Sam Querrey aurait pu se sentir vexé s'il avait vu sa cote vers 8 heures ce lundi matin. Les bookmakers lui donnaient environ 30% de chance de battre Andrey Rublev au 2ème tour du tournoi d'Adélaïde. C'est certain que l'état de forme du Russe (31 victoires pour seulement 8 défaites sur dur depuis Cincinnati) pouvait peser de tout son poids sur le vainqueur de Doha samedi (son 3ème titre en carrière). En effet, sur dur, Rublev a tout simplement le 5ème meilleur bilan mondial (72,3% de victoires) depuis un an et plus de 78% de victoires depuis Cincinnati.

Face à lui, l'Américain a vécu une année 2019 très compliquée en sortant même du top 50 pour se stabiliser autour de la 45ème place en fin de saison grâce à quelques victoires précieuses face à Dimitrov, Bautista et Schwartzman. Querrey est l'un des meilleurs serveurs du circuit (6ème au classement des aces) avec plus 84% de ses jeux de service remportés. Il a déjà affronté deux fois Rublev. La première expérience s'est bien déroulée puisque l'Américain (1m98) s'était imposé en 3 sets assez facilement au 2ème tour de Wimbledon. La deuxième expérience a tourné en faveur du Russe juste avant l'US Open à Winston Salem (7-6/7-6).

Ce troisième sur la surface ultra-rapide d'Adélaïde va être riche d'enseignement. Rublev a un bilan négatif en carrière face aux grands serveurs (6V-12D). Ses récentes victoires face au fantôme de Marin Cilic ne doivent pas cacher les difficultés pour le Russe de contrer les services adverses surtout sur les surfaces rapides. Au premier tour, Querrey a été parfait au service face à Grégoire Barrère en ne concédant aucune balle de break en 3 sets et en signant 28 aces. Cette victoire a certainement reboosté la confiance de l'Américain avant ce choc face au 18ème mondial.

Mais la clé du match réside surtout sur un point : Andrey Rublev disputait la finale de Doha samedi. Dans l'histoire, aucun joueur présent en finale au Qatar n'a joué avant Melbourne mis à part trois joueurs en exhibition à Kooyong (Monfils, Tsonga et Davydenko).

Nos deux consultants, Rodolphe Gilbert et Florent Serra décryptent pour vous cette affiche du 2ème qui aura lieu dans la nuit de mardi à mercredi.

L'avis de Rodolphe Gilbert
"Je pense que c'est un match où on peut avoir une surprise si on peut penser qu'une victoire de Querrey serait une vraie surprise. La transition Doha/Adélaïde est très compliquée. C'était presque insultant de voir une telle cote [3,38] pour Querrey et c'est tout à fait normal de la voir chuter continuellement depuis le début de la journée. Moi, j'aurais même positionné l'Américain en favori de ce match. Querrey est un coupeur de tête depuis le début de sa carrière et surtout sur les trois dernières saisons (42% de victoires face au top 20). Il a aucune peur de jouer Rublev. Evidemment le Russe va aborder ce match avec la confiance d'un titre dans la poche et d'une dynamique de victoires depuis plusieurs mois mais j'ai deux interrogations : quand on vient de remporter un titre à Doha, est-ce que ça vaut le coup d'aller à Adélaïde en vue de Melbourne ? Il peut quand même espérer faire un très grand tournoi à Melbourne par rapport à ce qu'il a montré depuis l'été dernier. Aller loin à Adélaïde après un titre à Doha, ça veut dire qu'il risque de se griller pour l'Open d'Australie. Cette transition est vraiment difficile. Alors Rublev est jeune, il joue beaucoup, voyage beaucoup donc peut-être que ça sera un peu moins difficile pour lui de digérer le vol et le décalage horaire mais malgré tout, il ne sera pas à 100%. Il peut éventuellement tenir un match. Sauf qu'en face, il aura Sam Querrey. Si l'Américain est sérieux au service, il peut gagner sur cette surface ultra rapide. Si Querrey gagne, tout le monde finira par dire après le match que c'était presque logique..."

L'avis de Florent Serra
"C'est pas un match simple pour Querrey c'est sur parce que Rublev dans son fond de jeu a passé un cap ces derniers mois. Il est au-dessus en puissance du fond du court parce qu'il a réussi à moins se précipiter. Il arrive à être plus patient et comme ils sont pas nombreux à frapper aussi fort que lui du fond du court, forcément, il est devenu très difficile à battre. Je le trouve aussi beaucoup plus régulier et constant physiquement. Mais Adélaïde est une surface très rapide qui va avantager Querrey comme on l'a vu face à Barrère. L'Américain peut entrer dans des filières de jeu plus courtes et sortir Rublev de son système de jeu où le Russe dictera moins le jeu que d'habitude comme il aime le faire. J'ai trouvé la cote de Querrey vraiment beaucoup trop haute et c'est logique qu'elle ait fini par chuter les dernières heures. C'est toujours difficile d'enchaîner après une victoire surtout lorsqu'on change de continent. Il est parti du Qatar dimanche matin pour arriver en Australie lundi matin. Généralement on met deux jours pour s'en remettre. Et puis il faut prendre en compte aussi les changements climatiques. Il fait environ 10-15 degrés de plus en Australie qu'à Doha où il faisait frais et humide sur la fin de semaine avec la journée de pluie de jeudi. Querrey aura déjà un match dans les jambes. Donc si je dois prendre un risque sur ce match, je mise sur Querrey même si Rublev est intrinsèquement plus fort. Et j'ai un dernier petit paramètre qui finit de me convaincre, c'est la seconde balle de Rublev. Même si j'ai vu à Doha que c'était un peu mieux, je trouve que le Russe est encore trop fragile sur sa seconde et Querrey aime agresser ses adversaires sur les secondes en prenant la balle tôt. Alors qu'il a largement dominé au score ses adversaires à Doha, il a fini à moins de 50% de points sur sa seconde. Sur les moments clés du match, dans un tie-break par exemple, cela pourrait faire la différence."

L'avis de la rédaction
Nous vous avons ce matin à 8h30 alerté sur la cote anormalement élevée de Sam Querrey (supérieure à 3) en conseillant aux parieurs de miser également sur un set. Depuis, la cote de l'Américain n'a fait que fondre pour arriver dans la soirée juste au dessus de 2. Une chute de cote phénoménale qui rend beaucoup moins intéressante la prise de risque. Néanmoins, l'immense majorité des parieurs continuent de miser sur Rublev. Il est certain que sa cote semble désormais intéressante mais pour toutes les raisons évoquées précédemment, c'est une trop grosse prise de risque de partir sur le Russe en favori de ce match.