Rencontre sans enjeu sur le papier entre Berrettini (déjà éliminé) et Thiem (déjà qualifié pour les demi-finales) mais ce match peut marquer l'histoire de ce Masters 2019 nourri de surprises et de rebondissements comme la victoire de Thiem face à Djokovic ou celle de Nadal face à Medvedev après avoir été mené 5-1 dans le set décisif. Résultat : la présence du Big Three dans le dernier carré est remise en question et leur statut "d'intouchables" est torturé cette année à l’O2 Arena.

Bien que Dominic Thiem soit déjà qualifié et Berrettini éliminé, ce match présente tout de même certains intérêts, à commencer par la volonté de Berrettini de marquer l’histoire du tennis italien. En effet, Matteo a une mission : devenir le premier italien a remporté un match à l'ATP Finals. Celui qui a su briller cette saison sur plusieurs surfaces, va devoir faire face à celui qui joue le mieux cette semaine, Dominic Thiem. L’Autrichien est confiant depuis ses trophées à Pékin mais aussi à Vienne et pratique un jeu offensif et agressif en prenant la balle tôt et en empêchant ainsi ses adversaires de bien se placer tellement cela va vite. Très à l’aise dans l’échange, Thiem s’est défait de Federer et de Djokovic et forcément marqué les esprits.

Face à lui, l’Italien Berrettini a fait une saison plus qu’honorable avec deux titres et une demi-finale à l’US Open. Le Romain apparaît comme une révélation de la saison et il est récompensé par cette participation au Masters. Si Thiem a battu Djoko et Fed, ce n’est pas du même ressort pour Berrettini qui a souffert face aux deux légendes, sans jamais donné l’impression qu’il serait en capacité de les faire douter… Dans les grands rendez-vous, l’Italien a énormément de mal à imposer sa patte. Il a encore des progrès à faire dans ce domaine : "J'ai eu plusieurs occasions face à Federer, je n'ai pas joué mon meilleur tennis mais le service était très bon. Je ne suis jamais pas satisfait après une défaite, mais aujourd'hui, c'était très différent de Wimbledon où j'étais entré sur le terrain en me fixant comme objectif de m'amuser, ce qui était une grosse erreur. Aujourd'hui, je voulais gagner et j'ai fait mon jeu. Avec pas mal d'erreurs, mais Roger a joué 17 Masters, je joue avec les meilleurs joueurs de tennis de la planète. Je sais où j'étais récemment, d'où je viens. Cela dit, à la fin du tournoi, je dirai à mon staff : "Les gars, je veux m'améliorer et être plus compétitif." Mais je profiter de cette expérience dans ce magnifique lieu. Quand je joue et regarde ma box avec toute l'équipe, ma famille, ma petite amie, mes amis, c'est magnifique. C'est un tournoi que je rêvais de voir il y a des années, maintenant je le joue. C'est fantastique mais aussi très étrange."

Le jeu de l'Italien est bien plus axé sur son service que du côté de Dominic Thiem. Les deux joueurs ont un coup droit puissant qui leur permet d'effectuer beaucoup de coups gagnants. Ils sont également très techniques. En revers en revanche, l'avantage est clairement pour l'Autrichien. Voici quelques chiffres depuis le début du tournoi :

On peut se rendre compte que l'Autrichien est très offensif mais commet énormément de fautes. Le point faible de l'Italien se situe en revers et dans son faible taux de réussite dans ses frappes. Il a trop subi le jeu de Djokovic et Federer. Il a l'occasion face à Thiem de modifier ce schéma tactique.

C'est la 4ème rencontre entre les deux joueurs et la 3ème cette saison. Berrettini s'est imposé à Shanghai début octobre en 2 sets et l'Autrichien a pris sa revanche à Vienne fin octobre en 3 sets. A Roland Garros en 2018, bien avant que l'Italien n'explose au plus niveau, il avait réussi à prendre un set à Thiem pour s'incliner en 4 manches. On peut donc voir que le jeu de Berrettini, assez similaire à celui de Thiem gêne l'Autrichien, notamment à cause de la qualité de service de l'Italien.

Si Thiem a un bilan exceptionnel face au Big Three (4 victoires sur ses 5 derniers matches face à Djokovic, 5 victoires sur ses 6 derniers matches face à Federer et 3 victoires sur ses 8 derniers matches sur terre battue face à Nadal), l'Autrichien peine face aux grands serveurs, surtout sur dur : seulement 44,7% de victoires en carrière mais attention 7 victoires de Thiem sur ses 8 derniers matches. Ce qui confirme la nette progression de Thiem sur cette surface et peut expliquer les récents et nombreux titres remportés par l'Autrichien sur dur depuis 14 mois.

Corrado Barazzutti, capitaine de l'équipe d'Italie depuis 2001, a vécu cette expérience du Masters en 1978 et il comprend pourquoi Matteo Berrettini est en difficulté : "C'est l'aspect mental qui fait la différence. On sent la pression de devoir être au maximum, de devoir faire une bonne impression. Honnêtement, cette pression supplémentaire crée un peu d'anxiété et peut, par conséquent, modifier la performance. On veut prouver aux autres que notre présence est juste, qu'on n'est pas là par hasard. Mais Matteo a eu un tirage très difficile et en plus, il y a peut-être aussi la fatigue qui a affecté ses performances. Il est indéniable pour valider son billet pour le Masters, il a dépensé beaucoup d'énergie et d'influx nerveux. Un peu de fraîcheur aurait été utile. Mais les autres non plus ne brillent pas sur le plan physique. On voit bien que tous les organismes sont un peu fatigués. C'est normal, on est en fin de saison. J'ai hâte de le retrouver à Madrid pour la Coupe Davis. J'espère simplement qu'il va battre Thiem pour faire mieux que Panatta et moi-même qui n'avions pu prendre qu'un seul set."

Le scénario de ce match ressemblera-t-il à celui de Humbert face à Sinner au NextGen ? Un qualifié contre un éliminé. L’éliminé sauve l’honneur et le qualifié « traverse » ce match sans y apporter une importance quelconque. Un comportement inconscient qui peut s'expliquer par une projection vers la demi-finale et une décompression après deux matches à très haute intensité. Néanmoins, il n'y a eu que trois cas depuis le début des années 2000.

Les précédents matches entre un joueur éliminé et un joueur qualifié :
2015 : Nadal (qualifié) bat Ferrer (éliminé) en 3 sets
2013 : Djokovic (qualifié) bat Gasquet (éliminé) en 3 sets
2011 : Federer (qualifié) bat Fish (éliminé) en 3 sets
2008 : Tsonga (éliminé) bat Djokovic (qualifié) en 3 sets
2006 : Robredo (éliminé) bat Blake (qualifié) en 3 sets
2005 : Federer (qualifié) bat Coria (éliminé) en 3 sets
2005 : Davydenko (qualifié) bat Puerta (éliminé) en 2 sets
2004 : Roddick (qualifié) bat Coria (éliminé) en 2 sets
2003 : Moya (éliminé) bat Schüttler (qualifié) en 2 sets
2003 : Federer (qualifié) bat Ferrero (éliminé) en 2 sets
2001 : Kafelnikov (qualifié) bat Kuerten (éliminé) en 3 sets
2001 : Hewitt (qualifié) bat Rafter (éliminé) en 2 sets
2000 : Agassi (qualifié) bat Norman (éliminé) en 2 sets

L'avis d'Oversen :
Berrettini gagne au moins 12 jeux dans le match @1.65