Depuis 1990, un an après la chute du mur de Berlin, la capitale russe reçoit les joueurs ATP sans interruption. Les 17 premières éditions se déroulaient sur moquette. Depuis 2007, le tournoi se dispute sur dur en indoor au palais des glaces Krylatskoye.

Ce tournoi est historiquement assez lent mais cela n’a pas empêché Marin Cilic (2 fois) ou Khachanov l’an dernier de soulever le trophée. Cependant, les titres de Dzumhur en 2017 et Carreno en 2016 montrent que les conditions ouvrent des perspectives pour les joueurs défensifs. Bien que la surface ait été changé en 2017 (Rukort à TP), les conditions de jeu sont assez similaires. Il y a le Hawk-eye et les balles du tournoi sont des Babolat.

Les têtes de séries trustent les titres (9 sur les 10 dernières éditions) dont 7 pour les 3 meilleures têtes de série. Mais pourtant les surprises sont nombreuses sur ce tournoi avec pas moins de 38,1% d’outsiders en moyenne depuis 10 ans (101 sur 265). Un pic a été atteint en 2017 avec 52% et mis à part en 2017 (7 outsiders), il y a toujours eu au moins 10 outsiders chaque année.

Voici le bilan des têtes de série depuis 2009 à Moscou :
- 66% gagnent leur match au premier tour (27 sur 41)
- 48,5% gagnent leur match au 2ème tour (32 sur 66)
- 40% des têtes de série arrivent en quart de finale

Concernant les qualifiés, leur réussite est assez impressionnante. Ils sont 52,5% à s'imposer au premier tour (21 sur 40) mais surtout beaucoup sont allés très loin : Kukushkin (2013) a perdu en finale, Marchenko et Kukushkin (2009) Chardy (2011) et Basic (2017) ont atteint le dernier carré. Neuf autres joueurs ont atteint les quarts de finale.

Enfin, les joueurs russes invités (wildcards) ont remporté seulement 6 matches au premier tour sur 27 (22,22%). Khachanov s'est illustré en remportant le titre l'an passé et Donskoy est arrivé en demi-finale en 2015.

Prize Money du tournoi
Défaite au 1er tour : 7.700€
Défaite au 2ème tour : 12.800€
Défaite en quarts : 22.300€
Défaite en demie : 39.200€
Défaite en finale : 71.000€
Titre : 131.200€

Une donnée à prendre en compte sera l'enchaînement des matches depuis l'Asie mais cela ne concerne finalement que Medvedev qui aura 3 jours de récupération. Khachanov lui aura presque une semaine complète. Chardy et Rublev auront 4-5 jours.

1er quart de tableau
Daniil Medvedev vient d'atteindre la finale sur les 6 derniers tournois qu'il a disputé. Cependant, il a très peu d'intérêts de venir ici à Moscou à part jouer pour le plaisir devant ses supporters. En gagnant le tournoi, il ne gagnera que 70 points aux classements ATP et Race (puisqu'il perdra les 180 points du Queens en raison du trop grand nombre de tournois disputés par le Russe). Néanmoins, sur le papier, il est évidemment le favori. Après trois éliminations en qualifications entre 2013 et 2015, Medvedev avait atteint les quarts de finale en 2016 et 2017. L'an passé, il s'était incliné en demi-finale face à Karen Khachanov qu'il pourrait retrouver en finale cette année. Le "hasard" du tirage au sort a voulu qu'il joue dès son entrée en lice l'un des deux jeunes Russes invités qui s'affronteront au premier tour. On aurait voulu convaincre Medvedev de venir, on n'aurait pas pu faire mieux. En gros, il a déjà son billet pour les quarts de finale sans avoir à forcer. Et il se pourrait qu'il retrouve un autre Russe à ce stade de la compétition si Andrey Rublev arrive à se défaire de Bublik au premier tour.

Le Kazakh fait la meilleure saison de sa carrière (54ème) avec 3 titres challenger et deux finales ATP à Newport et Chengdu. Quart de finaliste en 2016 et 2017, Bublik est évidemment à prendre au sérieux avec sa qualité de service et sa confiance du moment. De son côté, Rublev a perdu ses 6 matches à Moscou (4 au premier tour et 2 en qualifications) alors que cette surface plutôt lente est censé s'adapter à son jeu.

Résultat de recherche d'images pour "cilic moscow"

2ème quart de tableau
Le double vainqueur de Moscou n'est plus que l'ombre de lui-même en 2019. Marin Cilic n'est que 42ème à la Race. Le Croate n'a disputé qu'un seul quart de finale cette saison. Famélique. Sur les 18 tournois qu'il a disputés en 2019, il a perdu 6 fois pour son premier match et 7 fois lors de son 2ème match. Sa confiance est au plus bas. De plus, en indoor, il n'a plus atteint une finale depuis Bâle en 2016. Il n'a plus joué à Moscou depuis son dernier titre en 2015.

Sa partie de tableau n'est pas si évidente. Il devra d'abord de défaire de Bedene ou Karlovic. Deux joueurs compliqués à manoeuvrer avec leur qualité de service. Le géant croate de 2m11 a un bilan équilibré de 3 victoires pour 3 défaites face à son compatriote tandis que le Slovène a réalisé un début d'automne incroyable notamment avec une qualité de service qu'il a élevé au niveau des tous meilleurs.

Kecmanovic quant à lui semble un peu en perte de vitesse en cette fin de saison avec 6 défaites sur ses 9 derniers matches et il a très peu d'expérience en indoor. Jérémy Chardy lui revient à Moscou 8 ans après sa demi-finale. Il sort de deux bons tournois à Pékin et Shanghai. Il est donc en confiance. Il affrontera au premier tour Nicolas Jarry qui a disparu de la circulation après son titre à Bastad cet été (5 défaites consécutives). En indoor, le Chilien n'a toujours pas remporté le moindre match sur le circuit ATP (3 défaites).

Résultat de recherche d'images pour "mannarino moscow"

3ème quart de tableau
Adrian Mannarino reste sur deux défaites après sa finale à Zhuhai. Il va retrouver ici à Moscou des conditions de jeu idéales pour lui. Finaliste l'an passé et demi-finaliste en 2017, le Français a les moyens de reproduire ce genre de parcours dans la partie de tableau la plus abordable avec aucune tête d'affiche et spécialiste de la surface. La tête de série n'est autre que le Serbe Lajovic qui compte seulement 38% de victoires en indoor en carrière et un seul quart de finale en 18 tournois.

Le Français aura aussi sur sa route Donskoy ou Kukushkin qui a été battu deux fois par Mannarino cet été. Le Kazakh joue un peu dans le même registre mais n'a pas pour l'instant pas réussi à trouver la solution pour contrer la patte gauche du Français.

Enfin, l'Argentin Londero fait figure d'intrus même s'il a prouvé qu'il était capable de bien jouer sur dur. Avec seulement 4 matches en indoor disputés en carrière, il y a peu de chances de le voir briller cette semaine et arriver en finale.

Résultat de recherche d'images pour "khachanov moscow 2018 title"

4ème quart de tableau
Le tenant du titre est pratiquement hors course pour le Masters de Londres. Son seul espoir, conserver son titre à Moscou, remporter ensuite Vienne et atteindre la finale à Bercy. Karen Khachanov a confirmé qu'il était incapable d'enchaîner deux tournois consécutifs. Après sa demi-finale à Pékin, il est tombé en 2 sets face à Fognini au 2ème tour de Shanghai. Néanmoins, la meilleure période pour lui arrive avec trois semaines de compétition en indoor où il a remporté ses 3 derniers titres (Marseille, Moscou et Bercy).

Sa partie de tableau est largement à sa portée. Pour son entrée en lice, il sera opposé à un joueur en méforme, Kohlschreiber ou Herbert. L'Allemand (36 ans) n'a remporté qu'un match sur le circuit ATP sur les 4 derniers mois. Quant au Français, il a été blessé ces derniers temps et a perdu 8 de ses 9 derniers matches. Sa priorité sera surtout de se remettre en forme.

Le joueur le plus dangereux sera le Lituanien Berankis, spécialiste des surfaces indoor (56% de victoires en carrière) et toujours très difficile à battre. Andreas Seppi sera aussi à surveiller contrairement à Carballes et Garin qui ne devraient pas avoir les armes pour s'immiscer en demi-finale même si la surface lente est plutôt en leur faveur. Cela reste du dur et les rebonds n'ont rien à avoir avec la terre battue.