Suite et fin du 2ème tour ce jeudi à Bâle et Vienne ! Pour l'instant, il y a eu 5 outsiders en 18 matches en Autriche (27%) et 4 outsiders en 19 matches à Bâle (21%). Nous sommes dans une fourchette assez basse mais en cohérence avec les analyses des deux tournois postées sur le site le week-end dernier. 11 matches sont au programme aujourd'hui. Il n'est pas impossible de voir au moins 2/3 outsiders créer la surprise.

Pour commencer, prenons la direction de Vienne où Sam Querrey affronte en ouverture de journée Diego Schwartzman, battu lors de ses deux derniers duels par l'Américain. S'il ne réalise pas sa meilleure saison, il y a du mieux depuis Pékin pour Querrey avec des victoires sur Bautista, Schwartzman, Dimitrov et une vraie démonstration face à Mannarino au 1er tour. De son côté, l'Argentin est moins performant. Il a notamment été battu trois fois par le même style d'adversaires : Pospisil, Copil et Querrey. Son premier tour face à Herbert a été moins abouti que le score le laisse penser (6-4/6-4). Sur ses 4 derniers matches, Schwartzman a été moins performant en retour que depuis le début de saison avec seulement 18,5% de breaks (notamment aucun face à Pospisil) alors qu'il tourne en carrière entre 22% et 27% face aux meilleurs serveurs du circuit. Rodolphe Gilbert pense que Querrey peut créer la surprise sur ce match : "On ne maîtrise pas quel niveau de jeu auront les deux joueurs aujourd'hui sur le court mais si Querrey fait un bon match, il a toutes les armes pour gêner Schwartzman avec son service et sa puissance de frappe. C'est la qualité de service de l'Américain qui sera la clé du match face à l'un des meilleurs retourneurs du monde. Mais Querrey a déjà battu beaucoup de joueurs du top 20, c'est un joueur irrégulier et donc imprévisible. C'est un très bon joueur lorsqu'il a de bonnes sensations avec la balle. Il reste sur deux victoires face à l'Argentin, il arrive donc avec un peu de confiance et de repères. Il sait comment battre Schwartzman. Pour faire une comparaison, si Albot avait battu Federer hier, c'était une grosse surprise mais si aujourd'hui, Querrey s'impose, personne ne s'en offusquera..."

Le niveau de jeu de Bedene depuis l'US Open donne le tournis. Les chiffres sont implacables et il semble même encore meilleur à Vienne. Faisons le point :
- jeux de service remportés : 92,3% depuis l'US Open / 100% à Vienne
- points sur sa 1ère balle : 82,2% depuis l'US Open / 93,6% à Vienne
- % aces par 1ère balle : 28,4% ace depuis l'US Open / 41,5% à Vienne

Pour être clair, ses performances au service depuis 2 mois sont supérieures à celle d'Isner, Karlovic et Opelka... Malgré ses qualités de retour, Gilles Simon a été impuissant face au Slovène à Metz (0 break et seulement 3 points remportés sur la première balle de Bedene...) Difficile d'imaginer pour quelles raisons le Slovène serait subitement moins performant alors qu'il est en confiance et sur une surface qui lui convient parfaitement bien.

Rublev a évité Auger au premier tour pour récupérer Bublik qu'il avait difficilement battu en 3 sets à Moscou. Cette fois, ce fut encore plus dur pour le Russe qui était à 2 points de perdre le match à 6-5 et dans le tie-break décisif du 3ème set. Il continue donc son marathon depuis 3 mois. Il est opposé aujourd'hui à Chung qui l'a déjà battu 3 fois en 3 matches mais c'était en 2017. Le niveau de jeu de Rublev a considérablement progressé depuis. A l'inverse, celui de Chung a nettement chuté après des blessures qui l'ont éloigné du circuit pendant plusieurs mois. Rublev est logiquement favori de cette rencontre. La seule incertitude est la résistance physique de Rublev. S'il tient encore et encore, alors il s'imposera parce que sa qualité de jeu est nettement supérieure à celle de Chung qui a sorti un très mauvais Raonic au premier tour. Au-delà de la fatigue physique, c'est surtout l'usure mentale qui est sur un fil pour Rublev mais il ne reste plus que 10 jours de compétition pour lui. S'il est capable de maintenir le cap, il s'imposera.

Thiem comme Rublev affronte un adversaire contre qui il n'a jamais gagné : 4 victoires pour Verdasco en 4 duels. Mais une nouvelle fois, le niveau de jeu Thiem sur cette fin de saison est de très haute qualité. Et celui de Verdasco est assez moyen depuis de longs mois. L'Espagnol a profité d'une incroyable défaillance de Basilashvili pour passer le 1er tour alors que Thiem a battu un très très bon Tsonga dans un match d'une grande intensité. Thiem surfe sur un niveau de confiance incroyable. Il joue chez lui devant son public, il est logiquement le favori. Il est en route pour prendre sa première victoire face à Verdasco. Les performances en indoor de l'Autrichien depuis un an sont excellentes : 11 victoires sur ses 15 derniers matches alors que Verdasco est à 9 victoires pour 6 défaites. Il avait atteint le dernier carré à Vienne il y a un an mais il ne compte que 2 victoires en carrière face à un top 10 en indoor notamment face à Thiem à Bercy en 2017. Mais il y a de fortes chances pour que ce ne soit pas le même Thiem en face aujourd'hui. Et bien que Thiem n'aime pas affronter des gauchers puissants comme l'Espagnol capable de tenir la cadence du fond du court, les qualités de déplacement de Verdasco ne sont plus celles d'antan et la puissance de Thiem sera sûrement trop forte pour l'Espagnol.

Enfin, Gaël Monfils a l'occasion d'effacer sa défaite face à Sinner la semaine dernière à Anvers. Une revanche lui est offerte aujourd'hui. La pépite italienne a confirmé son potentiel ces dernières semaines mais si Monfils rejoue comme il l'a fait face à Novak dans les deux derniers sets, le Français devrait s'imposer sans trop de soucis. En revanche, s'il sort une prestation comme dans le premier set, il aura des difficultés. Mais Sinner sera de toute façon un adversaire compliqué à manoeuvrer pour Monfils qui n'est pas à son meilleur niveau ces dernières semaines.

A Bâle, David Goffin a effacé sa piètre performance face à Ugo Humbert devant son public d'Anvers. Il est donc relancé dans la course au Masters mais n'a plus de joker. Il doit battre le géant américain Opelka pour continuer à rêver de Londres. Le Belge avait battu Opelka en 5 sets à Melbourne en 2017 mais le niveau de jeu de l'Américain n'a plus rien à voir. Depuis, il s'est installé dans le top 50 mondial et battu notamment quelques top 20 (7 victoires pour 10 défaites) comme Isner, Wawrinka et Fognini). De son côté, le bilan de Goffin en indoor face aux grands serveurs est de 50% de victoires mais il reste sur 4 défaites en 5 matches depuis 2016. Pour Rodolphe Gilbert, ce match a tout d'un piège pour Goffin : "Il est parfois un peu limité dans les échanges mais quand il sert comme il l'a fait au premier tour face à Garin, il est injouable. C'est toujours la difficulté face à ces grands serveurs, il n'y a pas de jeu, pas de rythme et ça peut gêner Goffin qui aime jouer en cadence. Tout dépendra de comment il sert. S'il sert très bien, ça se jouera sur des tie-breaks, sur des détails. Avec sa qualité de retour, le Belge a les armes pour profiter des moindres ouvertures qui se proposeront à lui mais le match s'annonce compliqué malgré tout."

Tsitsipas joue beaucoup mieux depuis l'US Open. Sa tournée asiatique a été un grand succès et il a confirmé son état de forme face à Ramos au premier tour. Cette fois, il va affronter un spécialiste de l'indoor qui a étrillé Andujar hier (6-1/6-1). Berankis est un joueur parfois très compliqué à jouer parce qu'il est quasiment indébordable. Il va falloir un bon Tsitsipas pour s'imposer en 2 sets. D'ailleurs le Lituanien l'avait battu à Metz il y a un an. C'est une piqûre de rappel dont se souviendra certainement le Grec avant d'entrer sur le court. Sa détermination et son état d'esprit sur ces 3 dernières semaines devront perdurer aujourd'hui pour qu'il s'impose. Sa cote est trop faible pour prendre le risque d'une mise malgré tout. Berankis a également été capable de battre deux fois Raonic en indoor lorsque le Canadien était dans le top 10 mondial. Méfiance. Il ne serait pas surprenant de voir Berankis pousser le Grec dans un match avec au moins 20 jeux.

Stan Wawrinka est favori de son match face à Tiafoe mais l'Américain a bien relevé la tête depuis 10 jours après des mois de doutes et de mauvais résultats. Après sa finale perdue face à Murray, le Suisse a bien réagi face à Cuevas en sortant une prestation solide. Mais Tiafoe est un joueur capable de mettre un peu de folie dans le match et de bousculer Wawrinka, dont le bilan à Bâle (12 victoires pour 13 défaites) est étrangement négatif. Il n'a jamais affronté Tiafoe encore. L'Américain a balayé Evans au 1er tour en 2 sets de façon impressionnante (6-4/6-2) avec une grosse première balle. Il devra absolument maintenir cette qualité de service pour espérer battre Wawrinka très performant en retour. Peut-être le Suisse a-t-il à coeur d'enfin briller en Suisse... Un quart de finale face à Federer se profile... Aura-t-il assez de batterie et d'envie pour s'offrir un nouveau duel face à lui ? Une victoire de Tiafoe n'est pas impossible, en tout cas sa cote est intéressante même si le statut de Wawrinka est impossible à nier.

Fognini est encore en course pour le Masters. L'espoir est mince mais mathématiquement, c'est encore possible. Il faudra pour cela battre Krajinovic, très convaincant déjà à Stockholm la semaine dernière, battu en finale par Shapovalov. Le Serbe sert très bien, fait peu de fautes, sent très bien la balle. Il a facilement écarté Djere au premier tour, tout comme Fognini face à Popyrin. C'est un match serré sur le papier et d'ailleurs les cotes vont dans ce sens. Difficile de prendre position. Tout est possible tant les deux joueurs peuvent à tout moment sortir une performance bien en-deçà de leur meilleur niveau.

Les pronostics de la rédaction
Querrey bat Schwarzman
Thiem bat Verdasco + 1 set Bedene
Monfils bat Sinner