La particularité de l'Open d'Australie est qu'il arrive très vite en début de saison. Les joueurs n'ont que trois semaines pour se préparer en condition de match. Il faut donc être affûté et bien dans le rythme avec peu de matches dans les jambes. Sur ce début 2020, de nombreux joueurs arrivent en forme à Melbourne. Vont-ils en profiter pour bien lancer leur tournoi ?

Tour d'horizon des matches de ce lundi !

Shapovalov vs Fucsovics
Le Canadien aurait largement pu se contenter de l'ATP Cup pour préparer Melbourne. Auteur de matches aboutis avec le Canada, beaucoup se sont demandés ce qu'il allait faire à Auckland quelques jours avant le début de l'Open d'Australie. Finalement, après une victoire convaincante face à Pospisil, Shapovalov a cédé en 2 sets face à Humbert sans montrer son meilleur tennis. Il est donné très largement favori de cette rencontre. C’est le premier duel entre les deux joueurs. Ce n’est pas forcément un très bon tirage pour Shapovalov puisque Fucsovics est capable de le gêner avec sa puissance du fond du court et sa qualité défensive sur la ligne. Mais sur la longueur d’un match en 3 sets gagnants, il semble difficile d’imaginer Shapovalov se faire éliminer d’entrée alors qu’il est sur une belle dynamique de victoire depuis la fin de l’été : 24 victoires pour 12 défaites. Le Canadien (20 ans) a gagné 18 de ses 23 derniers matches face à des joueurs moins bien classés, preuve d’une certaine régularité depuis qu’il est sous les ordres du colonel Youzhny. Il a aussi remporté 21 de ses 25 derniers matches sur dur face aux joueurs classés au-delà du top 20 mondial. A l’inverse, le Hongrois peine dans les grands rendez-vous (8 défaites sur ses 11 derniers matches en Grand Chelem) et face aux grands joueurs (23 défaites en 28 matches en carrière face au top 20 mondial). Néanmoins, la cote du Canadien est trop faible pour prendre le moindre risque sur un score de 3-0 par exemple. Il a concédé au moins un set à 11 reprises sur ses 16 derniers matches depuis son titre à Stockholm.

Evans vs McDonald
C’est le premier duel entre les deux joueurs. Installé confortablement dans le top 50 mondial avant sa suspension en 2017 pour un contrôle positif à la cocaïne, Dan Evans a retrouvé son meilleur tennis en ce début 2020. En face, MacKenzie McDonald peine à s’installer dans le top100 en raison d’une opération au genou en juin dernier. Il a fait son retour à la compétition cette semaine à Auckland (défaite 6-4/6-3 face à Mikael Ymer). McDonald est adepte des surfaces dures rapides mais il n’affiche que 12 victoires pour 20 défaites sur le circuit principal. C’est surtout un joueur quelque peu inconstant capable de gros coups face à Del Potro, Raonic, Simon, Tiafoe ou encore Fritz. Il compte deux titres en challenger mais sa défaite en février dernier à Dallas face à Mitchell Krueger est une vraie déception alors qu’il était coté à 1,15… Evans (29 ans) pointera à la 32e place mondiale lundi, son meilleur classement en carrière. Avec 55 victoires pour 30 défaites, le Britannique a réalisé sa saison la plus accomplie en carrière depuis 2015, année pendant laquelle il avait remporté 5 tournois challengers. Sur le circuit principal, Dan Evans n’a pas encore remporté de titre mais il a perdu deux fois en finale.

Evans est évidemment largement favori de cette rencontre en raison de son début de saison 2020 de très grande qualité (5V-2D) avec notamment des victoires sur De Minaur, Goffin, Albot et Bublik. Il a failli faire tomber l’homme en forme du moment, le Russe Rublev. McDonald pourrait manquer de repères néanmoins la côte de Evans est inintéressante pour un score exact. Il a encaissé au moins un set à 20 reprises en 27 matches en Grand Chelem et petite statistique, il n’a encore jamais disputé le moindre match en 5 sets. Peut-être pour cette saison ?

Harris vs Schwartzman
Diego Schwartzman, le joueur de poche argentin (1m70) se présente en Australie en ayant débuté la saison en mode mineur lors de l’ATP Cup. Son bilan : 4 rencontres pour une seule victoire, convaincante certes face à Borna Coric balayé 6/2-6/2. Mais à côté de ça, l’Argentin a été battu, sans démériter néanmoins, face à Thiem et Medvedev. Sa vraie contre-performance, c’est face au Polonais Hurkacz, en ouverture de saison. Schwartzman est bel et bien en phase de rodage mais ne devra pas trop laisser tourner le moteur face au prometteur Lloyd Harris, 22 ans et brillant lors du tournoi d’Adélaïde où il a notamment sorti les têtes de série 6 (Garin) et 4 (Carreno-Busta). Il n’a rien pu faire en finale face à Rublev (6-3/6-0). S’il est brillant, le jeune Sud-Africain risque en revanche d’arriver à Melbourne sans avoir complètement rechargé les batteries. C’est certainement là que se situe la clé du match. Diego Schwartzman possède un jeu de jambes impressionnant et, s’il est en forme, devrait finir par épuiser le jeune Harris qui va devoir sortir son meilleur tennis pour écourter les échanges au maximum face au lutin argentin.

Diego Schwartzman a une belle carte à jouer avec un tableau dégagé jusqu’au 4e tour où, si la logique est respectée, il devrait croiser la route de Novak Djokovic. D’ici là, son adversaire le plus coriace devrait être Edmund ou Lajovic, bref largement à la portée du Sud-Américain qui a là une belle opportunité de faire aussi bien que la saison dernière où il avait été battu au 3e tour par Berdych. La qualité de retour de l’Argentin (4ème meilleur retourneur du monde sur dur derrière Djokovic, Murray et Nadal) pourrait poser des problèmes à Lloyd Harris qui aura besoin de s’appuyer sur son service pour s’imposer.

Résultat de recherche d'images pour "kohlschreiber canberra""

Kohlschreiber vs Giron
Si Kohlschreiber allait moins bien depuis deux saisons en dégringolant de la 22e place en juin 2018 au 74e rang mondial aujourd’hui, l’Allemand a remporté début janvier son premier titre depuis 2017. Certes en challenger mais malgré tout, il a battu Gojowczyk, Johnson, Donskoy et la pépite finlandaise Ruusuvuori. Il arrive donc en confiance sur cet Open d’Australie. De son côté, Marcos Giron a plutôt réussit un bon exercice 2019 avec 70% de victoire sur dur et 65% de victoire toutes surfaces confondues. L’Américain est un joueur complet mais joue principalement sur le circuit challenger où il a remporté deux titres. Giron n’a joué que 10 matches sur le circuit principal (3V-7D). Comme beaucoup d’Américains, c’est surtout sur ses terres qu’il brille. Ses résultats sont moins bons lorsqu’il quitte les Etats-Unis. Il ne compte que 8 matches en Australie en challenger. Il a notamment battu Millman en 2015 à Canberra et Carballes la semaine dernière à Bendigo. Kohlschreiber est un joueur très complet, capable de gagner sur toutes les surfaces même si son dernier titre sur dur remonte à 2008 à Auckland. A 36 ans, sera-t-il capable de tenir un match en 3 sets gagnants ? Il reste sur 3 défaites en Grand Chelem mais pas face à Pouille, Djokovic et Mahut. De son côté, Giron attend toujours sa première victoire en Grand Chelem après trois défaites face à Isner, Feliciano et Nishioka. Le coup fort de l’Allemand est sans doute son revers qui lui permet de faire énormément de coups gagnants, qu’il s’agisse de passings, ou d’amorties bien touchées quand il rentre dans le court pour conclure l’échange. Les deux ne sont pas d’exceptionnels serveurs, bien que Giron soit un fervent adepte du service-volée pour se sortir de situations délicates sur ses mises en jeu. La côte de Kohlschreiber (@1.34) est plutôt intéressante tant Giron ne paraît pas assez solide pour inquiéter un Allemand bien plus à l’aise techniquement et qui est en confiance après son titre à Canberra. Sauf que Kohlschreiber est un habitué des défaites lorsqu’il est favori : il a perdu 10 de ses 20 derniers matches sur le circuit principal avec une cote inférieure à 1,50…

Hurkacz vs Novak
Le Polonais est clairement en progression constante depuis trois saisons. Jusqu’où va-t-il grimper ? Sur ce début 2020, il était injouable jusqu’à sa défaite face à Benoît Paire. Auparavant, Thiem, Coric, Schwartzman, Sonego, Ymer et Feliciano s’étaient cassés les dents sur le niveau de jeu d’Hurkacz. Performant au service, agressif à l’échange, plutôt mobile sur sa ligne malgré sa grande taille. C’est seulement sa 2ème participation à Melbourne. Il avait perdu en 4 tie-breaks face à Karlovic la saison dernière. Cette fois, il sera favori de son match face à l’Autrichien Dennis Novak plutôt en forme aussi en ce début de saison pour son niveau. Grâce à sa victoire sur Guido Pella à l’ATP Cup, il a fait son entrée dans le top 100 mondial (99ème). En qualifications de cet Open d’Australie, il n’a pas perdu un set face à Brown, Horansky et Moriya. A 26 ans, Novak a surtout acquis une solide expérience sur terre battue mais il se défend bien sur dur sur le circuit challenger avec deux titres en indoor en 2019. Dennis Novak était déjà sorti des qualifications à Melbourne en 2018 pour perdre au premier tour face à Dimitrov. Hurkacz devrait s’imposer sur cette rencontre mais Novak a les armes pour résister au moins un set. Sur les 17 derniers matches d’Hurkacz, 15 de ses adversaires ont réussi à prendre au moins un set ou pousser le Polonais dans un tie-break.