Comme tous les tournois asiatiques, Shanghai a une histoire récente avec l’ATP puisqu’il a été créé en 1996. Mais avec l’essor du tennis en Asie, ce tournoi a d’abord accueilli l’ATP Masters en 2002 puis entre 2005 et 2008 avant de devenir en 2009 un Masters 1000 !

Un coup d’œil au prize money permet tout de suite de comprendre l’ampleur et l’importance que le tournoi a pris ces dernières années : il a tout simplement plus que doublé depuis 2012, passant de 3,2M€ à 7,2M€. Ce qui place le tournoi de Shanghai en troisième position des Masters derrière Miami (15,3M€) et Indian Wells (7,6M€) mais loin devant tous les autres.

De part sa position dans le calendrier, c’est désormais un tournoi incontournable dans la lutte au Masters de Londres (qui partira à Turin à partir de 2021) et au NextGen et donc un lieu de combat pour les meilleurs joueurs du monde. Quand on regarde de plus près la liste des vainqueurs et des finalistes, on comprend tout de suite qu’il y a peu de places pour les surprises quant à la victoire finale. Sur les 10 dernières éditions, il n’y a qu’un seul joueur non tête de série qui a réussi à s’immiscer en finale : Gilles Simon en 2014 (29ème mondial). Le top 6 mondial a trustré 16 des 20 places de finalistes. En plus du Niçois, Tsonga en 2015, Bautista en 2016 et Coric en 2018 se sont invités à la fête. Sinon, Djokovic (4 titres), Murray (3 titres) et Federer (2 titres) ont été les principaux acteurs du tournoi. Il n’y a qu’un seul vainqueur à Shanghai qui n’a pas été titré en Grand Chelem, il s’agit du Russe Davydenko en 2009. On peut aussi noter que malgré la vitesse de cette surface, quelques joueurs non spécialistes du service ont réussi à s’immiscer dans le dernier carré : Juan Monaco en 2010, Ferrer et Nishikori en 2011, Simon en 2014 et 2016, Bautista en 2016 et Coric en 2018.

Rafael Nadal, deux fois finalistes en 2009 et 2017, a déclaré forfait pour cette 19ème édition en raison d’une inflammation de la main gauche. Il va donc permettre à Novak Djokovic de se rapprocher de l’Espagnol à la Race.

Les conditions de jeux sont l’une des plus rapides de la saison. En 2016, Shanghai était même plus rapide que Melbourne mais depuis deux saisons, les conditions de jeu se sont ralenties.

Les qualifiés brillent assez peu sur ce tournoi. En 10 ans, il n’y a qu’un seul qualifié qui est parvenu en quarts de finale en la personne de Mischa Zverev. Sinon, le taux de victoire des qualifiés au premier tour est de 36% (26 victoires pour 45 défaites).

Concernant les têtes de série, les statistiques sont assez éloquentes. Alors déjà il faut savoir que depuis 2009, les 8 meilleures têtes de série sont exemptées de premier tour et font leur entrée en lice au 2ème tour en 16èmes de finale. Les 8 autres têtes de série démarrent elles au premier tour en 32èmes de finale.

Résultat de recherche d'images pour "djokovic shanghai 2018 coric"

Voici le bilan des 160 têtes de série depuis 2009 :
- 72,5% des têtes de série (classées 9 à 16) ont gagné au 1er tour – 58 sur 80
- 71% des têtes de série (classées 1 à 8 et les autres issues du 1er tour) ont gagné au 2ème tour – 98 sur 138
- 29% de chance pour une non tête de série d’arriver en quarts de finale – 57 têtes de série sur 80 possibles
- 17% de chance pour une non tête de série d’arriver en demi-finale – 33 têtes de série sur 40 possibles

Beaucoup de têtes d’affiche ont renoncé à participer à l’avant-dernier Masters 1000 de la saison pour des problèmes physiques : Nadal (main), Nishikori (épaule), Del Potro (genou), Anderson (genou), Wawrinka, Raonic, Kyrgios (clavicule).

Du coup, cela a pu bénéficier à beaucoup de joueurs qui ont récupéré un statut de tête de série :
- 1 à 8 : Djokovic, Federer, Medvedev, Thiem, Zverev, Tsitsipas, Khachanov, Bautista
- 9 à 16 : Monfils, Fognini, Berrettini, Coric, Goffin, Schwartzman, Basilashvili, Isner

Depuis 2009, le nombre d’outsiders est en moyenne de 30,2% (163 sur 540). Le record d’outsiders a été remarqué en 2009 et 2016 avec 20 outsiders durant le tournoi (en 54 matches). Le minimum a été atteint en 2012 et 2015 avec seulement 11 outsiders (en 54 matches).

Prize Money du tournoi
Défaite au 1er tour : 24.770 €
Défaite au 2ème tour : 43.000 €
Défaite au 3ème tour : 83.880 €
Défaite en quarts : 167.580 €
Défaite en demie : 325.140 €
Défaite en finale : 633.880 €
Titre : 1.252.280 €

1er quart de tableau
Djokovic et Tsitsipas sont les deux têtes de série exemptées de premier tour. Et ils prendront ce "bye" avec plaisir puisque les deux joueurs se sont qualifiés pour les finales de Tokyo et Pékin. Ils sont évidemment les favoris cette partie de tableau. Le Serbe a remporté ce tournoi à 4 reprises, il est le tenant du titre et parti en chasse à la place de numéro un mondial. Pour combler son retard avec Nadal à la Race, il doit au moins aller en finale...
Le Grec lui pourrait avoir du mal physiquement à enchaîner après Pékin, lui qui était déjà pas très en forme ces derniers mois. Il a repris des couleurs dans la capitale chinoise mais tous ses matches ont été compliqués et disputés. Il n'a pas eu de réussite avec le tirage au sort.

Les principaux concurrents de cette partie haute se nomment Monfils, Auger et Hurkacz pour Tsitsipas. Isner, De Minaur, Pouille et Shapovalov pour Djokovic. C'est un quart de tableau très difficile, de loin le plus relevé puisqu'on dénombre 9 joueurs parmi les 36 meilleurs mondiaux. Monfils est l'un des meilleurs de la saison sur dur mais il n'a jamais vraiment brillé à Shanghai. Auger peine à retrouver son niveau affiché en mars et en juin tandis que Hurkacz est encore dans la digestion de son titre à Winston Salem (3 défaites en 3 matches depuis). Isner est loin de sa forme optimale et les défaites sont plus nombreuses depuis sa fracture au pied en mars. Il n'a jamais atteint les quarts de finale à Shanghai.

De Minaur a montré de très belles choses cette saison pour son 20ème anniversaire avec ses trois premiers titres en carrière à Sydney, Atlanta et Zhuhai. Il est promis à un très bel avenir mais pour l'instant il peine encore face au top 10 (2 victoires pour 11 défaites). L'Australien n'a pas encore disputé le moindre quart de finale en Masters 1000 ni en Grand Chelem. Quant à Lucas Pouille, difficile de savoir lequel va se présenter à Shanghai. Celui de Melbourne ou Cincinnati ou celui qui a perdu 10 fois au premier tour en 20 tournois disputés ? Enfin, Shapovalov va mieux. Il vient de signer 9 victoires sur ses 13 dernier matches. Le Canadien a montré qu'il pouvait élever son niveau de jeu dans les grands rendez-vous avec une demi-finale à Miami et Montréal et un 4ème tour à l'US Open. Son seul problème c'est qu'il va tomber sur Djokovic au 2ème tour en cas de victoire face à Tiafoe...

Image

2ème quart de tableau
Le revoilà ! Daniil Medvedev est de retour sur les courts après son épopée qui l'a mené 5 fois en finales sur les 5 derniers tournois qu'il a disputés. C'est évidemment l'attraction de cette fin de saison. Jusqu'où va aller le Russe ? Sa confiance et son niveau de jeu en font le favori de ce quart de tableau. Il pourrait retrouver son compatriote Karen Khachanov. Les deux joueurs s'étaient ratés en finale de St-Petersbourg après la sortie de Khachanov dès son entrée en lice face à Sousa. C'est à Shanghai l'an dernier que Medvedev avait pris conscience de son potentiel en prenant un set à Roger Federer. Depuis son titre à Chengdu en 2016, Khachanov lui peine à s'imposer en Chine notamment à Shanghai (1 victoire pour 3 défaites).

Medvedev aura sur son chemin Gilles Simon, finaliste en 2014 et demi-finaliste en 2016. Il devra ensuite se défaire de Sousa ou Krajinovic ou Schwartzman. Aucun des trois joueurs ne semblent avoir la qualité nécessaire pour sortir le 4ème mondial.

Khachanov lui pourrait avoir l'honneur d'affronter Andy Murray en 8èmes de finale. Avant cela, il devra battre pour son entrée en lice Verdasco ou Fritz. Pas forcément un tirage facile. Murray lui devra se défaire d'un qualifié et ensuite du vainqueur du match entre Fognini et Querrey qui n'ont jamais atteint les quarts de finale dans leur carrière à Shanghai. Pas évident malgré tout de les éliminer mais le niveau de jeu du Britannique est très rassurant. Physiquement, il semble aussi très affûté. Il n'a eu aucun souci à enchaîner les matches depuis deux semaines, parfois même des matches de presque 3 heures. Et face à Thiem, même si l'Autrichien s'est imposé en 2 sets, l'intensité du match et la qualité de jeu ont prouvé que Murray pouvait légitimement espérer retrouver le top 50 dans les prochains mois. Murray a déjà remporté 3 fois le tournoi de Shanghai. Mais il est clair qu'il est encore très loin de son meilleur niveau qui a fait de lui presque deux ans le numéro un mondial.

3ème quart de tableau
Pour la première fois de sa carrière, Dominic Thiem a disputé 6 tournois et presque 20 matches de moins que les saisons précédentes. Et il ne doit pas regretter sa programmation. Il aborde ces 6 dernières semaines de compétition en pleine bourre. Il n'avait jamais gagné plus d'un match en Chine et cette semaine à Pékin, il est en finale face à Tsitsipas. Au top physiquement, en confiance aussi grâce à ce titre remporté à Indian Wells, son premier en carrière en Masters 1000 sur dur, l'Autrichien a de grandes ambitions sur cette fin de saison. S'il est moins à l'aise sur les surfaces très rapides, il a prouvé que sur les surfaces dures un peu ralenties, il était redoutable. Il ne devrait pas avoir de difficultés à enchaîner une deuxième de compétition. C'est l'un des joueurs les plus endurants du circuit. Et son entrée en lice devrait se faire en douceur face au Chinois Ze Zhang ou un qualifié. C'est ensuite que son tournoi montera en puissance avec un huitième de finale face à Basilashvili, Albot ou Paire. Ces trois joueurs font une grosse saison malgré leur inconstance. Si le Français est le moins en forme des trois, c'est le seul qui a déjà joué des quarts de finale en Masters 1000 et qui a déjà joué Thiem sur dur, notamment à Melbourne en janvier (victoire en 5 sets de Thiem).

Dans l'autre partie de ce quart de tableau, c'est Bautista qui est le mieux classé mais l'Espagnol doit se marier en novembre et semble vraiment moins performant depuis la fin août. Le demi-finaliste surprise de Wimbledon avait réussi à confirmer son excellente saison à Montréal (quarts) et Cincinnati (quarts) mais depuis il est dans le dur. Et son abandon au premier tour de Pékin face à Querrey n'annonce rien de bon pour la fin de saison de l'Espagnol. Surtout que sa partie de tableau est très relevée avec l'Italien Berrettini qui a prouvé à New York qu'il savait aussi bien jouer sur dur. Il est pour l'instant 8ème mondial à la Race juste derrière Bautista. Il affronte Struff au premier tour qui est à la peine depuis le début de l'été (9 défaites sur ses 17 derniers matches et aucun quart de finale disputés). Cuevas et Guarin ne semblent pas avoir les armes sur dur pour briller dans un tournoi aussi relevé. Enfin Opelka a confirmé ses difficultés à Tokyo face aux joueurs défensifs qui arrivent à contrer son service. Il a encore trop de lacunes techniques à l'échange pour espérer viser une demie-finale en Masters 1000.

Résultat de recherche d'images pour "federer shanghai"

4ème quart de tableau
Il ne joue désormais que les grands tournois ou ceux qui lui tiennent à coeur comme Bâle ou Halle. Il était donc inconcevable de ne pas voir le double vainqueur à Shanghai cette semaine. Après sa défaite en quarts de l'US Open face à Dimitrov en 5 sets, le Suisse s'est ressourcé à Genève à la Laver Cup dont il était l'un des organisateurs. Le bilan de Federer à Shanghai est assez impressionnant : 2 titres, 1 finale et 2 demi-finales. Soit 21 victoires pour 5 défaites (Coric, Ramos, Monfils et Murray deux fois). Pour son entrée en lice, le Suisse affrontera Cilic ou Ramos. Le Croate n'est que l'ombre de lui-même cette saison (43ème mondial à la Race) et il n'a battu qu'une seule fois Federer en 10 confrontations. En huitièmes, Federer pourrait retrouver David Goffin ou Richard Gasquet. Pas vraiment des joueurs qui peuvent le bousculer. Le Belge aura peut-être encore en mémoire la raclée qu'il a subi à l'US Open il y a un mois (6-2/6-2/6-0). Lui aussi n'a battu le Suisse qu'une seule fois en carrière en 10 confrontations. Quant au Français, il en compte deux mais en 21 matches et aucune sur dur.

Dans la partie haute de ce quart de tableau, dans quel état va-t-on retrouver l'Allemand Alex Zverev après sa défaite face à Tsitsipas en demi-finale à Pékin dans un match qu'il maîtrisait ? Alors qu'il semblait retrouver un fil conducteur, il pourrait accuser le coup mentalement. Il faudra se méfier évidemment du Croate Borna Coric, finaliste l'an passé, qui a donc énormément de points à défendre. Après quelques pépins physiques, il avait retrouvé un bon niveau à St-Petersbourg avant de perdre coup sur coup deux matches en 3 sets face à De Minaur et Taro Daniel. Le contre-coup physique après plusieurs semaines sans jouer ? Il aura la pression forcément. Mais le 14ème mondial en course pour le Masters resterait dans le top 30 mondial malgré une défaite dès le 1er tour ici face à Rublev. Le Russe qui mène 2-0 dans les confrontations et qui a joué le meilleur tennis de sa carrière entre juillet et septembre. Jusqu'à cette défaite face à Fognini cette semaine à Pékin où il a été impuissant face au talent de l'Italien. Si la thèse de l'accident l'emporte, alors le Russe pourrait s'offrir un 2ème manche face à Federer en quarts. Pour rappel, le Suisse avait été balayé en 2 sets par Rublev à Cincinnati cet été...