Cette rencontre entre deux joueurs très populaires sur le circuit ATP s’annonce alléchante. 8 ans et 22 places au classement mondial séparent ces deux hommes aujourd’hui qui se sont déjà rencontrés à trois reprises pour trois victoires de l’Argentin dont une qui lui offra l'un de ses trois titres en carrière (Rio en 2018). Qui trouvera la solution dans ce match ? L’expérience et la puissance de l’Espagnol ? Ou la fougue et la détermination de l’Argentin ?

Commençons par Schwartzman. L’Argentin fait une belle saison, avec un titre à Los Cabos, début août remporté face à Fritz. Il est actuellement 16ème mondial, l'un de ses meilleurs classements en carrière. Joueur très à l’aise sur ocre, il a perdu en finale à Buenos Aires et en demi-finale à Rome, sa plus grande performance en carrière en Masters 1000. Bien qu'ayant très peu joué sur herbe, Schwartzman a remporté ses premières victoires références sur gazon face à Bublik, Cilic ou Ebden. Il a eté aussi l'acteur d’une belle rencontre l’opposant à Matteo Berrettini en cinq sets à Wimbledon.

Après son titre au Mexique, Schwartzman s'est incliné face à Bautista et Gasquet à Montréal et Cincinnati. Mais il a disputé son deuxième quart de finale à l'US Open après celui de 2017 en dominant notamment Zverev en huitièmes. Depuis, l’argentin s’est fait plutôt discret et fait son retour ici en Asie.

Malgré ses 35 ans, Fernando Verdasco est toujours à sa place dans les 50 meilleurs joueurs mondiaux … Niveau trop bas du circuit ? Fernando trop fort ? Un peu des deux certainement. Difficile de nier le talent de l'Espagnol mais il a profité surtout d'une certaine réussite dans ses tirages. Sur ses 24 victoires en 2019, il n'a battu que 3 joueurs du top 30 : Khachanov, Thiem et Edmund.

N’empêche que Fernando aime le tennis, et que cela lui permet d’avoir la force et l’envie de continuer à jouer, malgré le poids des années et la vie extérieure qui se densifie avec l'arrivée de son premier enfant en mai dernier. L'ancien numéro 7 mondial propose une saison à l'équilibre dans son bilan mais sans éclat puisqu'il n'a disputé aucune demi-finale en 23 tournois (4 défaites en quarts de finale).

Néanmoins, affronter Verdasco n’est jamais un cadeau. Il a déjà deux matches dans les jambes sur cette tournée asiastique. Il se pourrait qu'il soit donc légèrement plus à l’aise avec ces conditions de jeu si atypiques. Si c'est un tournoi qui tient à cœur de Verdasco, son bilan reste très moyen (7 victoires pour 9 défaites dont 3 au premier tour sur les 5 dernières éditions.

De son côté, Schwartzman n'a jamais joué dans la capitale chinoise hormis un match de qualification en 2016. Sur la plan du jeu, on se retrouve face à deux visions du jeu diamétralement opposées :
-d’un côté, le jeu de l’argentin est basé sur sa technique, sa mobilité, son agressivité et sa qualité de contre. L'Argentin est tout simplement parmi les joueurs encore en activité le 3ème meilleure retourneur du monde derrière Nadal et Djokovic avec 32% de breaks et le 7ème dans l'histoire du tennis. Il est capable de faire courir ses adversaires et de remporter des coups même quand il subit l'échange. Il a toujours posé de gros problèmes à Verdasco sur ses mises en jeu (42% de breaks) alors que l'Argentin n'a perdu que 10% de ses jeux de service face à l'Espagnol...
-De l’autre, Verdasco cherchera à imposer sa puissance de gaucher. En raison de son âge, il fait preuve de plus en plus d'une légère fébrilité sur le plan physique. Il vient de perdre ses deux derniers matches en 3 sets face à Garin et Krajinovic. L’aspect mental de Fernando pourrait aussi entrer en jeu. Il s'agace beaucoup ces derniers mois et commet beaucoup de fautes. Il cherche des frappes trop compliquées pour écourter les échanges. Schwartzman ne devrait pas être particulièrement gêné par la patte gauche de Verdasco puisque l'Argentin a remporté 11 de ses 15 derniers matches face aux gauchers sur le circuit ATP.

Schwartzman semble logiquement favori de ce match mais attention, il est souvent difficile de s'imposer pour son premier match d'une tournée surtout en Asie. La cote de Schwartzman pourrait donc ne pas se justifier dans ce contexte.

Pour suivre Oversen sur twitter
https://twitter.com/_Oversen