Comme chaque année, c'est au Qatar à Doha, que le circuit ATP pose ses valises pour débuter la saison. Avec l'ATP Cup, le calendrier est un peu chamboulé mais le plateau du tournoi qatari reste correct. Quatre Français font leur début ce lundi. Présentation des 7 matches du jour.

Bublik vs Mannarino
Premier duel entre les deux joueurs sur le circuit. Deux styles totalement opposés : d’un côté le fantasque Kazak au service destructeur avec une grosse prise dans ses frappes. Cela le rend très imprévisible, il peut battre Dimitrov à Chengdu ou frôler la victoire face à Rublev à Vienne dans un bon jour comme perdre face à Diez, Wolf, Cecchinato ou Haase. Même s’il a beaucoup progressé sur ce point, il est encore sujet à des gros trous d’air lorsqu’il n’a pas de bonnes sensations. Il est trop dépendant de sa première balle, il peut vite s’agacer lorsqu’elle est défaillante. Il est assez impatient dans les échanges. Face à lui, le gaucher Adrian Mannarino, capable de faire déjouer n’importe quel joueur du top 10 (cf sa défaite 7-5/6-4 à Bercy face à Nadal). Il a fini 2019 avec deux finales à Zhuhai et Moscou.

Petit problème pour Mannarino : il a perdu ses 9 derniers matches face aux grands serveurs (Querrey, Anderson, Raonic, Isner et Cilic). Les bookmakers placent le Français légèrement favori (tendance 55/45). On peut en effet penser que le profil de Mannarino très attentiste, fin tacticien avec une grande variété dans le jeu et beaucoup d’effets puisse gêner Bublik sur le plan mental. Mannarino peut frustrer Bublik. Ça sera la clé du match. Si le Kazak reste concentré, appliqué et patient comme il peut l’être de temps en temps, il aura les armes physiques pour prendre le dessus sur Mannarino. Il a passé un cap en 2019 en entrant dans le top 50 en novembre grâce notamment à 3 titres en challenger.          

Ymer vs Bedene
Il y a moins de 4 mois, Aljaz Bedene était donné favori (cote autour de 1,50) de son match face à Mikael Ymer à Orléans. Les bookmakers pensaient que l’expérience du Slovène ainsi que son état de forme affiché à Metz la semaine d’avant serait suffisante pour battre le Suédois de 21 ans. Pourtant, Bedene s’était incliné 7-6/6-4, principalement parce que Mikael Ymer avait réussi à contrer la qualité de service de Bedene, son point fort depuis la fin de l’été. Mais le Suédois sera-t-il capable d’afficher à nouveau tel un niveau de jeu ? Il a été par la suite à Stockholm, Paris et Milan bien moins en réussite. Pourtant, les bookmakers ont totalement inversé les cotes sur ce match et placé le Suédois favori autour de 1,80. La tendance est en train de s’inverser. Et cela semble assez logique. Ymer est un miraculé des qualifications. Davidovich doit encore se demander comment il a fait pour perdre un match qu’il menait 6-3/3-0 et 40-0…
Bedene a souvent brillé sur l’entame de la saison avec une finale, une demie et deux quarts à Chennai. Il a une plus grande expérience du circuit et a remporté 18 de ses 20 derniers matches face à des joueurs moins bien classés.

Résultat de recherche d'images pour "moutet"

Moutet vs Sandgren
Par rapport au manque d'expérience de Corentin Moutet sur dur, il pourrait être surprenant de le voir favori de cette rencontre mais il est sorti des qualifications avec brio, notamment en écartant Popyrin en 2 sets. Dans la pure tradition américaine, Sandgren (1m88 pour 90 kilos) s'appuie sur son service et son coup droit pour imposer son jeu. Il est beaucoup solide en défense et mobile que ses dimensions ne le laissent penser. Face à Moutet (1m75), c'est une vraie opposition de style qui opposer les deux joueurs. L'Américain sera forcément avantagé sur cette surface puisqu'il est beaucoup plus à l'aise sur dur grâce à son service lourd et ses frappes à plat. ll a notamment remporté Auckland il y a un an et atteint les quarts de finale à Melbourne il y a deux saisons. Néanmoins, il a été très irrégulier depuis. Moutet est incisif au retour et c’est tout à fait à sa portée de mettre l’Américain en difficulté sur ses mises en jeu. Après son match incroyable face à Djokovic à Bercy perdu seulement 7-6/6-4 en ayant proposé une partition de grande qualité devant un public en ébullition, Moutet semble donc confirmer un certain élan sur dur. La chance du Français, c'est que son adversaire n'est pas un grand retourneur (16% de breaks seulement en carrière sur dur). Il devra néanmoins être très performant au service pour assumer ce statut de favori assez rare pour lui sur dur.

Verdasco vs Andujar
5ème duel entre les deux Espagnols qui ne sont plus affrontés depuis 2014. L’expérience sera du côté de Verdasco, au niveau de l’âge (36 ans contre 33 ans) mais aussi en repère sur la surface puisque Nando a presque 400 matches sur dur au compteur en carrière contre à peine 120 pour Andujar. Les deux joueurs viennent souvent à Doha pour débuter leurs saisons. Si Andujar a peu brillé (1V-5D), Verdasco lui a un meilleur bilan (9V-7D). Sur ses 7 défaites, 6 l’ont été contre le futur vainqueur, le finaliste ou Nadal. Nando a logiquement les faveurs des pronostics (tendance 75/25). D’ailleurs Andujar présente un bilan de seulement 3 victoires (dont une face à Verdasco à Miami en 2011) pour 9 défaites face aux Espagnols sur dur. Cependant, le déséquilibre des cotes semble un peu exagéré. D’abord, parce qu’Andujar est meilleur sur dur en extérieur (aucune élimination au 1er tour sur ses 5 derniers tournois en 2019) qu’en indoor. Il a atteint le 4ème tour à l’US Open pour la première fois de sa carrière en septembre dernier. Enfin, Verdasco est en difficulté sur dur en extérieur depuis 3 saisons : 14 éliminations au 1er tour et 14 éliminations au 2ème tour sur ses 35 derniers tournois. Sur les 20 derniers matches où Verdasco était favori sur dur en extérieur avec une cote inférieure à 1,50 : il s’est imposé 11 fois pour 9 défaites. Une statistique qui n’incite pas à la confiance pour une cote si faible… Comme l’a souligné Florent Serra tout au long de la saison 2019, Fernando Verdasco a perdu en patience en commettant beaucoup trop de fautes rapidement dans les échanges. Peut-être qu’il ne sent plus capable physiquement de tenir les longs rallyes. Il aura dans ce cas affaire à un sacré client ce lundi…

Barrère vs Chardy
Pendant que certains défendent les couleurs françaises en Australie pour l’ATP Cup, ces deux joueurs vont s’affronter pour la première fois ici à Doha. L'expérience sera du côté de Jérémy Chardy. Grégoire Barrère a plus de repères en indoor qu'en extérieur où il n'a disputé que 12 matches la saison dernière sur dur. Néanmoins le Palois n'a pas un bilan exceptionnel (moins de 50% de victoires et seulement 1 finale). Sur un plan tactique, le coup droit puissant de Chardy va s'opposer au revers délicieux de Barrère. Chardy (1m88) s'appuie plus sur sa première balle que son adversaire plus petit de 5 centimètres. Barrère aura l'avantage de sortir des qualifications et d'avoir donc déjà deux matches dans les jambes. On peut s'attendre à un match serré. L'apport de Cédric Pioline dans le staff de Chardy a été indéniable au fur et à mesure que la saison 2019 avançait. Il semble logique sur le papier de voir Chardy favori mais Barrère aura toutes ses chances avec plus de variété dans le jeu.

Pour rappel, l'interview de Grégoire Barrère réalisée pendant l'intersaison
https://tennisbreaknews.com/2019/12/20/eloge-de-la-patience-interview-exclusive-gregoire-barrere/

Kecmanovic vs Thompson
Jordan Thompson découvre contraint et forcé le tournoi de Doha à 25 ans. Longtemps un joueur lambda plutôt habitué au circuit challenger et souvent en difficulté en dehors des tournois australiens, il s’est totalement révélé en 2019. Il a remporté 26 victoires sur le circuit ATP en 2019 contre seulement 17 entre 2013 et 2018… La surface dure est sa meilleure surface tout comme pour son adversaire du jour qui mène 2-0 dans les confrontations. Kecmanovic n’a pas attendu lui pour se faire une place sur le circuit principal. Le Serbe, ancien numéro un mondial en junior, a su parfaitement saisir les opportunités pour prendre le maximum de points mais il n’a pas réussi de véritable coup d’éclat à part s’offrir le scalp de Zverev et Auger en grande méforme. Les deux joueurs ont un profil assez similaire : pas de coup fort, très bon défenseur, peu de fautes directes, très mobile. Les bookmakers donnent un léger avantage au Serbe le match pourrait être assez équilibré. Kecmanovic s’est préparé durant l’intersaison avec Roger Federer à Dubaï. Cela a souri à Pouille et Hurkacz ces dernières saisons.

Retrouvez le portrait de Kecmanovic mis en ligne sur le site en septembre dernier
https://tennisbreaknews.com/2019/09/14/le-tennis-dans-le-100-episode-5-5/

Edmund vs Krajinovic
En deux confrontations, le Britannique n’a jamais été trop embêté par le Serbe. Kyle Edmund a vécu une saison 2019 très compliquée mais il s’est bien repris sur les dernières semaines. Il est dans ce contexte placé comme favori de ce match. Il n’a pourtant pas une si grande marge si on compare le bilan des deux joueurs sur dur en extérieur (49,5% et 46% de victoires). Krajinovic réalisé une saison de très bonne facture. Avec 31 victoires pour 18 défaites, il a fait beaucoup mieux qu’en 2018 (14V-17D). Il est en progression constante depuis plusieurs saisons. Son talent est indéniable. Et il peut tout à fait créer la surprise sur ce match d’ouverture de la saison. Pour tenter de se relancer, Kyle Edmund a embauché Franco Davin, ancien coach de Gaston Gaudio, Juan Martin Del Potro et de Fabio Fognini entre 2016 et 2019. On peut avoir ici un match de grande intensité en 3 sets ou deux sets très serrés.