Corentin Moutet a signé sa première victoire en carrière sur dur sur le circuit ATP. Le Français, vainqueur de Dujan Lajovic, aime vraiment briller devant le public français. Il aura l'honneur d'affronter Novak Djokovic au 2ème tour mais il refuse de se mettre trop de pression.

Bonjour Corentin. On imagine que vous ressentez une grande satisfaction aujourd'hui avec ce premier tour passé pour la première fois dans un Masters 1000.
Oui. De la satisfaction. Après, le tournoi continue. Déjà, d'avoir été sur le terrain était une chance puisque j'étais normalement sorti du tournoi en qualifications. J'ai essayé de faire le maximum, en me remobilisant. Je suis content de m'en être sorti et de pouvoir continuer encore.

Justement, peux-tu nous raconter comment vous avez vécu ce repêchage en tant que lucky loser après le forfait de Richard ?
Une journée s'est passée entre. Donc je savais que je pouvais être lucky loser. Il fallait que trois personnes se retirent. Donc jusqu'à mercredi, je m’étais dit que j'étais toujours en course et qu'il fallait me préparer au cas où je rentrais sur le terrain. Je ne suis pas vraiment sorti du tournoi. J'ai fait les mêmes choses que quand j'ai un match à jouer, en attendant mercredi si une place se libérait.

Cela fait quelques semaines que tu es sans coach. Comment vis-tu la période ? Tu aimes cette sorte « d'autonomie » que tu avais déjà eue dans le passé avec ta séparation avec ton ancien coach ?
Ce n'est pas agréable d'être sans entraîneur. On le voit rarement sur le circuit. Ce n'est pas forcément une bonne chose. À court terme, ça peut le faire, mais à long terme, il faut que j'en trouve un pour continuer à travailler et avoir une équipe saine avec qui je peux travailler autour de moi. Je pense que c'est une étape. Je n'ai pas le choix de faire sans pour l'instant. J'essaie de faire le maximum, mais ce n'est pas simple. Je vais essayer de trouver le plus vite possible un entraîneur.

Même si le tournoi n'est pas terminé, comment qualifierais-tu ta saison jusqu'à présent ?
Comment je la qualifierais ? Je ne sais pas. Je ne sais pas trop. Je ne sais pas trop quoi dire. Je pense qu'il y a eu de bons moments, une première victoire en Grand Chelem, des choses nouvelles, des matches contre de très bons joueurs, des matches gagnés et des matches perdus et plein de nouvelles expériences. J'ai beaucoup appris de cette année même si elle n'est pas encore finie. J'ai pu goûter à plein de choses que je ne connaissais pas avant. Je pense que c'est une bonne chose. J'essaie de me servir de toutes ces expériences nouvelles pour m'enrichir et devenir meilleur en tant que personne et joueur. C'est ce qu'il faut retenir de cette saison.

Au prochain tour, ce sera Novak Djokovic, plus qu'un sacré défi ! Le fait d'avoir joué aujourd'hui sur le court central peut t'aider demain à appréhender un tel événement ?
Forcément. Rien que pour la surface déjà. C'est important. En tout cas, je ne m'attendais pas vraiment à jouer sur le central aujourd'hui. J'étais surpris, super excité et content de pouvoir jouer là où j'ai déjà été spectateur. Y être était vraiment super aujourd'hui. Demain, ce sera probablement sur le même court, mais avec plein de choses différentes. Il y aura plus de public j'imagine. Pas forcément tout le public pour moi, ce qui est normal. Le contexte du match sera différent, je ferai avec.

On imagine que Djokovic, vous l'avez vu jouer de nombreuses fois à la télévision ou comme spectateur. Qu'est-ce qui vous impressionne le plus ? Qu'est-ce que vous trouvez le plus marquant dans son jeu ?Dans son jeu, je ne sais pas trop. Je ne l'ai pas vu 1 000 fois jouer. Je ne regarde pas beaucoup le tennis. Je vais regarder ce soir des vidéos pour m'informer. Qu'est-ce qui peut être impressionnant ? Je n'ai pas envie d'être impressionné par lui ou par les autres joueurs. J'ai beaucoup de respect pour sa carrière. Il est numéro 1 depuis longtemps. Il a gagné beaucoup de Grands Chelems et a réussi à faire sa place parmi les meilleurs et il a fait sa place. Aujourd'hui, il est le meilleur joueur du monde, il est numéro 1. Dans son jeu, je ne sais pas quoi dire, il est très constant. Quand il joue un tournoi, il gagne souvent. Je vais essayer de surpasser ça et d'être meilleur que lui !

Propos recueillis en conférence de presse après sa victoire sur Lajovic au premier tour du Rolex Paris Masters le mardi 29 octobre 2019