Sur ce premier tour de l'Open d'Australie, beaucoup de joueurs visent une première victoire en Grand Chelem, d'autres aimeraient se rapprocher du top 100 mondial ou tout simplement oublier une saison 2019 compliquée. Beaucoup d'affiches indécises pourraient basculer d'un côté ou de l'autre. Présentation de ces matches !

Andujar vs Mmoh
C’est la première confrontation entre ces deux joueurs très différents. Ce duel de génération (Andujar 33 ans ; Mmoh 22 ans) oppose un Espagnol encore très compétitif et un Américain qui peine à s’imposer sur le circuit principal. Pourtant pur spécialiste de la terre battue, Andujar a atteint le 4ème tour à l’US Open en septembre pendant que Mmoh s’est contenté de quelques tournois challenger et seulement trois matches ATP dont une victoire face à Gunneswaran à Pune. Comme la plupart des américains, Michael fait preuve d’aisance dans sur les surfaces rapides. Mmoh, né à Riyad au moment où son père entraînait l’équipe saoudienne de Coupe Davis, s’est incliné au premier tour de l’Open d’Australien il y a un an, face à Radu Albot. Fin octobre, Michael Mmoh s’est fait disqualifier d’un tournoi challenger pour avoir jeté sa raquette de rage, celle-ci atterrissant directement sur un juge de ligne… De son côté, Andujar a réalisé à 33 ans une belle saison, affichant son meilleur pourcentage sur ocre de toute sa carrière, 72,5%. Titré à trois reprises en challenger, il atteindra aussi la finale de Marrakech sur le circuit principal, battu par Benoît Paire. L’Espagnol a peu brillé sur dur en général mais encore moins sur les surfaces rapides d’Océanie (3 victoires en 19 matches). Néanmoins, il a su battre Edmund, Sonego, Kwon, ou encore Jarry sur dur, en étant toujours outsider et avec une côte moyenne de 3,20 sur ces 4 rencontres, c’est impressionnant. En termes de jeu, les deux joueurs sont droitiers. Ils ne font pas partie des meilleurs serveurs du circuit, ainsi l’Espagnol ne compte que 67% de jeux remportés sur ses mises en jeu sur dur et l’Américain à peine 72% malgré son 1m88. Andujar est un joueur puissant qui aime jouer à plat du fond de court dans un objectif de pousser son adversaire à  la faute. Michael Mmoh n’hésite pas lui à agresser ses adversaires et prendre l’initiative pour finir au filet. En raison de son âge et de son profil, l’Américain se déplace mieux que l’Espagnol.

Les bookmakers donnent un avantage à Michael Mmoh en raison du profil des deux joueurs et de la surface mais attention, l’Espagnol peut rendre fou l’Américain s’il est dans une bonne forme physique.  Andujar a fait deux bons matches face à Verdasco et Feliciano malgré les défaites. Face à l’inconsistance de Mmoh, Andujar a les armes pour créer la surprise même si le jeune Américain sera surement très motivé à l’idée de signer sa première victoire en Grand Chelem.

Garin vs Travaglia
C’est la première confrontation entre ces deux terriens. Même s’il est 33ème mondial, Garin n’est plus que l’ombre de lui-même sur ce début de saison (4 défaites en 4 matches). Depuis son titre remporté à Munich en avril dernier, il est sur une dynamique négative sauf à Chengdu et Bercy où il s’est offert ses deux premiers quarts de finale sur dur en carrière en battant notamment Chardy, Edmund, Verdasco et Isner. Néanmoins il n’y a plus la continuité dans le jeu qui était présente auparavant, celle qui lui a permis d’enchaîner deux titres au printemps. Son retour au pays en mai pour se ressourcer a cassé son élan. On aurait pu penser qu’après la coupure hivernale, il reparte du bon pied à l’ATP Cup pour défendre les couleurs du Chili mais il n’en a rien été : il a disputé trois matchs qu’il a tous perdu 2-0. Il s’est aussi incliné au premier tour du tournoi d’Adelaïde, face à Lloyd Harris. Travaglia quant à lui a eu un exercice 2019 très intéressant avec 2 titres et une finale en challenger sur terre battue. Sur le circuit principal, il a signé cinq petits succès à Umag et Gstaad mais aussi sur dur à l’Open d’Australie contre Andreozzi et à Stockholm face à Opelka. La terre est sa surface de prédilection avec 42 victoires pour seulement 14 défaites en 2019. Il a beaucoup plus de difficulté sur dur où il joue peu. Mais ses deux victoires à l’ATP Cup notamment face à Fritz lui ont donné beaucoup de confiance avant ce premier tour. Une surprise est possible sur ce match, d’ailleurs les bookmakers mettent Garin légèrement favori (tendance 55/45).

Résultat de recherche d'images pour "tommy paul""

Leo Mayer vs Paul
Tommy Paul (22 ans) est en train peu à peu de se faire une place sur le circuit principal. Son bon parcours à Adélaïde vient récompenser plusieurs de mois de bons résultats sur le circuit challenger (deux titres notamment en septembre dernier). Face à lui, Leonardo Mayer est l’un des joueurs les plus inconstants du circuit. L’Argentin est capable de bien jouer sur toutes les surfaces mais il cale souvent face aux tous meilleurs (61 défaites en 70 matches face au top 20). Mayer n’a pas perdu qu’une fois pour son entrée en lice à Melbourne sur ses 5 dernières participations. Battu par Thiago Monteiro et Cecchinato à Auckland, il n’aborde pas forcément ce premier tour avec beaucoup de confiance, contrairement à son adversaire. L’Argentin a beaucoup de pépins physiques sur les deux dernières saisons. Sur dur, il a perdu 8 de ses 10 derniers matches face à des adversaires moins bien classés que lui mais faisant partie du top 100 mondial. Tommy Paul sera 80ème mondial lundi mais Leo Mayer tombera à son plus mauvais classement depuis 2017 (101ème). L’Américain est donné très largement favori des bookmakers (tendance 75/25). Une cote peu rentable même s’il aura toutes les armes pour remporter son premier match en Grand Chelem.

Carballes vs Berankis
Voici une rencontre du premier tour qui s’annonce très indécise. Roberto Carballés Baena, 80e au classement ATP, affronte le Lituanien Ricardas Berankis qui pointe au 68e rang mondial. Les deux joueurs ont un point commun… Ils ont peu brillé en Grand-Chelem bien qu’ils soient tous les deux professionnels depuis un paquet d’années : Carballes n’a encore jamais atteint le 3ème tour et Berankis seulement 2 fois au 3ème tour en 26 participations. A la décharge de l’Espagnol, il a déjà affronté plusieurs fois de solides adversaires dès le 1er tour comme Kecmonavic et Djokovic par exemple la saison dernière. Tous les deux sont des joueurs doués mais plafonnent. Ce match est aurait pu lancer la saison du vainqueur mais au prochain tour les attendent Coric ou Querrey. Avec son physique ramassé, Berankis pourra profiter de la vitesse de la balle pour faire émerger son jeu de contre et de retourneur de talent. Un style de jeu qui lui permet de compenser un déficit de puissance. C’est peut-être là que se situe la clé du match même si Carballes est lui aussi rapide. L’Espagnol possède un revers puissant qui constitue son point fort. Attention en revanche à son service qui est un vrai handicap sur les surfaces rapides. Berankis part légèrement favori sur ce match (tendance 60/40). C’est la 3e fois que les deux hommes s’affrontent. Ils sont pour l’instant à une victoire chacun en indoor sur dur. C’est assez étonnant que Carballes ait réussi à s’imposer face à Berankis à Moscou en octobre dernier puisque l’indoor est clairement la meilleure surface de Beranksi. Une surprise est donc possible sur ce match. En tout cas, il est fort possible que les deux joueurs prennent au moins un set.

Sandgren vs Trungelliti
Tennys Sandgren (101ème) s’est fait connaître du grand public à Melbourne en 2018 en atteignant les quarts de finale. Une tempête médiatique dû à un tweet jugé raciste écrit en 2015 avait mis fin à son aventure. Depuis deux ans, l’Américain est retourné dans l’anonymat du circuit en remportant moins de 45% de ses matches. A part une finale à Houston et un titre à Auckland, il a été éliminé au premier tour sur 29 de ses 40 derniers tournois disputés et 6 fois au 2ème tour… C’est sur dur qu’il s’exprime le mieux mais à cause de son inconstance, il a quand même perdu 10 de ses 20 derniers matches en tant que favori. Il a plutôt un tirage sur le papier à son avantage. Trungelliti est plus à l’aise sur terre battue. Il a d’ailleurs eu beaucoup de difficultés pour sortir des qualifications malgré des adversaires loin d’être des références. Les deux joueurs se sont déjà affrontés une fois sur dur en challenger en 2017 et Sandgren s’était imposé en 2 sets. Ça serait une surprise de voir Sandgren s’incliner sur ce premier tour mais sa cote est trop basse pour investir sur lui.

Davidovich vs Gombos
L’Espagnol Davidovich n’a pas été biberonné uniquement à la terre battue mais depuis 4 saisons, il navigue aussi sur dur sur les circuits ITF et Challenger : 1 titre et 2 finales ITF ainsi qu’un titre et une finale en challenger. A seulement 20 ans, il fait partie de la relève du circuit (85ème). Cependant, à part une demi-finale à Estoril en avril dernier, il n’a pas encore percé sur le circuit principal (10 défaites en 10 matches). Sur ce premier tour, il bénéficie sur le papier d’un tirage favorable face à Gombos. Mais le Slovaque est issu des qualifications. Plutôt à l’aise sur terre battue, il a quand même été capable de battre Mannarino et Kecmanovic l’été dernier à Washington. Un an plus tôt, il avait battu Davidovich en challenger à Majorque en 2 sets. A 29 ans, Gombos va disputer seulement son 4ème Grand Chelem. Il attend toujours sa première victoire. Les bookmakers donnent un léger avantage à l’Espagnol sur ce match (tendance 60/40), ce qui confirme qu’une surprise est possible sur ce match. De part sa taille (1m93), Gombos pourrait poser des problèmes à Davidovich.