Bonsoir. Content de ton niveau de jeu pour ce début de tournoi depuis les qualifications ?
Oui, je ne vais pas parler que de ce match face à Querrey. Les trois matchs ont été très bons. J'ai joué trois joueurs avec des styles de jeu complètement différents. Aujourd'hui, je savais que cela allait être un match serré. Il sert vraiment bien. Après, il prend beaucoup de risques. Il faut être vraiment vigilant. Je suis content, je suis resté bien concentré. Après, je fais quand même une erreur. Au premier set, cela fait 6-5, cela fait 40/0 sur mon service. Je n’aurais pas dû me faire breaker sur ce jeu-là, c’est complètement de ma faute. J'ai réussi à oublier tout de suite et à rester concentré dans mon jeu et dans mes schémas. Après, j'ai joué de mieux en mieux, je me suis senti de mieux en mieux sur le terrain. Je suis content d'avoir gagné.

Nerveusement, c'est épuisant de jouer des mecs comme ça, qui servent souvent très bien où t’as très peu d’occasions dans le match, voire dans le set. Ta première balle de break est arrivée dans le troisième set...
Tu le sais, avant le match. Parfois, c'est juste un peu frustrant. Tu commences bien le jeu et derrière, tu prends des services gagnants ou des aces. C'est dur de voir où il sert, et il sert très bien. Au moins je le sais avant le match. Ce sont des vrais matches indoor où il n'y a pas beaucoup d'occasions. Il faut garder son service, dès que tu as une petite chance il faut essayer de la saisir.

Comment cela va physiquement sur cette fin de saison, notamment au niveau de ton pied ?
Comme tu l'as dit, c'est la fin de la saison. Qu'il aille bien ou pas, je n'y pense pas trop. Je sais que c'est mon dernier tournoi. Je suis à domicile ici alors on y va à fond.

Tu n'as pas fait de gros résultats ici en 9 participations. C'est lié à la fatigue de fin de saison et à l'adversité qui est importante ou est-ce lié aux conditions ? Comment tu expliques que c'est un tournoi qui ne t'a jamais vraiment réussi ?
Dans un Masters, ce n'est jamais facile. Tous les matches sont difficiles à jouer et à gagner. Il y a plusieurs années, la surface était beaucoup plus rapide. Ce n'est pas ce que je préfère non plus. Cela fusait davantage les années précédentes. Même si tu joues bien, quand tu joues les Masters Series, tu peux quand même faire un bon match et perdre. C'est pour cela que c'est difficile d'aller loin dans les tournois. Chaque fois que tu joues un joueur, tu joues un joueur plus fort ou en confiance. Ce ne sont pas les tournois les plus faciles.

Justement, un gros morceau t’attend au prochain tour, l’un des meilleur joueurs de ces derniers mois : Medvedev.
C'est presque le joueur le plus en forme, il a fait 6 finales d'affilée. Il joue très bien depuis cet été. Je pense qu'il n'a pas perdu beaucoup de matches. C'est l'un des seuls qui n'en a pas perdu beaucoup. Ce sera un match difficile. C'est un challenge sympa pour moi de jouer ce match. Sur le papier, je ne suis pas favori. Il est en pleine confiance. J'ai fait trois bons matchs. Je n'ai rien à perdre. Essayer de jouer ce match en prenant peut-être des risques, essayer des choses et voilà, on ne sait jamais sur un match. C'est ce qui est bien dans le sport.

Tu peux nous parler de ta collaboration avec Cédric Pioline, qui est venu se greffer à ton coach James Davidson ? Comment vous fonctionnez concrètement ? Il est consultant sur Eurosport, vous vous voyez souvent ? Comment cela se passe ?
Je suis très content qu'il nous ait le staff. Je pense qu'il m'apporte beaucoup de choses petit à petit, dans mon jeu. Je suis content de travailler avec lui. On a fait pas mal de semaines depuis que l'on a commencé ensemble. Après, on a commencé en cours de saison, donc on n'a pas eu vraiment une grosse période de travail. Ce sera notre première. En novembre et décembre, on a une longue période pour s'entraîner. Je sais que l'on va passer beaucoup de temps ensemble durant ces deux mois. J'espère que cette période où on peut vraiment s'entraîner, je pourrai continuer ce que l'on a commencé et le faire évoluer encore plus vite.

Je crois que tu avais déclaré une fois que la plus belle balle de match que tu avais jouée, c'était contre Roger Federer à Rome. Celle de ce soir est-elle sur le podium ?
Oui. Avant la balle de match, je ne voulais pas avoir de regrets. Quand tu joues ce genre de joueur, tu veux le faire jouer, essayer de retourner dedans quand c'est un point important. Je me suis dit : il faut que je prenne ma chance. Pendant le
match, en pourcentage, il avait servi beaucoup plus souvent le T. Je me suis dit : s'il fait l'ace extérieur, bravo. Par contre, s'il sert le T, il faut que j'y aille à fond. Du coup, je suis parti vraiment avant et la balle arrivait parfaitement, je l'ai bien pris, donc après… Ce n'est pas toutes les balles de match qui sont comme cela malheureusement. Quand c'est un match aussi serré, faire ce coup sur la balle de match, forcément tu le savoures.

Le match de demain soir peut évidemment changer un peu ton bilan de saison. Quel regard portes-tu sur ta saison ? Tu as fait souvent des gros matchs, mais la bascule n'a pas toujours été là. Comment tu juges ça ?
Je pense que ma saison aurait pu être meilleure et aurait pu être moins bonne. J'ai été plus constant en revanche dans ma saison. Mon niveau de jeu moyen a été plus élevé que les autres années. Après, j'ai fait de bons matchs. J'ai joué mon meilleur niveau de jeu dans certains matches. Comme tu l'as dit, je n'ai pas réussi à enchaîner les bonnes victoires, à aller plus loin dans les tournois. Je suis quand même content de ma saison. Je sens que ce que j'ai travaillé et ce que je voulais faire évoluer dans mon jeu va dans la bonne voie. Mon niveau de jeu moyen, je trouve qu'il est vraiment monté. Après, parfois, entre une saison moyenne et une très bonne, ce sont juste quelques matches qui font la différence. Je suis content du travail que j'ai fait, je suis content des gens qui m'entourent. C’est important, parce que je ne suis plus tout jeune non plus. Je suis motivé, j'ai envie de continuer à jouer tant que je me fais plaisir. Avoir une équipe avec des gens que j'apprécie et en qui j'ai confiance, c'est plus facile pour voyager et aller tous les jours s'entraîner dur à l'entraînement.

Propos recueillis en conférence de presse après sa victoire face à Sam Querrey au premier tour du Rolex Paris Masters le lundi 28 octobre 2019.