Ce dimanche, Pékin et Tokyo vont mettre le voile sur une semaine de compétition qui aura délivré beaucoup d'enseignements sur les états de forme de certains joueurs.

Tokyo : Djokovic (1er) vs Millman (80ème)

La présence de l'Australien en finale est évidemment l'une des sensations de l'année. C'est seulement sa seconde finale en carrière et sa première en ATP 500. Pour arriver jusque-là, il a néanmoins eu la voie dégagée puisque Mannarino a été son adversaire le mieux classé (43ème mondial). Assez sur cette catégorie de tournoi mais très vite, tous les cadors de la partie basse du tableau ont disparu : Fritz, Coric, De Minaur, Paire, Simon, Albot...

Il semble néanmoins assez utopique d'imaginer John Millman bousculer Novak Djokovic, venu ici en mission pour récupérer 500 points très précieux dans la course au trône mondial en fin d'année. Le Serbe a balayé, écrasé, surclassé ses adversaires un à un : Popyrin, Soeda, Pouille et Goffin. Il n'a perdu que deux fois son service dans toute la semaine au moment en toute fin de match face à Soeda et Pouille. Anecdotique...

Djokovic a extrêmement bien servi toute la semaine avec 32 inscrits, soit 4 par set en moyenne...

C'est la 3ème fois que les deux joueurs s'affrontent. Millman est évidemment mené 2-0 mais il n'a pas encore inscrit le moindre set : défaite 6-2/6-1 au Queens 2018 et 6-3/6-4/6-4 à l'US Open en 2018. En 2 matches, il ne s'est procuré que deux balles de break contre 33 pour le Serbe dont 9 converties...

Pronostic : moins de 19,5 jeux dans le match
Cote : 1,62 (Betstars)

Image associée

Pékin : Thiem (5ème) vs Tsitsipas (7ème)

Après 5 affrontements en 2018, ces deux-là ont mis du temps avant de se retrouver face à face en 2019. Voilà l'anomalie réparée.

Dominic Thiem comme on l'avait dit dans l'analyse de sa demi-finale face à Khachanov a fait une programmation presque parfaite de son calendrier cette saison. Habituellement, il arrivait épuisé sur le dernier trimestre de compétition et payait les nombreux matches disputés durant la saison. En 2019, il a joué 5 à 6 tournois de moins que les saisons d'avant soit environ une vingtaine de matches. Voilà ce qui peut expliquer cette semaine de haute volée réalisée par l'Autrichien, vainqueur de son premier Masters 1000 sur dur en mars dernier à Indian Wells.

A l'inverse, Tsitsipas semble avoir commis le même pêché de jeunesse que Thiem avec un premier semestre surchargé. Le Grec en a profité pour intégré le top 10. Mais la pression d'un nouveau statut à défendre accompagnée d'un physique usé a eu raison de Tsitsipas qui a traversé à l'exception de Washington les trois derniers mois comme un fantôme. Ces mauvais résultats (4 défaites en 4 matches entre début août et fin septembre) ont permis au Grec de se reposer, de se ressourcer et de repartir avec les batteries rechargées pour cette dernière ligne droite.

Cependant, le Grec a un peu plus souffert que l'Autrichien sur cette semaine pékinoise. Deux sets concédés face à Lajovic et Basilashvili d'abord puis ensuite deux adversaires qui ont totalement perdu pied. Isner d'abord qui lâche rarement ses matches mais ce fut le cas face au Grec après la perte du 1er set. Et en demi-finale, comment expliquer que Zverev si dominateur dans le premier set ait pu perdre ce tie-break où il menait 6-3... Ensuite, mentalement, il a lâché.

C'est tout à l'honneur de Tsitsipas d'avoir eu la force mentale, la lucidité et les capacités physiques de s'offrir ces 4 victoires mais Thiem semble être un adversaire moins docile. L'Autrichien a sorti 4 matches de haute intensité cette semaine. D'abord sans répondant face à Gasquet et Zhang totalement dépassés par la puissance et la précision de Thiem. Puis est venu ce match incroyable face à Murray qui a montré qu'il était capable de retrouver le plus haut. Et enfin, mentalement, remonter un handicap d'un set face à Khachanov qui servait pour le match dans le 2ème set et avait un break d'avance aussi dans le 3ème set. Chapeau.

Les bookmakers ont placé le Grec légèrement favori de cette finale. Pour plusieurs raisons : Thiem a l'image d'un terrien en raison de ses deux finales à Roland Garros. Thiem a l'image d'un joueur qui perd des matches qu'il ne doit pas perdre et Tsitsipas a l'image d'un guerrier et une gueule qui plaît à tous les publics.

Pourtant, les deux joueurs ont remporté 56% de leurs matches sur dur en carrière : 3 titres (dont un Masters 1000) et une finale pour Thiem et 2 titres ATP 250 et 2 finales pour Tsitsipas dont une au Canada en Masters 1000. Pas de différence statistique donc sur la question de la surface.

Les deux joueurs ont perdu exactement 30% de leurs matches depuis un an face à des joueurs moins bien classés qu'eux.

Enfin, Thiem a montré qu'il savait s'arracher et renverser des situations mal embarquées malgré un mental il est vrai moins bagarreur que Tsitsipas lorsque le match ne tourne pas en sa faveur. Mais au final en carrière, Thiem a remporté 30% de victoires lorsqu'il a perdu le premier set contre 36% pour Tsitsipas.

En revanche, l'expérience est du côté de Thiem qui va disputer sa 23ème finale en carrière contre 8 pour le Grec qui n'a que 21 ans il faut le rappeler. Tsitsipas a perdu ses 4 finales face à des adversaires mieux classés que lui, en l'occurrence Nadal, Djokovic et Federer... De son côté, le titre remporté à Indian Wells face à Federer en mars dernier a clairement donné un surplus de confiance à l'Autrichien et ça s'est ressenti cette semaine avec des conditions de jeu similaires puisque la surface de Pékin fait partie des surfaces dures les plus lentes de la saison avec Vienne et Indian Wells.

Notre pronostic : victoire de Thiem
Cote : 2,00 (Betclic, Winamax, FDJ)