Il est rare de retrouver en demi-finale une affiche aussi équilibrée que celle qui va opposer Adrian Mannarino et Albert Ramos ce samedi à Zhuhai. Pour sa première édition sur le circuit ATP, ce tournois chinois n'a pas dérogé à la règle : les favoris ne sont pas à la fête sur cette première semaine de la tournée asiatique.

Les deux gauchers vont s'affronter pour la 6ème fois sur le circuit. Ramos a remporté les 3 duels sur terre battue et le Français a gagné les deux rencontres sur dur. A part en 2006 en ITF, Ramos a toujours pris au moins 1 set à Mannarino.

L'Espagnol a confirmé cette saison sa capacité à bien jouer en Chine sur dur. Vainqueur de Cilic à Shanghai en 2011, défait seulement 7-6/7-6 par Wawrinka l'année suivante, il créé la sensation en 2015 où il atteint le 3ème tour en sortant Querrey et Federer. En 2016, il confirme avec une finale à Chengdu, la seule de sa carrière sur dur à ce jour. Au passage, il écarte Thiem et Dimitrov pour se frayer une place en finale. Ramos va ensuite enchaîner trois défaites consécutives à Pekin, Shanghai et Chengdu notamment face à Mannarino. On pensait l'état de grâce terminé mais à Shanghai en 2017, l'Espagnol refait parler de lui en dominant Sousa, Carreno et Struff. On peut y rajouter un petit quart de finale à Chengdu l'an passé et voici de nouveau Ramos dans l'actualité avec cette victoire face à Gaël Monfils qui l'avait pourtant facilement écarté à New York et contre qui Ramos n'avait réussi à prendre le moindre set sur dur. L'air de la Chine lui va si bien.

On l'avait surnommé avant son match au premier tour face à Nishioka le soldat de terre cuite, en référence à l'armée de terre cuite représentant les troupes de Qin, premier empereur chinois. Guerrier sur le court, Ramos ne lâche rien surtout quand il est en confiance et en bonne condition physique.

A la sortie des cotes, le Français était donné favori de ce match mais très vite, le marché a immédiatement corrigé en plaçant les deux joueurs à égalité avec un très léger avantage pour Ramos chez certains bookmakers.

Pour rejoindre le dernier carré, Adrian Mannarino s'est défait du chinois Zhang puis a profité de l'abandon de Tsitsipas et enfin totalement dominé le Bosnien Dzumhur dans les grandes largeurs avec une qualité de service et une précision diabolique dans les frappes.

De son côté, Ramos réalise une saison exceptionnelle sur terre battue. Il aborde cette fin de saison avec énormément de confiance. Sorti brièvement du top 100 en juin, il a réagi de la plus belle des manières cet été avec l'aide de son coach José Maria Diaz. Il est remonté à la 46ème mondiale mais l'avenir peut s'annoncer encore plus radieux pour le Barcelonais. Il n'aura en effet à défendre que 56 petits points jusqu'à fin janvier. Il était totalement passé au travers sur dur en fin de saison 2018 et en début de saison 2019. Il a donc quasiment trois mois complets de pur bonus.

Mannarino a malgré tout une belle opportunité de s'offrir une seconde finale cette saison qui serait sa 8ème en carrière. Les deux joueurs n'ont encore jamais soulevé un trophée sur dur, l'occasion est belle sur ce match puisqu'il n'y a pas vraiment de favori. Le Français semble être plus à l'aise sur dur que son adversaire mais le niveau de jeu affiché par Ramos depuis presque 3 mois est tel qu'il semble difficile de le sous-estimer.