Avec la réforme du calendrier ATP et le lancement de l'ATP Cup, le tournoi de Doha se retrouve fortement dévalué. Les dirigeants qatari ont donc demandé à déplacer le tournoi à un autre moment dans la saison : "Nous sommes en discussion avec l'ATP à ce sujet", a déclaré le secrétaire général de la Fédération qatari de tennis. "Ce n'est pas possible pour 2021 puisque le calendrier est déjà sorti donc nous essayons pour 2022", poursuit-il.

En effet, la présence d'un seul joueur du top 20 mondial alors qu'habituellement, la capitale qatari accueillait minimum un membre du Big Three et jusqu'à 6 joueurs du top 20, représente un réel souci d'image pour le tournoi de Doha.

Le Qatar a fait également une demande pour être promu en catégorie ATP 500, ce qui leur permettra d'augmenter les prize money et d'attirer encore plus de top players.

Doha a été élu tournoi de l'année par les joueurs en 2019 : "C'est la troisième fois que nous remportors ce prix en cinq ans. C'est une grande fierté pour le Qatar", conclut Tareq Zainal, le patron du tennis qatari.

Pour cela, le Qatar va sortir le grand jeu et construire un complexe sportif de grande ampleur, notamment un stade de 12 000 places (contre 7 000 actuellement) avec un toit rétractable.

undefined
undefined
undefined