Quel bonheur ! Après le soleil australien, Montpellier et ses plages de sable fin ! Le circuit professionnel du tennis aime décidément gâter ses joueurs et leurs suiveurs. Seul bémol : nous sommes en février ! Alors même si les températures du début de semaine s’annoncent printanières, c’est bien sous un toit que la métropole héraultaise propose son tournoi. Depuis 2010, l’Arena (ou Sud de France Arena) – située précisément au cœur du Parc des Expositions dans la commune de Pérols – accueille l’Open Sud de France, une épreuve estampillée ATP 250, qui se déroule cette année la même semaine que deux autres compétitions de la même catégorie, à Pune et à Cordoba. Mais comme le tournoi indien et le tournoi argentin se disputent en extérieur – respectivement sur dur et sur terre battue –, c’est bien à Montpellier que s’ouvre la saison « indoor ». Une courte période qui emmènera ensuite les tennismen à Rotterdam, New York ou encore Marseille, avant les deux premiers Masters 1000 de l’année qui eux se jouent en « outdoor », à Indian Wells puis à Miami.

Cocorico !

Dans le calendrier ATP, le tournoi de Montpellier a remplacé en 2010 une autre épreuve hexagonale, le Grand Prix de tennis de Lyon, qui s’est déroulé de 1987 à 2009. La première édition de l’Open Sud de France a eu lieu au mois d’octobre, avant d’être déplacé au mois de février à partir de 2012 – il n’y a pas eu de compétition en 2011. Historiquement, le tournoi est la vitrine idéale du tennis français. Tous les meilleurs joueurs tricolores s’y donnent rendez-vous pour un bilan quasi parfait : 7 vainqueurs en 9 éditions. Prophète en son pays, Richard Gasquet, originaire de Sérignan (à moins de 80 kilomètres de Montpellier), est le détenteur du record de titres (3). Il devance Gaël Monfils (2), Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille (1). Les deux joueurs étrangers qui ont réussi à s’immiscer dans ce palmarès franco-français se nomment Tomas Berdych et Alexander Zverev, victorieux en 2012 et en 2017… contre Gaël Monfils et Richard Gasquet. Pour s’imposer, il vaut donc mieux être français, ou être invité, puisque les trois derniers vainqueurs ont tous bénéficié d’une « wild card », Zverev en 2017, Pouille en 2018 et Tsonga en 2019. Une seule grosse surprise à enregistrer lors des 9 éditions de l’épreuve montpelliéraine, Dustin Brown, qui a réussi à se glisser jusqu’au dernier carré après s’être extirpé des qualifications.

Le plateau

Le tableau du simple est un format réduit. Il compte 28 joueurs, pour 21 entrées directes, 3 invitations et 4 joueurs issus des qualifications. Les 4 premières têtes de série sont exemptées de premier tour, ce qui signifie que 4 victoires seulement leur assurent de soulever le trophée.

Comme chaque année, l’organisation peine à attirer les tous meilleurs joueurs du monde. La faute à la catégorie du tournoi (ATP 250) et à sa position dans le calendrier, juste après le premier Majeur de l’année, qui ont provoqué les forfaits de Stan Wawrinka, Fabio Fognini et Andrey Rublev, tous les trois fatigués de leur périple à Melbourne. A ces difficultés structurelles s’ajoutent les impondérables conjoncturels avec le retrait des deux derniers lauréats, Lucas Pouille et Jo-Wilfried Tsonga, respectivement touchés au coude et au dos. Autre absent de marque, Andy Murray, annoncé comme tête d’affiche dès le mois de décembre, mais qui s’est finalement retiré il y a deux semaines à cause d’une douleur à l’aine.  

Malgré ces quelques absences à déplorer, Sébastien Grosjean, le directeur du tournoi, peut s’enorgueillir de pouvoir présenter un plateau garni par deux membres du TOP 10, le Français Gaël Monfils et le Belge David Goffin, un représentant du TOP 20, le Canadien Denis Shapovalov, et un ancien vainqueur du Masters, le Bulgare Grigor Dimitrov. Sans oublier quelques joueurs capables de faire saliver, selon les goûts, les fans de tennis : la pépite Felix Auger-Aliassime, le solide Pablo Carreno-Busta, le talentueux Daniel Evans, l’élégant Feliciano Lopez ou encore le prodige Jannik Sinner.

Côté Français, 7 joueurs viennent tenter leur chance. Ugo Humbert, Richard Gasquet, Gilles Simon, Adrian Mannarino, Pierre-Hugues Herbert et Grégoire Barrère complètent la liste aux côtés de Gaël Monfils. Un arsenal qui pourrait gonfler à l’issue des qualifications (Nicolas Mahut, Enzo Couacaud et Elliot Benchetrit ont passé le 1er tour et joueront au 2ème tour leur place dans le tableau principal).

1er quart du tableau

Dans le premier quart du tableau, l’homme à battre sera Gaël Monfils. Le 9ème joueur mondial a ses repères à l’Arena de Montpellier puisqu’il s’est imposé à deux reprises, en 2010 et en 2014. Une interrogation pèse néanmoins sur le degré d’investissement que pourra mettre le joueur francilien dans ce tournoi. Invité de dernière minute, il va devoir gérer à la fois la déception de la claque subie à Melbourne en 8ème de finale face à Dominic Thiem et le décalage entre l’effervescence d’un Majeur et la quiétude d’un ATP 250.

Déchargé du 1er tour, Monfils attaquera fort d’entrée, soit face à son compatriote Adrian Mannarino, qui présente un bilan équilibré dans leur face-à-face (2/2), soit contre l’Australien Alexei Popyrin, 20 ans seulement mais une puissance qui peut faire des dégâts. En quart de finale, la logique voudrait qu’il retrouve l’Espagnol Pablo Carreno-Busta, 29ème mondial et tête de série N°5 du tournoi.

2ème quart du tableau

Un autre invité domine le deuxième quart du tableau. En tout cas sur le papier. Son nom : Grigor Dimitrov, 23ème mondial et tête de série N°4. Son talent n’est plus à prouver, tout comme son inconstance. L’inconnu se résume en une phrase : verra t-on sur le court Patrice Dominguez, le Dimitrov Docteur Jekyll, demi-finaliste lors du dernier US Open, ou le Dimitrov Mister Hyde, éliminé dès le 2ème tour à Melbourne par le modeste Américain Tommy Paul ?

Pour barrer les plans du Bulgare, 4 joueurs sortent du lot. La tête de série N°7 Filip Krajinovic, qui a atteint deux finales sur dur indoor, à Stockholm et surtout au Masters 1000 de Paris. Le Portugais Joao Sousa, redescendu à la 69ème place mondiale, mais qui a remporté 2 titres en indoor mais sur des surfaces un peu plus lentes que celle de Montpellier. Le Français Grégoire Barrère, qui a gagné presque 100 places au classement depuis un an et montré qu’il était capable de bousculer des joueurs confirmés. Enfin, l’Italien de 18 ans Jannik Sinner, incontestablement l’une des attractions du tournoi, après son titre remporté au Masters Next Gen et quelques coups d’éclat à Anvers (des victoires contre Gaël Monfils et Frances Tiafoe) en fin de saison dernière.    

3ème quart du tableau

Le troisième quart du tableau est sans doute le plus embouteillé. La tête de série N°3, Denis Shapovalov, en est le favori, après une belle phase à cheval sur l’année 2019 et le début de saison 2020, son premier titre à Stockholm, une finale au Masters 1000 de Paris, une autre finale en Coupe Davis et un quart lors de l’ATP Cup. Durant cette période, le Canadien de 20 ans a dominé Alexander Zverev à deux reprises, Stefanos Tsitsipas, Fabio Fognini, Gaël Monfils, Matteo Berrettini et Karen Khachanov, soit 3 membres du TOP 10 et 3 joueurs du TOP 20 !

Méfiance tout de même, car Shapovalov a raté son Open d’Australie – il a été éliminé d’entrée par Marton Fuscovics – et l’autre tête de série (N°8) de cette partie de tableau, Ugo Humbert, vient tout juste de battre le 16ème joueur mondial à Auckland, avant de glaner dans la foulée, lui aussi, son premier trophée sur le circuit principal. A présent 43ème à l’ATP, son meilleur classement, le Lorrain de 21 ans peut légitimement afficher des ambitions élevées dans cette catégorie de tournoi. Mais il faudra pour cela se débarrasser au 1er tour du vétéran (38 ans) mais néanmoins fringuant Feliciano Lopez, puis au 2ème tour d’un compatriote, Richard Gasquet, de retour à la compétition après une blessure au genou mais triple vainqueur à la maison, ou Gilles Simon, un adversaire toujours difficile à manœuvrer.

Un dernier homme pourrait aussi s’illustrer, Aljaz Bedene. Auteur d’une très jolie fin de saison 2019 (finale à Metz et quart à Vienne) grâce notamment à des progrès considérables au service, le Slovène est le poil à gratter de ce quart de tableau.     

4ème quart du tableau

C’est dans le quatrième quart du tableau qu’on trouve peut-être le joueur le plus sûr du plateau. Il s’agit de David Goffin, 10ème mondial et tête de série N°2. Titré à 4 reprises sur le circuit, finaliste de l'ATP Finals 2017 et du Masters 1000 de Cincinnati l’année dernière, le Belge est un solide prétendant. Et ce n’est ni son élimination dès le 3ème tour à Melbourne contre un excellent Andrey Rublev, ni Alexander Bublik ou Henri Laaksonen, ses potentiels adversaires pour son entrée en lice à Montpellier, qui devraient le perturber.

Le client le plus coriace à qui il va devoir faire face se trouve à l’autre bout de ce quart de tableau. Il n’a que 19 ans et est déjà bien installé parmi les 25 meilleurs joueurs mondiaux. Felix Auger-Aliassime, puisque c’est de lui qu’il est question, possède la maturité et la puissance pour bousculer la hiérarchie dans cette épreuve. La tête de série N°5 devra néanmoins se montrer bien plus régulier et inspiré qu’à l’Open d’Australie, où il a été sorti d’entrée par Ernests Gulbis. Le jeune canadien a d’ailleurs tout intérêt à faire le plein de points, car il aura bientôt à défendre son bel hiver dernier (finale à l’ATP 500 de Rio et demi-finale au Masters 1000 de Miami).

Quelques statistiques à retenir

Depuis 2012, il y a eu 30,8% d'outsiders (66 sur 214 matches) sur ce tournoi avec un pic en 2016 (40,8%).

Les têtes de série y brillent puisque tous les vainqueurs faisaient partie des 5 meilleures têtes de série du tournoi.

Les qualifiés (ou lucky losers) y ont des résultats particulièrement positifs avec 1 demi-finale et 5 quarts de finale depuis 2012. Mais néanmoins, leur bilan au premier tour est globalement assez mauvais avec seulement 31,5% de victoires (12 victoires pour 26 défaites).