L'ITF vient d'annoncer la suspension provisoire de Nicolas Jarry suite à un contrôle anti-dopage positif lors de la dernière Coupe Davis.

L'Agence Mondiale Anti-Dopage a prélevé les urines du Chilien âgé de 24 ans et suite aux analyses du laboratoire de Montréal, des traces anormales de Ligandrol et Stanozolol ont été trouvées. Ces substances sont interdites. Le Stanozolol est un stéroïde anabolisant qui sert à développer la masse musculaire, doper les globules rouges et renforcer les os.

Concernant le Ligandrol, c'est un produit dopant très à la mode. De nombreux sportifs ont été contrôlés positifs dernièrement : Hendré Stassen (rugbyman du Stade Français), Shayna Jack (nageuse australienne) ou encore Aphiwe Dyantyi (rugbyman sud-africain). Ce produit réduit la masse graisseuse et augmente la masse musculaire et soigne les blessures musculaires sans effet secondaire.

Nicolas Jarry est donc suspendu à partir de ce 14 janvier. Il a le droit de contester cette sanction.

Mais le Chilien dans un communiqué clame son innoncence. Il conteste la prise volontaire de produits dopants.
Il affirme que le premier test d'urine réalisé lors de la Coupe Davis a été négatif. C'est le deuxième test qui s'est avéré positif aux deux produits cités mais dans des proportions infimes selon lui.

Il explique la présence de ces produits par la prise de vitamines achetées au Brésil.

Il affirme combattre le dopage et souhaite prouver son innocence.

Image