le fait de jouer en salle peut l’avantager surtout si son taux de premières balles est élevé.

A la faveur de bons résultats il a fait son entrée dans le Top 100 à l’automne 2018 mais depuis un an, il a des difficultés à franchir ce cap. Sa faiblesse en retour et dans les déplacements l’empêche encore de se rapprocher du top 50.

Avec un Rublev qui a soif de victoires et qui veut rattraper le temps perdu, la rencontre pourrait s’avérer difficile pour Ivashka.

Seulement, Rublev n’a remporté qu’une seule victoire en carrière en Russie en indoor pour 11 defaites. Cela confirme ses difficultés en indoor (moins de 40% de victoires). De plus, Rublev souffre face aux grands joueurs sur dur avec seulement 4 victoires en 12 matchs soit un taux de réussites de 33%.

Ivashka est sorti des qualifications. Il a donc déjà un peu de confiance et de repères.

Méfiance donc pour Rublev.