11 matches sont au programme dans la nuit de dimanche à lundi pour le premier tour des tournois d'Auckland et d'Adélaïde, derniers préparatifs avant l'Open d'Australie qui débute dans une semaine.

Tour d'horizon et présentation de tous les matches de la nuit :

Chardy vs Simon
Les deux Français se connaissent bien pour avoir navigués ensemble sur le circuit depuis presque 15 ans. C’est le 7ème affrontement entre eux. Si Gilles Simon avait pris le dessus sur les 4 premiers, Jérémy Chardy s’est imposé sur les deux derniers. C’est une vraie opposition de style entre la patience d’un côté et la prise d’initiative de l’autre, entre le serveur et le contreur.

L’analyse de Florent Serra : « Je connais bien les deux joueurs, j’ai été dans le groupe France avec eux quand j’étais sur le circuit. Le style de jeu de Jérémy est compliqué pour Gilles qui n’aime pas trop affronté des joueurs qui prennent les initiatives et tous les risques sur le court. Face à ce type de joueurs, Gilles n’est pas maître des échanges, il a tendance un peu à subir la prise de risques de son adversaire qui met soit tout dehors, soit met Gilles à 2 mètres de la balle. Emotionnellement, c’est compliqué aussi parce qu’il faut rester sans cesse à l’affût et très concentré. Après, Gilles court très bien et contre très bien, il est difficile à déborder donc il peut rendre fou aussi ses adversaires. Sur une surface dure rapide, je donnerai un léger avantage à Jérémy plutôt qu’à Gilles qui serait plus à l’aise sur terre battue face à Jérémy. Le service de Jérémy est son premier coup de raquette en coup droit est très difficile à jouer. Sur ces filières courtes, il est très bon, il prend à la gorge son adversaire avec ses frappes très lourdes. J’aime bien quand Jérémy utilise son slice pour réaccélérer en coup droit et varie son jeu. La solution pour Gilles serait éventuellement de priver Jérémy de temps. Jérémy a une balle qui tourne et peut vite partir à la faute lorsqu’il est pris de vitesse. Si Gilles est bien physiquement, il a les armes pour battre Jérémy. Si Gilles en plus arrive avec cette balle qui fuse à aller sur son revers long de ligne pour surprendre Jérémy côté coup droit, il va forcément lui poser des problèmes. Sur ce match à Adélaïde, je vois Jérémy quand même légèrement devant mais tout dépendra de sa qualité de service et de son déchet dans ses prises de risque. »

Résultat de recherche d'images pour "evans atp cup""

Evans vs Londero
Dan Evans a réalisé une ATP Cup de très grande qualité. Ses 3 victoires sur De Minaur, Albot et Goffin lui ont rapporté 215 points et lui ont permis de grimper à la 32ème place mondiale, son meilleur classement en carrière. La surface dure est sa meilleure surface. Il a disputé 2 finales ATP en carrière, les deux fois sur dur. Même s'il est très à l'aise en tant que Britannique sur herbe. Sur le papier, évidemment, il sera favori de cette rencontre face à l'Argentin, un pur terrien, qui a percé en 2019 à 26 ans (voici son portrait). Néanmoins, Londero a réalisé quelques bons matches sur dur grâce à sa combativité et sa grinta. Des victoires sur Garin, Berrettini et Querrey, ça compte. La cote du Britannique est trop faible pour prendre le risque. Sera-t-il motivé à 100% ou préfèrera-t-il se préserver pour Melbourne où il sera tête de série ?

Harris vs Garin
Match plutôt intéressant entre deux joueurs aux dynamiques opposées en ce début d’année : Harris compte trois victoires pour deux défaites, tandis que le chilien Garin n’entrevoit pas la lumière, avec trois défaites pour tout autant de matchs lors de l'ATP Cup. En 2019, le sud-africain a vécu une saison de transition en signant en naviguant entre le circuit challenger et le circuit ATP. Après deux matches en 2017 (2 défaites) et trois matches en 2018 (1 victoire face à Monfils), il a disputé 21 matches en 2019 pour un bilan honorable de 8 victoires. Il a atteint notamment le dernier carré à Chengdu et battu De Minaur à Tokyo. De son côté, Garin n’a joué que sur le circuit principal, glanant même 2 titres sur terre battue face à Ruud et Berrettini. Le chilien a vraiment bien joué sur la première partie de saison, avant de s’écrouler sur la seconde : 12 victoires pour 17 défaites, dont 10 éliminations au premier tour. Si les deux joueurs n’ont qu’un an d’écart, 66 places les séparent au classement. Si Harris a montré de belles à l'ATP Cup face à Jarry, Simon et Lajovic, le Chilien a subi la foudre des cadors Monfils, Anderson et Djokovic. Ils ne se sont jamais affrontés mais il paraît clair que le Sud-Africain est bien plus à l'aise sur dur que Garin même si le Chilien a fini la saison 2019 sur une bonne note à Bercy dans des conditions de jeu bien lentes que ce qu'il va découvrir à Adélaïde. Cette surface ultra-rapide pourrait donner un net avantage à Lloyd Harris qui aura deux matches dans les jambes après un parcours en qualifications de très bonne facture sans aucun set concédé. Les bookmakers donnent un léger avantage à Harris. Assez logique sur l'état de forme du moment et les conditions de jeu.

Résultat de recherche d'images pour "barrère gregoire""

Barrère vs Querrey
Pour la 2ème fois en 2 tournois cette saison, Grégoire Barrère a réussi à sortir des qualifications. Cela prouve qu’il a toute sa place dans le top 50 mondial. Il doit pour cela trouver une certaine régularité. Battu au 2ème tour à Doha par Wawrinka, il n’a pas eu le meilleur tirage sur ce tournoi d’Adélaïde avec Sam Querrey. La qualité de service de l’Américain sera évidemment une arme redoutable sur cette surface ultra rapide. Néanmoins, le Français a des armes pour bousculer son adversaire qui s’est préparé à Hawaï en exhibition pendant l’intersaison.

L’analyse de Florent Serra : « Même si le déplacement entre Hawaï et l’Australie est le plus long vol du circuit (26 heures de vol avec parfois 2 escales), Querrey a eu deux semaines pour récupérer. J’ai joué Grégoire sur ma fin de carrière sur une surface ultra rapide et il m’avait déjà impressionné à l’époque. Lui aussi, comme Jérémy, il a un jeu à risque qui peut parfois l’impression qu’il est un peu tout seul sur le court mais il a progressé sur ses appuis notamment sur le bas du corps. Il se déplace beaucoup mieux maintenant. Il a un très beau bras et une belle qualité de première. Il a déjà 5 matches dans les jambes cette saison et deux bons matches en qualifications donc je pense qu’il a ses chances face à Querrey, au moins pour lui prendre un set. C’est certain que ça sera très difficile de breaker Querrey sur cette surface rapide sachant que Grégoire n’est pas encore très performant à la relance. La clé du match pour moi, ça sera le pourcentage de première de Grégoire parce que Querrey est très agressif en retour sur les secondes balles adverses. L’Américain prend beaucoup de risques et parfois cela lui permet d’arracher un break suffisant pour glaner le set. Et je trouve que Grégoire est parfois encore un peu fragile sur ses secondes balles ; il a du mal à lifter et il peut faire quelques doubles lorsqu’il se tend. Mais du fond du court, Grégoire pourrait avoir le dessus notamment au niveau du déplacement et de la puissance de frappe. Le Français est capable d’envoyer des énormes frappes, sa balle va très vite en coup droit et en revers. Il a le jeu pour prendre de vitesse Querrey. J’aurais mis Querrey légèrement favori mais pas du tout dans ces proportions. La cote de Querrey est incompréhensible pour moi. Je vois vraiment un match compliqué pour lui. Je ne serai pas étonné qu’il y ait au moins un tie-break. Lequel des deux va parvenir à mettre la pression sur l’autre sans se précipiter ni offrir des points gratuits avec des fautes directes. L’enjeu sera aussi d’arriver le plus vite possible au filet pour forcer l’autre à tirer des passings, aspect du jeu où aucun des deux n’est trop à l’aise. Pour moi, c’est très risqué de partir sur Querrey avec une cote aussi basse sachant que Grégoire est plutôt performant sur les surfaces rapides. »

Delbonis vs Duckworth
L'Australien James Duckworth (96ème) est méconnu alors qu'il navigue autour du top 100 depuis plusieurs saisons. Il compte déjà plus d'une cinquantaine de matches sur dur sur le circuit principal. Les surfaces dures rapides australiennes lui conviennent parfaitement bien. Il est surtout dans une forme olympique avec une finale et deux titres en challenger sur ses 4 derniers tournois (16V-2D). Sa dernière victoire sur le circuit principal en Australie remonte à 2016 à Sydney face à Cervantes. On peut donc imaginer sa motivation à l'idée de passer ce premier tour face à Delbonis, sorti des qualifications mais plutôt à l'aise sur terre que sur les surfaces rapides sur dur. Comment l'Argentin se retrouve-t-il ici ? Tout simplement parce qu'il a eu la chance de tomber sur le jeune Australien de 15 ans, Edward Winter, et ensuite sur l'Italien Caruso, un terrien battu 7-6/7-6 par Delbonis. La cote de l'Australien est très intéressante. Les bookmakers voient un match équilibré mais la balance pourrait pencher en faveur de l'hôte...

Paire vs Sinner
Comment Benoît Paire aura digéré sa défaite contre Anderson ? Le Français est donné largement outsider sur ce match face au jeune Italien Jannik Sinner, qui dispute seulement son 2ème sur dur en extérieur sur le circuit ATP. On pourrait penser que le Français ne se donne pas à 100% avant Melbourne mais la saison dernière, il avait remporté Lyon juste avant Roland Garros et perdu en finale à Winston Salem juste avant l’US Open.

L’analyse de Florent Serra : « C’est difficile de savoir si Benoît, une semaine avant l’Open d’Australie, sera motivé à 100% ou prendra plutôt ce match comme un match d’entraînement. Il a fait trois bons matches en ATP Cup. Est-ce que si le début de match est en faveur de l’Italien, Benoît ne va-t-il pas lâcher le match ? Contre Anderson, il devait s’imposer. J’ai trouvé Benoît bien physiquement et dans son jeu. Il est toujours meilleur quand il joue avec son instinct sans trop réfléchir. Sinner a fait une belle fin de saison, il joue en rythme, il a un bon coup de raquette mais joue un peu toujours sur le même rythme assez à plat même si en coup droit, sa balle tourne un peu plus. Pour moi, si Benoît reste focus et appliqué, il a tout pour gagner ce match. Si on prend que l’aspect tennis, c’est Benoît qui devait être favori. Il sert très bien en première balle, il va l’amener dans un faux rythme. Sinner est encore un peu jeune et peut tout à fait être perturbé par la personnalité et le style de jeu de Benoît qui propose énormément de variation. En revanche, si Benoît n’est pas dans un bon jour, il va subir les frappes de Sinner qui cogne assez fort et arrive à être très régulier dans son niveau de jeu. »

Sonego vs Hurkacz
Hubert Hurkacz a réalisé la meilleure saison de sa carrière en 2019. Le jeune Polonais de 22 ans est aux portes du top 30 mondial. C’est sur dur qu’il a eu les meilleurs résultats notamment ce titre acquis à Winston Salem, son premier sur le circuit ATP. Après une fin de saison très compliquée (2 victoires pour 6 défaites), il a parfaitement su se relancer à l’ATP Cup en dominant Schwartzman, Coric et Thiem. Trois succès de référence qui ont en avant ses qualités de serveur, de contreur et de relanceur. Néanmoins, en analysant de plus près ce trois matches, on se rend compte que Hurkacz a fait 30 fautes directes face à Thiem pour 32 coup gagnants. Face à Coric, il a surtout profité du déchet du Croate qui a commis 24 fautes directes sur ses 30 tentatives d’attaque. Et un peu plus tôt, Hurkacz avait également commis 35 fautes face à Schwartzman pour 37 coups gagnants. En fait, il a surtout bâti ce 3 succès sur son service, ce qui correspondait à un axe de travail à l’intersaison. Pour sa taille (1m96), il n’a pas été assez performant en 2019 avec une moyenne d’aces bien inférieure à celle des joueurs de sa morphologie. En retour, il n’a pas eu non plus les standards nécessaires pour se rapprocher du top 10 mondial avec seulement 17,5% de breaks sur les jeux adverses. C’est donc sur ces deux aspects qu’il a travaillé cet hiver et le résultat est sans appel : une nette amélioration dans sa qualité de première balle avec une prise de risque payante puisqu’il a nettement amélioré sa moyenne d’aces mais aussi une prise de risque à l’échange et surtout en retour de service qui fait qu’il a commis beaucoup plus de fautes directes.

Sur ce premier tour, il affronte un joueur plutôt à l’aise sur terre. Comme Hurkacz, Sonego est un bon serveur, mobile et solide sur sa ligne mais il peine encore à briller sur les surfaces dures rapides. Ce qui est paradoxal puisqu’il a remporté son premier titre en carrière sur gazon à Antalya, même si l’herbe turc ressemblait presque à de la terre. Ces difficultés de l’Italien sur dur (seulement 2 victoires face au top 50 sur le circuit principal pour 7 défaites) vont-elles prendre fin ? En tout cas, dans les confrontations, l’Italien a toujours su poser beaucoup de problèmes à Hurkacz mais les deux victoires de Sonego se sont disputées sur terre battue, une surface que le Polonais maîtrise peu.

Sandgren vs Vénus
Tennys Sandgren a un titre à défendre. Il joue cette semaine son maintien dans le top 100 mondial. Le tirage au sort a été plutôt très clément avec ce duel face au Néo-Zélandais Michael Venus (274ème) qui ne compte qu’une seule victoire sur le circuit principal à 32 ans… face à Alejandro Gonzalez à Auckland en 2015. Il ne compte qu’une victoire en carrière face au top 100… face à Cecchinato à Irving en challenger 2016. Difficile d’imaginer l’Américain s’incliner sur ce premier match sachant qu’un beau duel l’attend face à John Isner au prochain tour.

Humbert vs Ruud
Affiche entre deux joueurs qui ne sont jamais affrontés encore même s'ils se sont croisés à Milan pour le NextGen en novembre dernier. L’un a disputé l’ATP Cup avec son pays, la Norvège, et l’autre le Challenger de Canberra, s’inclinant au second tour face à l’américain Kudla. Ruud a su être incisif là où on ne l’attendait pas, prouvant une fois de plus ses progrès récents sur les surfaces rapides, face à un John Isner désabusé et sans réaction. Il a aussi su s’imposer face à un joueur réputé sur le circuit, Fabio Fognini. Il perd dans la logique des choses face à Daniil Medvedev, plusieurs crans au-dessus. Il est intéressant de noter que contre Isner ou Fognini, le Norvégien était logiquement outsider mais qu’il n’a perdu qu’un set sur les deux rencontres. Ugo Humbert est gaucher, et beaucoup de joueurs ont du mal à s’adapter contre eux, le Norvégien ne déroge pas à la règle en restant sur 3 défaites consécutives contre des gauchers. Dans le jeu, le Messin est supérieur à Ruud, surtout sur surface rapide bien que Ruud ait fait quelques progrès. Le Français est aussi plus à l’aise que son adversaire au service, étant capable de faire plus d’aces. Malgré tout, cette rencontre paraît indécise, et tout peut porter à croire qu’il s’agira d’un match serré, entre deux joueurs plutôt proches au classement. Le statut d'outsider d'Humbert est à éclaircir puisqu'il était favori à la sortie des cotes et elles se sont inversées. Dans ces cas-là, il vaut mieux regarder le match sans miser dessus. En souhaitant que le Français s'impose bien sûr... Mais Ruud a toutes les armes pour bousculer le Français, il est très appliqué, il a un gros coup droit, il est très difficile à déborder. La clé pour Humbert sera sa qualité de service pour assurer ses mises en jeu et mettre la pression sur le Norvégien qui aime monter au filet malgré son profil de terrien.

Norrie vs Monteiro
Cameron Norrie est passée à côté de l’ATP Cup. Balayé par Kyrgios et Darcis, il a aussi concédé un set face à Kuzmanov. Le Britannique d’origine néo-zélandaise avait réussi l’exploit d’atteindre la finale ici à Auckland il y a un an en dominant Paire, Sousa, Fritz et Struff. Sera-t-il capable de reproduire la même performance ? Son premier tour face au qualifié Thiago Monteiro est largement à sa portée. Les deux gauchers vont s’affronter pour la première fois mais le Brésilien est loin d’être un cador sur dur. Néanmoins, il est souvent compliqué à manœuvrer. La surface plutôt rapide d’Auckland sera un atout pour Norrie qui pourra diriger les échanges et s’appuyer sur une bonne première balle. La dernière victoire de Monteiro sur le circuit sur dur remonte à janvier 2018 à Pune face à Bemelmans. Il n’en compte que deux autres dans toute sa carrière face au Chinois Wu à Chengdu en 2017 et face à Dolgopolov à Winston Salem en 2017 dans un match qui a fait l’objet d’investigation de la part des instances du tennis qui soupçonnaient un match truqué… Les bookmakers avaient logiquement placé Norrie en favori de cette rencontre en sortie de cote mais Norrie vient de passer outsider. Evitez tout simplement de miser sur ce match.

Résultat de recherche d'images pour "ymer tiafoe""

Tiafoe vs Ymer
Voilà le match piège par excellence. Un joueur mieux classé (47ème) que son adversaire (76ème), plus connu avec un bilan et un palmarès plus important malgré un âge identique (21 ans), qui sur le papier est donné favori. Mais en y regardant de plus prêt, Mikael Ymer a de nombreux arguments pour gêner voire battre Tiafoe. Le Suèdois est en confiance depuis plusieurs mois avec notamment deux titres challenger. Mais il a confirmé en ce début 2020 tous ses progrès avec deux qualifications successives (comme Barrère) à Doha et Auckland. Il a montré de belles choses face à Bedene malgré la défaite en 3 sets. Mikael Ymer est un joueur très mobile, solide en défenseur et donc difficile à déborder. Il a beaucoup progressé au service. Son point faible c'est qu'il n'a pas de vrai coup fort foudroyant capable de mettre son adversaire loin de la balle. Il est très appliqué et commet assez peu de fautes en coup droit comme en revers. Son service n'est pas d'une grande aide pour lui apporter des points gratuits mais pas un point faible non plus. Il est très régulier et peu en difficulté sur ses secondes balles. Il est plutôt à l'aise sur toutes les surfaces, il est complet tout simplement. Tiafoe à l'inverse a une grosse première balle et un coup droit très puissant qui lui permet de gagner beaucoup de matches sauf que depuis plusieurs mois, il est en nette baisse de régime et perte de confiance. Une crise de résultat qui n'a pas pris fin à Doha face à Fucsovics contre qui l'Américain a subi une 8ème défaite consécutive dans un match en 3 sets. Tiafoe a battu Ymer à Milan lors du NextGen, voilà pourquoi les bookmakers placent Tiafoe comme le favori de ce match. Les conditions de jeu extrêmement rapide favorisent également l'Américain. Pourtant, par rapport à l'état de forme du moment, il serait risquer de s'aventurer sur l'Américain. En tout cas la cote de Mikael Ymer ne cesse de chuter (2,90 à 2,15 environ) et c'est assez logique.