"Qu'il reste chez lui, qu'il parle chez lui, qu'il parle à ses parents, à sa mère s'il veut mais pas à moi. A la fin, c'est plus facile pour lui, il gagne donc tout va bien mais il a oublié qu'à un set à zéro et 6-5, il m'insultait dans sa serviette " Benoît Paire n'avait pu retenir sa colère et sa frustration après sa défaite face à Aljaz Bedene à l'US Open il y a 3 semaines. Insulté par le Slovène alors qu'il menait au score, le Français a ensuite perdu le fil du match.

Le hasard a voulu que ces deux joueurs se retrouvent ce samedi en demi-finale du Moselle Open mais Benoît Paire a voulu calmer le jeu : "C’est un adversaire comme un autre. Ce n’est pas parce que cela ne s’est pas bien passé la dernière fois à l’US Open que ça va chauffer. Il ne s’agit pas de monter ce match en épingle. On a tous des joueurs avec qui on a un feeling et d’autres avec lesquels on se dit tout juste bonjour. C’est ainsi. C'est un match de tennis. Que ce soit Bedene ou un autre, ça ne change pas grand-chose. Ce n'est pas parce qu'on a des problèmes sur un court qu'après... Je fais la part de choses. Je joue au tennis et je suis là pour gagner. À l'US Open, j'ai trois balles de match sur mon service à 40-0, j'ai eu beaucoup d'occasions. J'ai parlé hier avec Gilles Simon (battu par Bedene) qui me disait que Bedene servait très bien et que ça n'était pas facile de lire son service. Aujourd'hui, il a fait beaucoup d'aces contre Carreno-Busta (27 aces !). La première chose sera de le retourner et de bien récupérer."

En effet, Bedene sert très bien en ce moment. Depuis l'US Open, il reste sur des performances exceptionnelles avec 97 aces en 522 services, soit une moyenne de 18% d'aces face à des excellents retourneurs tels que Simon, Paire ou Zverev notamment. Bien au-dessus de ses standards habituels (11%) en carrière sur dur.

Au-delà de la polémique de l'US Open, les deux joueurs se connaissent par coeur puisqu'ils vont s'affronter pour la 9ème fois dans leur carrière. Pour l'instant, les deux joueurs ont remporté chacun 4 rencontres. C'est la première fois qu'ils vont se jouer en indoor, une surface qui ne réussit pas trop habituellement à ces amoureux de la terre battue. L'Avignonais compte 46% de victoires sur le circuit ATP en indoor contre 45% pour Bedene. Si Paire a déjà disputé deux finales à Montpellier et Metz en 2013 et 2017, le Slovène joue lui aujourd'hui sa première demi-finale en salle sur le circuit principal.

La clé du match se situera sur la qualité de la première balle et la qualité de retour. Coincidence ou pas, les 4 fois où Bedene a battu Paire, le Slovène comptait plus de 50% de remportés sur sa seconde balle. Les 4 fois où Paire l'a maintenu en dessous des 50% sur sa seconde balle, le Français s'est imposé. Les deux joueurs ont une excellente première balle qui va faire beaucoup de dégât dans cette arène de Metz équipée d'une surface très rapide.

D'abord annoncé comme favori de la rencontre, les cotes se sont finalement totalement inversées. Les bookmakers placent désormais Benoît Paire en outsider de cette rencontre en raison d'un petit coup de pompe physique du Français qui était affaibli jeudi. Finalement, il a réussi à se défaire de Grégoire Barrère en quarts de finale. S'il a récupéré, il pourrait bien déjouer les pronostics : "Même si je n'ai pas encore atteint mon meilleur classement en carrière, ça reste ma meilleure saison où j'ai été le plus constant et régulier dans tous les tournois. J'ai réussi à faire deux huitièmes en Grand Chelem. Pour moi, c'est deux titres. C'est une saison exceptionnelle mais j'ai envie de faire mieux. J'ai envie de me rapprocher du top 20 mais c'est difficile, il y a beaucoup de bons joueurs et le niveau s'est densifié."