Denis Shapovalov va finir l'année 2019 à la 15ème place mondiale. Malgré un gros trou d'air entre avril et mi-août, le Canadien (20 ans) a su se ressaisir et finir sa saison en trombe. Très prometteur pour 2020.

Quelle a été la plus grande frustration pour vous aujourd'hui ?
La relance. Il a très bien servi. Je pense qu'il a dû avoir un pourcentage de 103% de premières balles au premier set. Mais il faut lui rendre hommage, il a fait un très beau match, une fantastique semaine et je lui souhaite le meilleur pour Londres.

Selon vous, qu'est-ce-qui fait que son service est aussi difficile à contrer ?
Il est extrêmement précis. C'est difficile de les anticiper parce qu'il change tout le temps ses zones. Il a monté d'un cran. J'ai eu une toute petite balle de break c'est tout. Il a été très solide.

Comment avez-vous vécu ce match ? Vous sembliez nerveux au début ?
J'étais vraiment enthousiaste. Bien sûr, l'entame du match a été difficile. Je ne pense pas que j'étais nerveux, simplement j'étais un petit peu lent au début mais j'avais vraiment hâte d'entrer dans le court.

La saison est terminée pour vous. Elle a été en dents de scie. Après Miami, vous avez eu des difficultés pendant quelques mois puis vous avez retrouvé un bon niveau depuis vous avez Mikhael Youzhny comme coach. Quel bilan tirez-vous de cette année ?
C'est du sport, forcément cela va en dents de scie. Il n'y aura pas des finales de Masters tous les jours. Il est normal qu'il y ait des hauts et des bas. Il faut que je m'efforce à améliorer mon jeu tous les jours mais quand j'éprouvais des difficultés, je ne me suis jamais découragé. J'ai essayé de remonter la pente et je suis ravi de mon travail et du travail accompli par l'équipe, surtout ces dernières semaines.

Il est certain que vous allez avoir une carrière fantastique. Vous ne voulez peut-être pas y penser pour l'heure ?
Oui, c'est fantastique de l'entendre mais le chemin à parcourir est encore long et ardu. C'est incroyable cette semaine, néanmoins ce n'est pas la fin. Je vais retourner sur le court, je veux un jour battre des joueurs comme Novak. Il faut que je m'améliore en retour et j'espère que je pourrais faire encore mieux l'année prochaine.