Dans cette partie basse du tableau, Novak Djokovic et Roger Federer vont-ils se retrouver en demi-finale et nous offrir un remake de cette finale légendaire à Wimbledon il y a 7 mois ? Avant cela, deux marches encore à franchir dont ce 8ème de finale où les deux joueurs s'avancent évidemment comme favori face à Schwartzman et Fucsovics. Dans les deux autres rencontres, Raonic et Cilic vont tenter de se rappeler aux bons souvenirs du passé tandis que Sandgren et Fognini restera le duel le plus énigmatique, imprévisible et hétéroclite.

La plus belle affiche la nuit prochaine en terme d'opposition plus que dans le coefficient de spectacularité et de créativité, semble être ce match entre Milos Raonic et Marin Cilic, tous les deux anciens numéros 3 mondiaux qui n'ont pas été épargnés par les blessures. D'un coté le Crote Cilic (31 ans et 39ème mondial), de l'autre le Canadien (29 ans et 35ème). Il propose tous les deux un jeu sensiblement similaire s'appuyant sur leurs coups forts à savoir le coup droit et le service. "L'une des non têtes de série qu'il fallait absolument éviter dans les premiers tours" nous disait Rodolphe Gilbert à propos du Croate au moment du tirage au sort. Cilic est supérieur en revers à Raonic et propose un peu plus de créativité dans le jeu. Le finaliste 2018, retrouve des couleurs lors de cet Open d'Australie. Il est très difficile à contrer comme aime le raconter Federer quand le Croate est à son meilleur niveau c'est "Service Boum, Coup droit Boum revers Boum", il reste très agressif dans l'échange ne laissant aucun solution à son adversaire. Restant sur une saison 2019 en demi-teinte où il a enchaîné les désillusions, il est incapable de battre un Top 10 depuis presque un an et demi. Il a mis fin à cette série en livrant un match comme on ne l'avait pas vu faire depuis longtemps face à Bautista. Solide dans les frappes, frappant fort des deux cotés, il se dit satisfait : "peut-être l'un des matches les plus compliqués que j'ai joué. C'était extrêmement difficile physiquement et mentalement à la fois, pendant plus de quatre heures, c'est une grande satisfaction, je me sens très fier."

Seul bémol il vient d'enchaîner deux longs matchs en cinq sets avec pas moins de 7H50 passées sur le court. Face à lui, le grand serveur Milos Raonic, pas épargné par les blessures durant les dernières saisons, ne semble plus avoir de douleur au dos sur cet Open d'australie. On peut parfois le comparer à un robot d'une part par son jeu sans variété mais également par le fait qu'il ne laisse transparaître que très peu d'émotion. Lors de ses trois premiers tours, il a fait preuve d'une grande sérénité. Avec trois petits sets face à Giustinio et Garin, le monde du tennis s'attendait à un premier test face au grec 6ème mondial. Que nenni avec une qualité de service impressionnante, il a laissé Tsitsipas sans solution pilonnant le revers à une main du grec, il n'a concédé aucune balle de break et a fini par s'imposer en 2H30. Le Croate Cilic a l'habitude des grands rendez-vous, son palmarès plaide en sa faveur, demi finaliste de l'open d'Australie et de l'US Open (2010 et 2015) puis finaliste de Roland Garros et de l'Open d'Australie (2017 et 2018), il a remporté l'US Open en 2014 face au japonais Nishikori. Le Canadien n'est pas en reste mais n'a obtenu que deux demi-finales en 2014 et 2016 (Wimbledon et Melbourne) et une finale à Wimbledon en 2016. Le favori est le Canadien sans doute grâce à sa victoire nette au tour précédent face à Tsitsipas et à la fatigue de Cilic. Si le Croate se sent bien physiquement cela pourrait être du 50/50, la value est clairement sur Cilic.

Milos Raonic : "Contre Marin, c'est toujours un match très difficile. Il vient de remporter deux gros matches et même au premier tour, il a dominé le finaliste de Doha. Je dois me concentrer sur mon jeu. On va tous les deux essayer de nous déplacer à travers le court. Celui qui réussira gagnera. Je vais devoir être très concentré sur mon service et être très agressif."

Marin Cilic : "Je suis opérationnel physiquement pour ce match, absolument. Je dois dire que c'est très agréable de jouer cette année avec une météo plutôt fraîche. Il ne fait pas trop chaud. C'est vraiment plus facile d'enchaîner les matches."

L'avis de Florent Serra : "Je trouve que l'écart de cote est assez étonnant entre un Raonic qui fait certes un bon tournoi mais qui est quand même en difficulté depuis trois saisons pour enchaîner les matches. On se souvient de son non-match face à Pouille en quarts de finale la saison dernière. ll est donné largement favori des bookmakers mais je ne trouve pas qu'il mérite de l'être dans ces proportions. De son côté, Cilic fait un très bon tournoi. Lui aussi aime bien Melbourne où il fait une finale en 2018. Pour l'instant, le Canadien n'a pas montré de signaux négatifs quant à son physique mais ça peut venir très vite durant la nuit ou à l'échauffement. Etrangement, ils ne se sont joués que trois fois dans leur carrière en 2017, 2013 et 2011. C'est le Croate qui mène 2-1 mais cela n'est pas vraiment significatif. Marin Cilic vient de disputer deux matches en cinq sets mais physiquement, il a une grosse caisse, il est très bien préparé et je pense qu'il tiendra encore un match accroché. D'abord parce qu'il a déjà enchaîné deux matches en 5 sets en Grand Chelem. Je me souviens de l'US Open 2012 et Wimbledon 2015. Il avait remporté son troisième match ; mais surtout parce que le rythme imposé dans ce match sera plutôt lent avec des filières de jeu courtes puisque les deux joueurs se basent principalement sur leurs services. Côté météo, on a des températures plutôt moyennes pour l'Australie depuis le début du tournoi. On est très loin des canicules des années précédentes et du coup, les joueurs ont l'air de plutôt bien enchaîné. On l'a vu avec Fognini face à Pella. On peut dire que depuis le début du tournoi, Milos Raonic se balade. Il a vraiment été supérieur à Tsitsipas. En face, on a un Croate qui m'a impressionné face à Bautista même s'il aurait très bien pu perdre contre Benoît au tour précédent. C'est dans le duel de coup droit que pourrait se trouver la clé du match. Raonic a une prise assez fermée. Les deux joueurs ont tendance à vouloir jouer vite sur leur coup droit et parfois ils sont pris de vitesse dans leur préparation. Dans ce cas, ils s'agacent assez rapidement. Mentalement, Cilic avait besoin de confiance et de régularité. Il l'a trouvée sur cet Open d'Australien et Raonic devrait vraiment se méfier. Instinctivement, je sentirais bien Cilic sur ce match. En tout cas, il a les armes pour remporter au moins un set. Une victoire du Croate ne me surprendrait même si évidemment, la qualité de service de Raonic est un peu supérieure à celle du Croate et quand le Canadien sert à la perfection comme face au Grec, il est quand même injouable. Mais arrivera-t-il à enchaîner je ne sais pas. Pour moi c'est du 50/50 ce match donc je trouve plus intéressant de partir sur Cilic par rapport aux cotes. Celui qui remportera le premier set remportera le match pour moi. Je verrais bien un ou plusieurs tie-breaks évidemment. Et tactiquement, Cilic a les armes pour faire reculer Raonic, monter au filet et forcer le Canadien à tirer des passings, le bouger de droite à gauche."

Résultat de recherche d'images pour "djokovic schwartzman""

Le numéro deux mondial doit conserver son titre à Melbourne pour rester accroché aux basques de Rafa Nadal. Du Big 3, c’est bien Novak Djokovic qui a le huitième de finale le plus « compliqué » sur le papier. Diego Schwartzman, le lutin argentin à la condition physique et au volume de jeu impressionnant arrive face à Nole avec encore beaucoup de carburant puisqu’il n’a passé que 6 heures sur le court en 3 matches et n’a pas concédé un seul set. Il va assurément arriver avec une très grosse détermination…mais de là à dire que ça peut suffire pour faire chuter le tenant du titre et recordman de victoire à Melbourne (il vise un 8e succès), il y a un pas difficile à franchir. La cote de Djoko (1.04) prouve que le Serbe est ultra favori et que les bons résultats de l’Argentin risquent de s’avérer insuffisant pour atteindre les ¼ de finale.

La qualité de service de Djokovic sur cet Open d'Australien est inédite. Il a déjà inscrit 47 aces en 3 matches (contre 23 la saison dernière) et remporté 87% de ses points sur la première balle (77% en 2019) : « J'avais fini le tournoi l'an dernier par deux prestations exceptionnelles face à Pouille et Nadal. C'était sans hésiter parmi mes meilleurs matches en demies et finale de Grand Chelem. J'aime jouer ici à Melbourne. J'aime les conditions de jeu. J'ai très bien débuté ce tournoi, je me sens vraiment bien sur le court. Je dois continuer. C'est vrai que j'ai disputé face à Nishioka l'un de mes meilleurs matches au service durant ma carrière. Je le dois à Goran Ivanisevic qui me pousse à être encore plus performant sur cet aspect du jeu. Quand ma première balle est aussi performante, cela m'offre beaucoup de points gratuits et m'aident ensuite à placer des coups gagnants en un seul coup de raquette. »

Djokovic se méfie évidemment de Schwartzman, "l'un des joueurs les plus rapides du circuit. J'espère que je vais aussi bien servir, ce qui augmentera mes chances de victoires. Je vais devoir être patient et agressif." L'Argentin lui savoure son parcours qu'il juge pas forcément cohérent avec son niveau de jeu : "J'ai été chanceux de ne pas perdre un set encore. Je n'ai pas très bien joué à certains moments notamment dans les tie-breaks. Mais je suis heureux du déroulement des matches et d'arriver en deuxième semaine ici. J'ai réussi à être plutôt solide sur mes premiers matches, à bien servir et saisir toutes les opportunités. Je vais devoir faire pareil mais en mieux pour espérer battre Novak."

Attention Roger ! Le Hongrois Marton Fucsovics est en pleine bourre depuis le début du tournoi et a déjà accrocher de sérieux clients à son tableau : Shapovalov au 1er tour et Sinner au 2e ! C’est costaud. S’il n’y a pas à s’inquiéter du mental du Suisse, les 5 sets passés sur le court pour s’en sortir un peu miraculeusement face à Millman laissent à penser que Roger Federer devra rapidement prendre le jeu à son compte s’il ne veut pas avoir de mauvaise surprise face à celui qui est actuellement la révélation du tournoi. La cote de 1.15 de Federer semble très basse par rapport à ce qu’a démontré Fucsovics. Méfiance donc ! Ça sent le match piège : "Il m'a toujours offert une opposition compliquée lorsque je l'ai affronté. Ca a toujours été des bons matches. Je vais devoir rester très concentré sur mon jeu et être très solide."

C'est la 18ème fois en 19 participations que le Suisse arrive en huitièmes de finale ici à Melbourne dont 14 demi-finales ! Epoustouflant de régularité. Mais Roger Federer sait qu'il est miraculé d'avoir battu Millman alors qu'il était mené 8-4 dans le super tiebreak : "C'était dingue, amusant. Je ne peux pas être plus heureux. C'est un immense soulagement."

L'avis de Florent Serra : "Déjà, je ne serai pas surpris que Fucsovics parvienne à prendre un set au Suisse qui pourrait souffrir physiquement face à la puissance, la vélocité et la qualité du jeu du Hongrois sur ce tournoi. Certes, Fucsovics est mené dans les confrontations mais 4 des 5 sets ont été très disputés. On pourrait avoir un tie-break. En revanche, face aux tous meilleurs, il a tendance à se crisper. Il ne va pas aborder le match contre Federer comme il l'a fait face à Shapovalov, sa première en carrière face à un top 20. Il savait que le Canadien pouvait lui donner des points gratuits en faisant des fautes. Cette fois, il aura en face un joueur très régulier, très appliqué, un métronome tactique et technique. La tâche s'annonce je trouve assez ardue pour Fucsovics. Je vais faire une comparaison avec mon expérience. J'ai battu des top 10 dans ma carrière et mon approche était différente contre Robredo, Ferrero ou Davydenko où je me disais que je pouvais gagner ; alors que lorsque j'ai joué Rafa ou Roger, je les regardais jouer. J'ai peur que le Hongrois, même s'il sert très bien cette semaine, ne soit pas capable de dépasser le statut et le palmarès de son adversaire. Dans les moments-clés du match, je vois bien Fucsovics se crisper et être moins performant, exactement comme Millman qui menait 8-4 dans le super tiebreak. Même si Federer ne sera pas à 100%, je le vois encore au-dessus par rapport à Fucsovics. Le Suisse aurait pu être en grande difficulté face à un joueur du top 20 en revanche."

Résultat de recherche d'images pour "sandgren fognini""

La dernière fois que l'Italien Fabio Fognini était face à Tennys Sandgren, il souhaitait qu'une bombe vienne exploser sur le court N°14 de Wimbledon, un terrain de mauvaise qualité dans un coin reclus du complexe londonien avec beaucoup de bruit. Cette fois, l'Italien aborde ce match dans un contexte plus apaisé. Peu connu du grand public, l'Américain se transcende en Grand Chelem. En effet il atteint la deuxième semaine d’un Grand Chelem pour la troisième fois en 3 saisons après l’Open d’Australie en 2018 où il avait été stoppé en quart par le coréen Chung et Wimbledon 2019 où il s’était incliné en huitièmes contre son compatriote Querrey. Il est en grande forme depuis le début de la quinzaine et n’aura rien à perdre contre l’Italien. Il sert d’une manière intelligente privilégiant la régularité à la puissance. Il a engrangé de la confiance grâce à ses victoires.

Après un premier tour facile contre Trungelliti, il a bataillé en 5 sets pour se débarrasser d’un autre italien Berrettini. Au 3ème tour il s’est vengé face à Querrey qui l’avait éliminé au même stade l’an dernier à Wimbledon. Ceux qui est frappant de la part de Sandgren c’est sa gestion des points importants, très réaliste sur les balles de breaks qu'il a converti à 44% contre seulement 14% pour ses adversaires depuis le début du tournoi. Le fantasque italien de 32 ans va entrer dans le top 10 à la fin du tournoi quoi qu'il arrive. Il a vécu des rencontres chaotiques sur ses deux premiers tours, notamment mené 2 sets 0 contre le géant américain Opelka contre qui il a su trouvé les ressources mentales nécessaires pour s’imposer au super tie-break du cinquième set. Lors de son deuxième tour face à l’Autralien Thompson soutenu par son public, il a failli subir une remontada dans l'autre sens. Menant 2 sets à 0, il se retrouve une nouvelle fois au super tie-break qu’il gère de main de maître avec un public hostile. Il adore jouer dans ces ambiances, il arrive à se transcender et même à chambrer le public australien en fin de match. Face à Pella il a été plus sérieux, solide en retour et très réaliste sur les balles de break, il s’est facilité le match. Fognini dispose d’une occasion unique pour rallier les quarts de finale et peut-être affronter le Suisse Federer, comme il a déclaré en conférence de presse après sa victoire contre Pella ; il est conscient de cette opportunité : « Évidemment, je pense que j’ai une bonne opportunité. Aujourd’hui, je me suis très bien retrouvé, j’ai confortablement gagné un joueur compliqué comme Pella et j’ai beaucoup de confiance. Le match face Tennys va être difficile, son classement ne représente pas le potentiel qu’il a, mais je suis très content de mon jeu et je fais confiance en mes possibilités."

Ce sera la quatrième rencontre entre les deux joueurs, l’Italien s’étant imposé lors de leurs deux rencontres sur terre-battue. Sandgren avait pour sa part éliminé Fognini en 16èmes de finale du dernier tournoi de Wimbledon. Si l’Italien ne retombe pas dans ses travers et qu’il reste concentré tout le long du match il devrait s’imposer. Fognini a un talent exceptionnel, soit décrié soit apprécié, quoi que l’on en dise, il réveille un peu les fans dans un tennis de plus en plus aseptisé.

C'est une belle opposition de style en tout cas entre le jeu de fond de court de l'Italien, très créatif avec une grosse prise de risque et énormément de variations dans ses frappes face au jeu de contre efficace de l'Américain, très habile sur la ligne pour tout renvoyer sans jamais être débordé ni faire de fautes. L'Américain va-t-il signer une seconde victoire face à un top italien cette semaine ? En cas de victoire, il ferait un bon au classement de presque 50 places : "Je me prépare toute la saison pour bien figurer dans ces grands tournois. Je gère mes programmations et mes entraînements pour être à mon pic de forme en Grand Chelem. Je trouve que je m'améliore en vieillissant. Peut-être que je deviens plus sage aussi."