Suite du premier tour ce mardi à Doha et début du deuxième tour avec notamment les débuts du Suisse Stan Wawrinka, tête de série numéro une du tournoi. Tour complet des 7 matches au programme avec l'oeil avisé de nos consultants, Florent Serra et Rodolphe Gilbert.

Bedene vs Bublik
Comme annoncé hier dans l'analyse, Bedene et Bublik ont pris le dessus sur Ymer et Mannarino. Le Slovène a souffert pendant une bonne heure avant finale de prendre le dessus sur le Suédois mais Bedene a été assez moyen au service (58% de premières balles). De son côté, le Kazak n'a eu aucun problème pour écarter le Français en 2 sets grâce à une bonne première balle (10 aces, 66% de réussite et 76% de points gagnés). C'est la première fois que les deux joueurs vont s'affronter. Ils sont tous les deux sur une bonne dynamique de confiance depuis le 2ème semestre 2019. Bedene est donné favori de ce match. Pourtant le Slovène est souvent en difficulté face aux grands serveurs de plus d'1m96 sur dur : 12 défaites en carrière pour seulement 3 victoires sur deux abandons de Karlovic et Kenny De Schepper (215ème mondial). Autant dire qu'il n'aura pas la partie facile face à Bublik. Bedene n'est qu'à 12,5% de breaks face à ce type d'adversaires et seulement 3 tie-breaks remportés pour 11 perdus. Bublik a vraiment dégagé une grande sérénité et beaucoup de détermination face à Mannarino. S'il parvient à maintenir cette qualité de première balle, il aura les moyens de gêner Bedene et de lui prendre un set au minimum.

L'avis de Florent Serra : Le résultat de ce match va dépendre beaucoup de Bublik encore une fois. Il s’est cadré ces derniers mois, c’était un bon premier tour face à Mannarino. Il est sur la continuité de sa saison dernière. Bublik a un jeu imprévisible à haut risque. Il tente même des aces sur seconde balle. Il essaye de sortir son adversaire de sa zone de confort et de l'amener sur de l'incertitude. Face à lui, Bedene est beaucoup plus rigoureux. Il a fait aussi une excellente fin de saison. Sur dur, il est capable de très bien servir avec un geste au service qui est assez rapide. Bedene est très difficile à retourner. On va avoir un beau duel de service avec peut-être un petit avantage pour Bedene dans la constance et la régularité. Attention malgré tout pour Bedene de pas se faire cueillir à froid sur les premiers jeux du match comme il l'a fait face à Ymer au premier tour. Il devra être bien chaud tout de suite parce que si Bublik break d’entrée, le set sera difficile à récupérer. Bedene est très solide sur sa diagonale en revers, il fera moins de fautes que Bublik mais le Kazak va lui mettre une grosse pression pour le forcer à tirer des passings compliqués et être tout le temps dans la vigilance et c'est éprouvant émotionnellement.

Résultat de recherche d'images pour "sonego"

Djere vs Sonego
Le Serbe a perdu 19 de ses 22 derniers matches sur dur (ATP). La tâche aurait pu s'annoncer difficile pour lui mais par chance, il est tombé sur ce premier tour sur un joueur qui préfère la terre battue comme lui. Sonego n'a remporté que 4 matches sur dur en 2019 pour 9 défaites et ses victimes (Klizan, Dzumhur, Granollers et Otte) n'ont pas proposé une adversité redoutable. La cote de l'Italien ne se justifie pas sur ce match. Même s'il mérite un statut de favori en raison de sa qualité au service, l'écart entre les deux joueurs n'est pas si grand. D'ailleurs les projections hors Arjel ne proposent qu'un écart d'un jeu entre les deux joueurs. Djere a poussé au tie-break Kecmanovic, Garin et Schwartzman la saison dernière.

Tiafoe vs Fucsovics
Les deux joueurs ont raté leur saison 2019 avec un bilan négatif (23-27 pour Tiafoe et 22-26 pour Fucsovics). Une réaction est attendue en 2020 et ce premier match est un moyen de partir sur de bonnes bases. Fucsovics sort des qualifications, un léger avantage non négligeable. Les deux joueurs ont la foudre dans la raquette. Ils sont capables d'envoyer des gros coups de fouet en coup droit. La clé du match se situera sur leur taux de réussite dans leurs attaques. Défensivement, l'avantage encore une fois pour le Hongrois qui est très difficile à déborder et très patient à l'échange. Il peut forcer Tiafoe à faire des fautes. Mais le match est trop équilibré sur le papier pour avoir une conviction profonde sur l'un ou l'autre.

L'avis de Florent Serra : "Il y a peut-être un petit coup à tenter avec Fucsovics. Sur dur, il sert bien et il est difficile à manoeuvrer. A Doha, le rebond n'est pas au dessus de l'épaule donc il pourra s'appuyer sur la puissance de ses frappes en coup droit comme en revers. Tiafoe a besoin de temps pour s'organiser sur dur lorsque la surface s'accélère. L'Américain est meilleur sur les surfaces plus lentes comme Indian Wells ou Miami. S'il est pris à la gorge par son adversaire, il peut sortir de sa filière de jeu et commettre beaucoup de fautes surtout côté coup droit avec une préparation un peu hasardeuse qui peut le mettre en retard. Tiafoe a une bonne première balle mais Fucsovics retourne très bien les premières balles adverses. Il est aussi beaucoup plus rigoureux dans le jeu et s'il arrive à être agressif sans se précipiter, il a les armes pour gêner l’Américain. Seul bémol pour le Hongrois, il n'a pas de plan B lorsque les matches sont serrés. C'est pas le genre de joueurs à frotter la balle, à changer son système de jeu. Sur le papier, tactiquement, Tiafoe peut très bien convenir à Fucsovics mais si l'Américain arrive à s'organiser assez tôt et à l'agresser, alors il peut faire douter le Hongrois et lui faire provoquer des fautes dans le jeu mais aussi au service où il est capable de faire des doubles fautes lorsqu'il est dans le doute."

Résultat de recherche d'images pour "wawrinka chardy"

Wawrinka vs Chardy
Le Suisse mène 6-0 dans les confrontations face au Français mais c'est sur dur à Tokyo et New York que Chardy a réussi à bousculer Stan. Après une longue période où le Suisse préférait jouer à Chennai (4 titres et une finale), il est revenu à Doha l'an dernier, battu par Bautista en quarts de finale. Wawrinka n'est jamais trop à l'aise face aux bons serveurs (6 défaites sur ses 10 derniers matches). Sur son premier tour, Chardy a été sérieux.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "Les premiers tournois de l'année sont toujours des tournois particuliers parce qu’on ne sait pas trop comment arrive les joueurs. Certains ont en ligne de mire l’Open d’Australie et tous les joueurs n’abordent pas ce premier tournoi de la saison avec le même état de forme. Affronter Chardy pour débuter sa saison n’est jamais facile parce que Jérémy a tendance à jouer un peu tout seul. C'est compliqué de se régler et de mettre son jeu en place face au Français, surtout qu'il a déjà un match dans les jambes, c’est un avantage. Chardy n'est pas le joueur indiqué pour débuter une saison. On n'a aucune indication de l’état de forme de Stan. Sur le papier, bien sûr, le Suisse est au-dessus mais ça risque d’être plus compliqué que prévu. Il est peut-être affûté mais le Suisse lui-même ne peut pas savoir comment il est vraiment physiquement. Tactiquement, on a deux joueurs qui frappent fort dans la balle. Jérémy a une grosse qualité de service en première balle mais aussi sur seconde avec une balle qui rebondit beaucoup. En coup droit, il a une grosse frappe de balle avec une grosse prise de risques. Chardy temporise assez peu et s'il a de bonnes sensations et qu'en face, Wawrinka est plutôt attentiste, le Suisse sera en danger si le Français met la balle dans le court. C'est un peu ce qui s'est passé à Bercy face à Querrey et Medvedev. Quand on regarde le palmarès de Chardy face aux top players, il est capable de temps en temps d'en taper quelques-uns."

Résultat de recherche d'images pour "malek jaziri"

Jaziri vs Kukushkin
Le Kazak mène 4-1 dans les confrontations mais le dernier match remonte à 2015. Jaziri est désormais 279ème mondial. Il n'a gagné que deux matches sur dur en 2019 sur le circuit ATP. A l'inverse, Kukushkin a réalisé sa meilleure saison en carrière avec un bilan positif sur dur (17V-16D). Il est logiquement favori mais sa cote est trop faible pour prendre le moindre risque.

L'avis de Florent Serra : "C'est un match qui peut être long avec Malek Jaziri qui aime bien jouer dans ces tournois. De son côté, Kukushkin est un métronome du fond du court avec ses diagonales, ses changements de rythme, il se déplace très bien et peut couvrir toute la largeur du court. Mais Jaziri peut aussi varier le jeu avec son slice de revers. Il est capable ensuite d'envoyer son coup droit qui peut faire mal. Seul hic, il aura aujourd'hui un adversaire qui contre très bien. Je ne serai pas surpris d'avoir un match qui dépasse les 2 heures avec une belle bagarre."

Berankis vs Ilkel
Le Turc Ilkel (279ème) a bénéficié d'une wildcard. Il ne compte qu'une seule victoire face au top 100 dans sa carrière (Lacko en challenger en 2016). Difficile d'imaginer une défaite du Lituanien sur ce match mais sa cote ne représente aucun intérêt.

Cecchinato vs Herbert
L'Italien a le plus mauvais bilan sur dur en extérieur de tous les joueurs présents à Doha (20% de victoires). Depuis un an, sa seule victoire fut sur l'abandon de Bublik à Winston Salem. Cependant, son dernier parcours à Doha fut intéressant avec des victoires sur Stakhovsky et Lajovic ainsi qu'un premier set perdu au tie-break face à Berdych.
Face à lui, Pierre-Hugues Herbert fait figure de favori par rapport à sa maîtrise de la surface et sa qualité de service. Mais il reste sur 10 défaites en 11 matches depuis Eastbourne en juin dernier. Il est donc en recherche de confiance pour cette saison 2020. Il l'a en partie retrouvé en double avec Mahut en remportant Bercy puis le Masters mais c'est en simple qu'il est attendu désormais. Il avait montré de si belles choses (victoires sur Tsitsipas, De Minaur, Thiem, Querrey et Chung) à Shenzhen fin 2018 puis à Doha et Melbourne il y a un an qu'on peut espérer qu'il retrouve de bonnes sensations ce mardi.

L'avis de Florent Serra : "Je vois bien Herbert sur ce match. Je n’ai pas eu d’infos sur sa préparation d’avant saison mais le dur n’est pas la surface de l’Italien. Il a parfois des difficultés lorsqu'il est débordé côté revers. Sa balle tourne beaucoup et sur dur, la balle arrive assez vite avec des rebonds qui fusent un petit peu. Il peut être gêner par le jeu d'attaque du Français à condition qu'il soit solide au service. Tactiquement, Herbert va devoir être patient et monter à la volée dans le bon timing. Cecchinato va lui laisser du temps pour s'organiser. Il faut qu'Herbert trouve le juste équilibre entre l'attaque à outrance et la patience en évitant de commettre trop de fautes. Si Cecchinato commence à se régler du fond du court, il peut être pénible avec sa balle qui tourne. Si c'est l'Italien qui parvient à prendre l'échange à son compte et faire courir le Français avec des petites zones courtes croisées, là Herbert sera en difficulté et commencera à forcer ses frappes et se mettre à la faute. Le jeu pour Herbert, c'est d'empêcher l'Italien de prendre le jeu à son compte et de s'installer dans les rallyes du fond du court. La clé pour Pierre-Hugues sera de bien varier son jeu avec les services volées, les montées en deux temps, le slice, les attaques rapides en coup droit."