Les lecteurs et abonnés de Tennis Break News ont placé Hubert Hurkacz en 9ème position du classement des révélations de la saison 2019.

Qu'ils soient juges de ligne, arbitres de chaise, joueurs, spectateurs ou entraîneurs, ils ne quittent pas la balle des yeux. Pourtant, un joueur se démarque de tous les autres. Hubert Hurkacz, lui, frappe la balle... les yeux fermés ! Avant sa victoire face à Nishikori à Dubaï, cette particularité n'avait pas trop été médiatisée puisque le Polonais évoluait plutôt sur le circuit challenger à l'abri des regards et des caméras. C'est avant sa finale à Indian Wells en mars dernier que le journaliste de L'Equipe Julien Reboullet a révélé le scoop [1]. L'intéressé n'en fait pas une montagne : «J'avoue, c'est vrai, je ferme les yeux quand je frappe la balleEn fait, j'ai probablement toujours joué comme ça, et ça fait un moment qu'on me l'a fait remarquer. Je sais bien que ça pourrait m'aider, parfois, d'ouvrir les yeux quand je frappe la balle. Alors, à l'avenir, c'est peut-être un changement que j'essaierai d'opérer.»

Cette particularité montre surtout les capacités d'anticipation du jeune homme. Une part d'inné. Une part d'instinct. Le tennis est une histoire de famille chez les Hurkacz. Le 3 juillet dernier, pour son 2ème tour à Wimbledon face à Leo Mayer, tout le clan Hurkacz était présent dans les tribunes pour soutenir le fils. C'est la maman, née Zofia Maliszewska, ancienne championne de tennis (numéro une junior en Pologne) qui a initié Hubert au tennis dès l’âge de 5 ans. Le Papa, Krzysztof, PDG d’une entreprise internationale, a pu mettre tous les moyens à disposition de son fils pour l’aider à progresser. La sœur, Nika, de 10 ans sa cadette, joue également au tennis. « Ma famille est mon plus grand soutien.» La famille Hurkacz est un modèle sur le circuit : de l’aide, du soutien, et un contrôle des émotions sans aucune pression négative. C’est pourquoi le jeune Hubert ne se sépare jamais de sa famille sur les grands tournois.

Filip Kanczula est le premier à prendre le jeune Hubert sous son aile dès 2010 pour le préparer au mieux au plus haut niveau. Et contrairement aux jeunes de son âge, il prend déjà conscience de l’importance de l’alimentation : « A 10 ans, le tennis était déjà tout ce qui comptait pour lui. Je ne l’ai jamais vu boire la moindre boisson sucrée ou colorée, ni manger la moindre frite. Il n’est jamais allé au McDo. Il refusait même le popcorn… Personne ne lui disait de le faire, il le faisait de lui-même… C’était un bourreau de travail. Il s’entraînait 8 à 10 heures par semaines sans sourciller. »

A l’image de ses parents, Hubert Hurkacz aime cultiver une certaine discrétion teinté d'une bonne dose d'humilité. Mais il ne manque pas pour autant d'ambitions : « Etre 200ème mondial ne m'intéresse pas. Je veux entrer dans le top 50 cette année. J'en suis encore très loin mais on ne sait jamais. Je veux juste bien jouer et continuer à progresser. Je compte aussi remporter quelques titres. Je veux rattraper les jeunes de mon âge qui sont déjà dans le top 100. Ça serait bien de jouer à Milan en fin de saison. »

A 21 ans, il n'a toujours pas le moindre match sur le circuit ATP mais compte deux finales perdues en challenger face à Radu Albot et Alex Bolt contre qui il marquera l'un des plus beaux points de la saison 2018.

Il va très vite s'intéresser de près à l'aspect mental de ce sport. Pour cela, il décide de changer d'entraîneur et remplace Alexander Charpenditis par Pawel Stadniczenko : "Bien sûr que mon coup droit est mon arme principale mais avec Pawel, on va axer une grande partie de ma préparation sur l'aspect mental. En quelques mois, il m'a beaucoup aidé et je le remercie. Avec lui, je réussis à rester positif et évacuer la frustration. C'est un énorme changement. Je sens que je deviens plus solide dans les matches et que j'ai moins d'up and down. Je suis maintenant capable de battre des bons joueurs."

Fin mars 2018, en dépassant Jerzy Janowicz au classement, il devient le numéro un polonais sur le circuit avec une 171ème place mondiale. Cela lui permet de jouer les qualifications du tournoi de Budapest. Il va y signer ses premières victoires références sur terre battue face à Marcos Baghdatis (80ème) et Thiago Monteiro. Ces deux succès vont lui permettre de disputer son premier match sur le circuit principal qu'il sera tout proche de remporter. Il va manquer deux balles de match dans le tie-break du 2ème set pour finalement s'incliner 7-6/6-7/6-4 face à l'Italien Sonego. Un mois plus tard à Roland Garros, il parvient à sortir des qualifications avec brio en écartant Grenier, Hanfmann et Trungelliti. Cette fois il ne laissera pas passer sa chance et signera sa première victoire sur le circuit professionnel en dominant Tennys Sandgren. Au second tour, l'apprentissage du haut niveau se poursuit avec son premier match face à un top 10, Marin Cilic. Après deux premiers sets compliqués, le Polonais va faire jeu égal avec le Croate. Un premier gros test plutôt positif (2-6/2-6/7-6/5-7) qui va donner beaucoup de confiance à Hurkacz et lui permettre de remporter la semaine suivante son premier titre en carrière, à Poznan, chez lui.

Une victoire en finale 6-1/6-1 contre Taro Daniel assez symbolique de la domination du Polonais sur ce tournoi même si les Italiens Giannessi et Donati ont réussi à lui prendre un set. Ce titre va rapprocher Hurkacz du top 100 mondial (121ème) mais surtout d'un ticket pour le NextGen : "C’est génial de gagner mon premier titre ici en Pologne. C’est un sentiment indescriptible. J'aurais peut-être eu la même sensation si j’avais gagné à l’étranger mais c’est quelque chose de spécial de gagner dans mon pays. Roland Garros m'a donné beaucoup de confiance pour venir gagner ici. Maintenant je sais que je peux gagner des titres. Désormais, mon objectif est de finir dans le top 50. Je dois me préparer pour le gazon où je n'ai jamais joué sauf deux matches en junior. Je vais faire en sorte que les Polonais soient fiers de mes résultats."

Après deux victoires sur De Schepper et Opelka, Hurkacz est stoppé par Garin en finale des qualifications de Wimbledon. Finalement repêché, il s'incline ensuite au premier tour face à Bernard Tomic. Son manque d'expérience et d'entraînement sur gazon ne lui aura pas permis de briller dans la capitale britannique : "Quand j'étais enfant, c'était un rêve de jouer à Wimbledon. C'est difficile pour moi de jouer sur gazon. C'est une surface très différente des autres mais c'est très spécial de jouer ici. J'espère pouvoir revenir ici chaque année. C'est très difficile de jouer les qualifications ici. J'ai eu de la chance d'être lucky loser."

La tournée américaine qui s'ensuit va permettre au Polonais de faire ses débuts sur le circuit principal sur dur, sa meilleure surface. Ses défaites face à De Minaur, Herbert et Fucsovics en 3 sets seront très encourageantes à l'approche de l'US Open surtout que Hurkacz aura dans le même temps battu Ivashka, Harrison et Karlovic.

Toujours pas de wildcard pour le jeune Polonais sur cet US Open 2018. Mais il va réussir pour la 2ème fois de la saison en Grand Chelem à sortir des qualifications. Une vraie performance. Au premier tour, il domine l'Italien Travaglia avant que celui-ci n'abandonne en raison de la canicule. Des conditions de jeu dantesques (40 degrés à l'ombre et 80% d'humidité) qui vont anéantir toutes les chances d'Hurkacz de lutter avec Marin Cilic au 2ème tour. La revanche de Roland Garros n'aura pas lieu, le Croate va se balader en 1h20 (6-2/6-0/6-0).

Hurkacz rentre sans tarder en Europe pour disputer le tournoi de Genova. Malgré sa défaite en quart de finale face à Sonego qui l'avait déjà battu à Budapest en avril, le Polonais intègre le top 100 mondial. Pour ne plus jamais en ressortir (pour le moment) : "J'avais imaginé que j'étais capable de le faire mais honnêtement, cela a été beaucoup plus dur que je ne le pensais. Je suis très heureux. Maintenant, l'objectif est de jouer le NextGen. Je dois encore gagner quelques matches, me concentrer sur mon jeu et je peux y arriver. Marche par marche, je peux aller aussi haut que possible."

Résultat de recherche d'images pour "hurkacz brest"

Nominé parmi les révélations de la saison 2018 des ATP Awards en compagnie de De Minaur, Humbert, Mmoh et Munar (le titre revient automatiquement depuis 2013 au plus jeune joueur parmi les 100 mondiaux), il remporte le tournoi de Brest et parvient à se qualifier pour le NextGen où il va échouer en phase de poules. Mais sa première saison sur le circuit professionnel est une réussite : "Cela signifie beaucoup pour moi d'être à Milan. Cela va renforcer ma confiance. C'est un tournoi différent avec seulement 8 joueurs. C'est génial de pouvoir y participer. Cette saison, j’ai essayé de jouer quelques tournois ATP. Mes entraînements étaient très bons mais en match, tout était différent. J’ai gagné en expérience en affrontant les meilleurs joueurs du monde. J’avais besoin de temps pour m’adapter au plus haut niveau. Je suis encore en phase d’apprentissage."

Résultat de recherche d'images pour "hurkacz canberra"

Comment mieux démarrer la saison 2019 que par un nouveau titre ? Hubert Hurkacz l'a clamé haut et fort, il veut entrer dans le top 50 mondial. Battu dès le premier tour à Pune par Ivashka, le Polonais file sans attendre en Australie pour préparer l'Australian Open. Et c'est contre ce même Ivashka qu'il va s'imposer en finale du tournoi challenger de Canberra et prendre sa revanche pour monter à la 76ème place mondiale : "Cette semaine m'a donné énormément de confiance avant d'aller à Melbourne. Remporter un titre sur les premières semaines de la saison est toujours une bonne chose. J'ai joué de bons matches. Canberra est une ville extraordinaire mais évidemment j'espère être dans le top 50 dans un an et ne pas revenir ici mais on ne sait jamais."

Le lendemain de son titre, à quelques jours du début de l'Open d'Australie, Hubert Hurkacz prend son téléphone pour appeler Marian Vajda, le coach de Novak Djokovic, et programmer un entraînement avec le numéro un mondial : "Marian est un grand homme. Il a organisé pour moi un entraînement avec Novak. Je lui suis reconnaissant de cette opportunité car j'ai pu voir ce qu'était un joueur fantastique. Nole m'a montré pourquoi il était n°1 mondial et pourquoi il avait récolté 15 titres du Grand Chelem en simple. Il ne m'a donné aucun point gratuit. J'ai bien frappé la balle mais pas de façon aussi régulière qu'un perfectionniste comme Novak. Je n'ai pas ressenti une énorme pression en jouant avec lui. C'était une belle leçon de tennis."

Éliminé en qualifications un an auparavant, Hubert Hurkacz a cette fois l'honneur de disputer le premier tour de l'AO. Et le sort lui propose Ivo Karlovic que le Polonais avait battu à Cincinnati l'été 2018 : "Je peux gagner mais ça sera un match difficile c'est certain. Je dois être très efficace en retour. Je l'ai déjà joué, le match avait été serré mais je l'avais gagné. Cette fois, le contexte sera différent puisqu'on jouera au meilleur des 5 sets."

Serré, le match le fut en effet. Il faudra 4 tie-breaks pour départager les deux joueurs. Le Croate en remportera 3 contre seulement 1 pour Hurkacz. Que de frustrations pour le Polonais qui aura gagné seulement un point de moins que le géant Ivo (151 contre 152).

En cette fin d'hiver 2019, Hubert Hurkacz est encore dans l'anonymat vis-à-vis du grand public. Sa victoire face à Nishikori à Dubaï, sa première face à un top 10 mondial, va le faire entrer dans une autre dimension et conformer deux semaines plus tard à Indian Wells en dominant une seconde fois le Japonais mais aussi Lucas Pouille et Denis Shapovalov.

En quart de finale, il retrouve celui avec qui il s'était entraîné à Shanghai quelques mois plus tôt : Roger Federer. « Il arrive dans les Grands Chelems avec un désir de victoire incroyable alors qu’il en a déjà gagné 20. Federer faisait partie des mes idoles de jeunesse avec Pete Sampras et Mickael Jordan. Je rêvais un jour de pouvoir le battre mais je n’imaginais pas pouvoir l’affronter. Il a 38 ans, il est encore au top niveau c’est incroyable. On apprend tellement de lui chaque jour, pas seulement de sa façon de jouer mais aussi dans sa façon d’être dans la vie. Il m’impressionne tellement. On a tapé la balle en practice à Shanghai mais là c’est totalement différent, c’est un vrai match. Surtout que c’est un quart de finale en Masters 1000. »

Ne comptez pas sur Hurkacz pour paniquer à l’idée d’affronter le recordman de titres en Grand Chelem. Ce passionné de voitures de course et de lecture affiche beaucoup de calme et de sérénité sur le court, une qualité très rare pour les jeunes de son âge : "Les voitures, c'est ma passion. J'adore conduire et j'aime aller sur les circuits de course et les regarder quand j'ai le temps. J’admire Robert Kubica (pilote polonais de F1) après tout ce qu’il a vécu. C’est un homme incroyable, il a une telle détermination. C’est un modèle pour tous les Polonais dans sa manière de se battre pour atteindre ses rêves malgré des problèmes de santé [Ndlr : Après un très grave accident de F1 en 2011, il a fait son retour cette saison après 8 ans d’absence et malgré des soucis au bras droit]. J'aime aussi lire des livres. C'est relaxant. Je lis surtout des livres qui m'aident d'un point de vue mental une fois que je suis le court. La méditation est aussi un moyen d’atteindre une meilleure concentration sur le court et mieux gérer les émotions. »

Défait 6-4/6-4 par le Suisse, Hurkacz n’aura pas réussi l’exploit de battre son idole mais la semaine suivante à Miami, le Polonais s’offre une 3ème victoire face à un top 10 en 3 semaines, cette fois face à Dominic Thiem, vainqueur d’Indian Wells quelques jours plus tôt : "Jouer ce match contre Dominic était vraiment spécial pour moi. C'est un joueur incroyable, j'ai dû élever mon niveau de jeu pour le battre et j'ai réussi. Je suis très heureux."

Six semaines plus tard à Madrid, après un début de saison sur terre battue compliqué (2 défaites en 2 matches contre Coric et Balazs), Hubert Hurkacz va remporter ses deux plus belles victoires en carrière sur ocre face à De Minaur et Pouille respectivement 27ème et 28ème mondiaux. Certes, le Français était loin de son meilleur niveau. Certes, l'Australien n'aime pas du tout la terre battue (seulement 2 victoires en carrière sur terre battue sur le circuit ATP). A l'issue du tournoi, le Polonais atteint son premier objectif de la saison : intégrer le top 50 mondial.

Pour bizuter son nouveau statut, il a droit aux honneurs du court central de Roland Garros face au numéro un mondial Novak Djokovic. Une défaite logique 6-4/6-2/6-2 mais les mots du Serbe doivent encore raisonner dans la tête d'Hurkacz : "Je pense qu'il a le potentiel pour devenir un top 10. Il a une grosse qualité de jeu, un très bon service, un excellent coup droit et il est solide en revers. Evidemment il a encore beaucoup de progrès à faire pour y arriver mais il est encore jeune et il y arrivera. Il a déjà battu plusieurs top 10 sur des gros tournois. Il n'avait pas l'air perturbé par l'enjeu, il semble aimer l'odeur des grands matches. Je le trouve très mature pour son âge. Il a vraiment de bonnes chances d'intégrer le top 10."

Un mois plus tard, il retrouve le Serbe à Wimbledon pour son premier 3ème tour en Grand Chelem. Et contrairement au premier duel, le Polonais résiste mieux cette fois. Une défaite en 4 sets 5-7/7-6/1-6/4-6. Il fait partie des 7 joueurs (sur 24) qui ont réussi à prendre un set à Djokovic en Grand Chelem cette saison (Thiem, Shapovalov, Medvedev, Wawrinka, Federer, Bautista).

Une performance qui a marqué John Mc Enroe : "Je suis Hubert depuis plusieurs mois et je vois qu'il a finalement décidé d'être beaucoup plus offensif sur le court. Ce joueur est un immense talent, encore en développement. Il est loin d'avoir atteint tout son potentiel. C'est un adversaire très difficile à manœuvrer. J'ai vu son match contre Novak à Wimbledon. Il était super dans les deux premiers sets. Il faisait jeu égal avec Djokovic ! Mais pour réaliser de grandes choses, il faut être capable de rivaliser beaucoup plus longtemps que deux sets."

Entraîneur d'Hurkacz depuis le mois de mars à Indian Wells, Craig Boynton (ancien coach de Johnson et Querrey) est ravi de cette nouvelle collaboration : "Hubert est une bouffée d'air frais ! C'est un jeune talent. Il est bon, très bon même mais il y a encore beaucoup d'améliorations à apporter encore. Pour moi, c'était une évidence d'accepter de travailler avec lui. Il n'a pas peur de gagner et c'est une qualité très, très attrayante. C'est un incroyable combattant et compétiteur. Il a une grande capacité de résilience, dès qu'il vit un mauvais moment, il enchaîne par un bon moment. Il est très positif dans son comportement, il a beaucoup d'énergie et de volonté. Il joue avec son cœur. Je suis très excité de travailler avec lui et de l'aider à maximiser son potentiel."

Comment arriver à ce potentiel ? John Mc Enroe a sa petite idée : "Il est grand (1m96) mais il doit mieux utiliser sa taille. Il a le potentiel pour réaliser beaucoup de choses au cours des prochaines années. Je le vois déjà atteindre une demi-finale en Grand Chelem. C'est possible. Mais il peut aller plus haut encore. Il doit maintenir cette agressivité, cette faim et continuer à jouer vers l'avant. C'est la seule voie à suivre. Je pense qu'il rejoindra les plus grands joueurs au cours des deux prochaines années."

Son entraîneur a visiblement fait le même constat et incité son joueur à monter au filet. Pour travailler son jeu offensif et sa qualité à la volée, Craig Boynton lui a proposé d’évoluer en double. Associé d’abord à Bedene, Isner, Goffin puis Pospisil, le Hongrois a finalement trouvé un bon feeling avec Benoît Paire (Tokyo et Shanghai) et Jan-Lennard Struff (Bercy). L’opération s’est révélée être un succès puisque Hurkacz a considérablement amélioré son niveau de jeu au filet, ce qui lui a donné plus de confiance pour jouer vers l’avant.

En attendant de rejoindre le top 10 mondial, Hubert Hurkacz remporte son premier titre sur le circuit ATP à Winston Salem, deux semaines après avoir battu Tsitsipas à Montréal, l'un de ses plus beaux matches de la saison.

37 ans qu'un Polonais n'avait pas remporté le moindre tournoi sur le circuit (Wojciech Fibak à Chicago en 1982). Après un premier tour moyen face au modeste Coréen Lee (https://www.youtube.com/watch?v=6sm_y-rTbDI), Hurkacz domine Feliciano Lopez qui abandonne à 6-3/3-1 puis Denis Shapovalov qui venait pourtant de sortir deux gros matches face à Sandgren et Kecmanovic. Pourtant favori de la rencontre, le Canadien s'incline logiquement dans une rencontre de très grande qualité entre deux des meilleurs jeunes du circuit.

Pour sa première demi-finale sur le circuit, le Polonais passe à côté de son premier jeu de service, ce qui le coûtera le premier set. Mais il parvient à renverser le match (https://www.youtube.com/watch?v=75SksYRBp-o) et se qualifie pour sa première finale en carrière face à Benoît Paire. Une opposition de style qui va tourner en faveur du Polonais. Le talent du Français n’aura pas suffi face à la rigueur et le sang froid d’Hurkacz. Le lendemain, la Pologne fêtera le titre de Magda Linette dans le Bronx. C'était le week-end des Polonais...

"Je suis évidemment très heureux de ce titre. Benoît est un joueur incroyable, c'est une victoire magnifique, c'était un gros combat. Toute cette semaine fut une expérience inoubliable. Je me sens mieux sur dur, mon jeu convient à cette surface. Je pense que je suis resté calme toute la semaine. Pendant les matchs, cela m'a beaucoup aidé. Vendredi a été un grand jour pour moi, car j'ai disputé les quarts de finale et les demi-finales en une journée. Il était très important pour moi de rester mentalement présent et positif. J'espère que j'inspirerai de jeunes enfants polonais et qu'ils gagneront bientôt des titres ATP. Depuis l'âge de 5 ans, tous mes entraîneurs m'ont apporté quelque chose. Ils m'ont beaucoup appris, donc je les remercie tous. Tout le soutien que j'ai eu de tous les fans polonais signifie aussi beaucoup pour moi, donc je leur en suis reconnaissant."

La fin de saison fut de toute autre nature. Le Polonais a eu les pires difficultés à relancer la machine après ce titre. Sur les 6 derniers tournois disputés, il a perdu 5 fois dès son entrée en lice dont deux fois face à des joueurs moins classés (Chardy et Barrère).
Il pourra positiver sur son parcours plus qu’honorable à Shanghai où il a résisté jusqu’au tie-break décisif du 3ème set face à Tsitsipas, futur vainqueur du Masters un mois plus tard.

A l'heure de tirer un bilan de cette saison 2019, force est de constater qu'il y a beaucoup de positif notamment dans sa relation avec son entraîneur : "Cette façon qu'il a de me parler et communiquer avec moi me correspond parfaitement. Il s'est adapté à moi, à mes attentes. C'est très spécial comme sensation mais tout ce qu'il me dit et la façon dont il me le dit a fait la différence. Avec mon staff, on sait sur quoi travailler pendant l’intersaison pour améliorer mon jeu et mes résultats. Je vais continuer à travailler aussi sur le plan mental pour être encore plus fort. Je dois notamment améliorer ma qualité de retour [seulement 17,5% de breaks sur les jeux adverses en 2019] mais aussi remporter les points clés qui permettent de faire basculer le résultat d’un match du bon côté. Je dois aussi mieux gérer les défaites. Le tennis est un sport particulier dans la mesure où la plupart des joueurs perdent toutes les semaines. C’est très important de savoir gérer ce sentiment d’échec permanent. Avec mon staff, on a décidé d’analyser plus consciencieusement mes défaites et ce qui n’a pas été dans les matches pour m’aider à rester positif au niveau mental et relancer immédiatement la motivation. Je dois m’inspirer de joueurs comme Medvedev et analyser ce qu’il fait mieux que moi."

"Mon objectif en 2020 est d’aller plus loin sur les tournois où j’ai joué la saison dernière. J'ai perdu souvent au premier tour (15 fois sur 26), je dois faire mieux. Mon rêve est évidemment les Jeux Olympiques, comme Iga Swiatek. J’ai hâte de jouer en double avec Lukas Kukot en double."

Hurkacz est désormais le chef de file d'une colonie polonaise bien représentée sur le circuit avec Kamil Majchrzak (23 ans, 101ème) chez les garçons et le duo Magda Linette (27 ans, 43ème) / Iga Swiatek (18 ans, 60ème) chez les filles.

Pour Rodolphe Gilbert, Hubert Hurkacz est "l'un des joueurs qui a le plus progressé cette saison, au classement mais aussi dans le jeu. Il est sur une pente ascendante. Il vient aussi des challengers, il a continué sa progression pour s'installer dans le top 40. C'est un joueur qui est discret, qui ne fait pas de vague. En revanche sur les courts, il est très accrocheur et je suis impatient de voir ce qu'il va faire en 2020. C'est un joueur qui a montré des très belles choses notamment sur dur. C'est un grand gabarit, un joueur du tennis moderne, qu'on assimile pas trop à la NextGen alors qu'il est né en 1997 comme Zverev. Il est tellement discret qu'on pense pas forcément à lui quand on parle de la NextGen alors qu'il est en plein dedans. Il est jeune et on va voir s'il est capable de poursuivre cette belle progression. Dans son jeu, il a un profil à la Medvedev ou Anderson. On a l'impression qu'il est emprunté alors qu'il ne l'est pas. Il n'a pas une technique incroyable mais il est très propre et très efficace. Il est plutôt complet. Dans ce profil, le meilleur c'est Medvedev et c'est bien qu'Hurkacz cherche à s'en inspirer."

Jusqu'à Indian Wells, Hubert Hurkacz aura assez peu de points à défendre (207 points en deux mois de compétition) et pourra se rapprocher du top 20 mondial à 549 points devant lui. A minima, le Polonais souhaite être tête de série à Melbourne afin d'éviter les cadors dès le premier tour.

Le rendez-vous est fixé à l'ATP Cup à partir du 3 janvier. Cette nouvelle compétition par équipe va permettre à Hurkacz de représenter son pays et préparer Melbourne : "C'est incroyable pour nous d'être qualifié pour cet événement. C'est vraiment sympa. Je pense que c'est un bon timing au début de l'année. Il se joue en Australie juste avant l'Open d'Australie, nous sommes en mesure de jouer pour notre pays donc c'est amusant."

Après, il filera à Auckland où le plateau pourrait être très relevé : Medvedev, Khachanov, Shapovalov, Fognini, Isner et Paire.

______________
Quelques chiffres à retenir :
- 1ère victoire en carrière sur le circuit ATP le 28 mai 2018 à Roland Garros
- 29 victoires en carrière ATP dont 25 en 2019
- 4 victoires pour 6 défaites en 2019 face au top 10 mondial
- 15 éliminations dès le premier tour en 26 tournois disputés en 2019

______________
Classement des révélations de la saison 2019
15ème ex-aequo : Londero O'Connell (18 voix)
14ème : Humbert (21 voix)
13ème : Garin (26 voix)
12ème : Fritz (28 voix)
11ème : Albot (29 voix)
10ème : Pella (35 voix)
9ème : Hurkacz (38 voix)
A suivre...

__________________________________________________________________________ [1] https://www.lequipe.fr/Tennis/Article/Indian-wells-qui-est-hubert-hurkacz-le-joueur-qui-frappe-les-yeux-fermes-et-affronte-roger-federer-en-quarts-de-finale/998650

https://www.atptour.com/en/news/hurkacz-challenger-2018-five-things-to-know

https://www.atptour.com/en/news/hurkacz-heading-to-2018-next-gen-atp-finals

https://www.atptour.com/en/news/hurkacz-nextgenatp-feature-august-2018

https://www.atptour.com/en/news/challenger-spotlight-2019-canberra-hurkacz

https://www.atptour.com/en/news/hurkacz-feature-miami-2019

https://www.ubitennis.net/2019/08/hubert-hurkacz-ends-polands-37-year-wait-atp-champion/

https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Roger_Federer/74221/hubert-hurkacz-my-dream-is-to-beat-roger-federer-/

https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Novak_Djokovic/76071/hurkacz-was-at-the-same-level-as-novak-djokovic-at-wimbledon-says-mcenroe/

https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Novak_Djokovic/71195/novak-djokovic-hubert-hurkacz-can-become-a-top-ten-player-/

https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Roger_Federer/68006/training-with-roger-federer-was-so-fun-for-me-says-hubert-hurkacz/

https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Novak_Djokovic/68056/hubert-hurkacz-recalls-practice-session-with-novak-djokovic/

https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Tennis_Interviews/65124/hubert-hurkacz-ready-for-australian-open-debut-targets-top50-ranking/

https://www.tennisworldusa.org/tennis/news/Editors_Thoughts/62592/next-gen-atp-finals-preview-hubert-hurkacz/

https://www.youtube.com/watch?v=pcgpQR0uzrc