En 13 rencontres, Andrey Rublev n'a remporté que son 2ème match en indoor en Russie face à Ivashka au premier tour. Le Russe n'a pas un bilan positif sur cette surface en carrière (moins de 40% de victoires). Il affronte sur ce deuxième tour un joueur habitué à ces conditions de jeu, très difficile à manœuvrer et souvent sous-estimer par les bookmakers et les parieurs.

Ricardas Berankis est le piège parfait qui peut se refermer sur Rublev. Florent Serra qui connaît personnellement le Lituanien pense que cette rencontre peut être bien plus compliquée que les cotes peuvent le laisser penser. C'est l'oeil du pro !

"Berankis, je le connais très bien. Je l'ai joué sur ma fin de carrière en 2014 mais surtout avant ça je m'étais entraîné beaucoup de fois avec lui parce qu'il connaissait Boris Vallejo [entraîneur de Florent Serra]. C'est un joueur qui est très fort en cadence. Moi par exemple qui frappait très fort, même si c'est un petit gabarit, il arrivait à me contrer super bien grâce à une grande vitesse de course. Il prend aussi la balle très tôt et si on arrive pas à le déborder, il finit par faire déjouer. Comme ça, on a l'impression qu'il fait rien d'extraordinaire mais la balle revient tout le temps et extrêmement vite. Pour le sortir, on est contraint d'appuyer encore plus ses frappes et donc d'augmenter son risque de fautes. Moi j'essayais de le déborder avec mon revers long de ligne mais il me faisait jouer encore 2 ou 3 coups derrière et je devais finir au filet pour éviter de partir à la faute. En cadence, il est très bon."

"Là où je trouve qu'il est plus en difficulté, c'est face aux top players. Il n'a que 5 victoires en 25 matches face au top 20 dans sa carrière. Il n'arrive pas à se transcender face à ce type de joueurs, souvent trop gentil et trop respectueux alors qu'il a le jeu pour les embêter. Il a quand même réussi à battre deux fois Milos Raonic en indoor à chaque fois. Et il a aussi battu Medvedev cette saison à Dubaï. Et quand il se crispe un petit peu, comme il n'est pas monstrueux au service du fait de sa taille (1m75), il laisse de la place à ses adversaires pour le mettre en danger sur ses mises en jeu."

"Evidemment, Rublev est très fort mais c'est un joueur qui a besoin de temps pour préparer ses frappes, surtout en coup droit. Il frappe très fort mais en indoor, je trouve qu'il fait beaucoup de fautes et qu'il s'agace assez vite. Berankis par sa prise de balle tôt, sa vitesse de déplacement et du fait qu'il commet peu de fautes, je trouve qu'il a la possibilité d'aller perturber le Russe. Surtout avec son revers, il peut vraiment prendre de vitesse Rublev et lui faire faire des fautes."

"C'est un match beaucoup plus serré qu'il n'y paraît mais peu de gens connaissent vraiment Berankis donc forcément, quand on voit la forme affichée par Rublev cet été, on a envie de croire qu'il peut gagner mais j'en suis vraiment pas sûr moi. Je ne pense pas que Berankis soit gêné par l'ambiance et le public qui sera évidemment derrière Rublev. L'air de rien, on en parle pas mais Berankis est revenu à la 63ème place mondiale. Depuis deux ans, il a des sacrés résultats en indoor. C'est de loin sa meilleure surface. Il a fait finale à Moscou en 2017, un titre à St-Brieuc, une finale à Rennes. Il refait un quart à Moscou en 2018, une finale à Brest. Et cette saison, il a remporté Rennes et Drummondville. Sur le premier tour, il a surclassé Dudi Sela 6-3/6-0."

"Berankis est un mec très sympa et surtout un gros travailleur. Il commence à se rapprocher du top 50. Attention à lui sur ce match, une grosse surprise est possible. Si j'avais une petite pièce à mettre, je la mettrais sur Berankis sur ce match."