Quatre matches sont au programme ce lundi en ouverture du tournoi ATP500 de Rotterdam.

L'affiche du jour va opposer Shapovalov (20 ans et 16ème à l’ATP) à Dimitrov ( 28 ans et 23ème à l’ATP). Il y avait beaucoup d’attentes autour de ces 2 joueurs qui avaient plutôt réalisé une bonne fin de saison 2019 mais qui n’ont pas vraiment confirmé en 2020.  

Dimitrov reste un joueur très irrégulier. Nommé « baby Federer » au début de sa carrière, le joueur a un talent exceptionnel avec un revers à une main qui demeure l’un des meilleurs du circuit et qui lui permet de trouver des angles incroyables. Son service puissant lui permet de gagner des points gratuits. Cependant, son manque de confiance peut lui jouer des tours. A Montpellier, Dimitrov avait du mal à être constant dans le jeu face au Français Barrère. Était-il vraiment motivé sur un tournoi ATP 250 ? Il a été très présent à l’extérieur du court, n’hésitant pas à participer aux animations proposées par le tournoi. Le Bulgare semblait avoir retrouvé un bon niveau à la fin 2019. Il atteint les demi-finales à l’US Open et à Bercy en 2019. L’espoir a été de courte durée car ses résultats sont décevants en 2020 : 2ème tour à l’Open d’Australie (battu par Tommy Paul, 22 ans et 70ème à l’ATP) et 1er tour à Montpellier (battu par Grégoire Barrère, 25 ans, 91ème à l’ATP). Il doit se ressaisir pour éviter que la confiance ne s’échappe complètement.

Face à un lui, un autre revers à une main parfaitement lifté mais le coup droit du canadien lui permet aussi d’obtenir des points gagnants. En outre, il possède une bonne volée (bon joueur de double, il a atteint la finale de la Coupe Davis avec le Canada associé à Pospisil). Présenté comme l’un des grands espoirs du circuit, le début de saison de Shapovalov reste vraiment très décevant avec notamment une défaite au premier tour à l’Open d’Australie (défaite face à Fucsovics, 28 ans et 53ème à l’ATP) et une défaite au premier tour à Montpellier face à son compatriote Pospisil. Mais le Canadien est aussi très inconstant et commet à nouveau beaucoup trop de fautes depuis trois matches. Son association avec Youzhny lui avait pourtant permis en octobre de remporter son premier titre sur le circuit à Stockholm en indoor.

Grigor Dimitrov aime bien aborder un match avec un statut d'outsider lorsque son adversaire ne lui ait pas forcément supérieur sur le papier. Il a déjà atteint la finale à Rotterdam en 2018, il pourrait donc retrouver quelques bonnes sensations et créer la surprise. Le match pourrait être serré si les deux joueurs jouent leur meilleur tennis. A l'inverse, un score sec et rapide n'est pas à exclure si l'un des deux connaît un jour sans comme cela leur arrive (trop) souvent.

L'avis de la rédaction : victoire de Dimitrov

Le Francais Mannarino (32 ans / 45ème à l’ATP) rencontre l’Espagnol Carreno Busta (28 ans / 29ème à l’ATP) sur ce premier tour du tournoi de Rotterdam. Après un début de saison compliqué, Mannarino a retrouvé un peu de confiance en gagnant son premier match de la saison à Montpellier (tournoi ATP 250) face à Popyrin (87ème à l’ATP à 20 ans) en 3 sets non sans avoir collé 2 fois 6/0 à son adversaire. Il prend aussi un set à Monfils (33 ans, 9ème à l’ATP), le futur lauréat du tournoi qui n'aura perdu d'ailleurs qu'un seul set durant l'Open Sud. Avec sa patte gauche, il est un joueur difficile à manœuvrer lorsqu’il est en confiance. Il est capable de tisser une véritable toile d’araignée autour de son adversaire en ne donnant aucun rythme à la balle, avec peu de rebond et faire déjouer son adversaire. De son côté, Carreno n’est pas nécessairement très en forme en ce début de saison. Il a enregistré 3 victoires pour 3 défaites dont deux face à Harris (22 ans – 72ème à l’ATP) à Adelaide et Gombos (29 ans – 104ème à l’ATP) à Montpellier. Plutôt joueur de terre battue au début de sa carrière, l’Espagnol a su étoffer son jeu pour devenir un bon joueur sur dur. C’est sur cette surface qu’il gagne son premier tournoi à Winston Salem. Cependant, il a du mal en indoor (19 matchs gagnés pour 22 défaites en carrière sur le circuit ATP) même s’il a déjà gagné un tournoi en indoor (Moscou en 2016). Après une bonne progression jusqu’en 2017, où il atteint la 10ème place mondiale, il a un peu régressé même s’il reste dans le top 30 (29ème à l’ATP en 2020). C’est un joueur qui joue en cadence avec son coup droit, très à l’aise en revers. Il devra se méfier des balles sans consistance du Français. Ils se sont rencontrés déjà une fois sur terre battue à Barcelone et Carreno avait dû attendre le tie-break du 3ème set pour forcer la décision... Ce type de match au premier tour peut-être un match piège pour Carreno, donné très légèrement favori par les bookmakers. Sur un tournoi ATP 500, l’expérience de Carreno Busta devrait lui permettre de s’en sortir même si cela reste un match complexe face à un joueur qui ne donne aucun rythme à la balle. Ce matche devrait être serré.

L'avis de la rédaction : over 21,5 jeux dans le match

La première partie de journée à Rotterdam se poursuivra à nouveau par la présence d’un Espagnol sur les courts. Cette fois-ci, ce sera Roberto Bautista Agut (12ème Mondial) qui sera opposé au qualifié Hongrois Marton Fucsovics (53ème Mondial). Sur le papier, ce match paraît absolument déséquilibré, et Bautista Agut en est presque déjà désigné vainqueur. Pour cause, son bon début d’année 2020 et son classement. Depuis le 1er Janvier, RBA a remporté 8 de ses 9 matchs joués. Néanmoins, au vu des nombreuses récentes très belles performances de Fucsovics, le Hongrois peut se permettre d’avoir un match accroché avec son adversaire. Il a notamment atteint les 1/8èmes de finale de l’Open d’Australie après avoir battu Shapovalov, Sinner, et Tommy Paul. Pour couronner le tout, il est parvenu à gagner un set face à la légende et futur demi-finaliste du tournoi, Roger Federer. Ce match pourrait tout de même tourner à l’avantage de Bautista Agut, qui apparaît comme bien plus expérimenté et régulier.

Néanmoins, la dernière finale de Bautista en indoor remonte à 2016. Avec un bilan de 59% de victoires en carrière, sa cote de 1,50 qui peut paraître haute pour certains nous semble justifiée. De son côté, Fucsovics est à 61% de victoires dont 10 succès sur ses 15 derniers matches en indoor avec notamment une finale à Sofia. Le Hongrois a néanmoins un blocage psychologique face aux meilleurs joueurs du monde avec seulement 6 victoires pour 24 défaites face au top 20 mondial. A voir si l'Open d'Australie a servi de déclic. En tout cas, en qualifications, il a été expéditif face à Popyrin (6-2/6-1).

L'avis de la rédaction : over 21,5 jeux dans le match

Pour finir, la dernière rotation de la journée verra s’opposer le Britannique Daniel Evans et le vétéran Allemand Philipp Kohlschreiber (36 ans). Ceux-ci se sont déjà affrontés à deux reprises en 2014 et 2019. Résultat ? 1-1, balle au centre ! La dernière rencontre en date ayant été remporté par Kohlschreiber, 7-6/1-6/6-1. En ce début d’année 2020, Evans est particulièrement en forme, puisqu’il reste sur 6 victoires en 9 matchs. Parmi celles-ci, on retrouve les deux exploits réalisés lors de l’ATP Cup face à Goffin et De Minaur. Néanmoins, lors de l’Open d’Australie, il s'est incliné au 2ème tour contre Nishioka. La saison de Kohlschreiber est tout autre, car les objectifs ne sont pas les mêmes. En effet, l’Allemand, qui est sur la pente descendante de sa carrière a souhaité faire un petit passage en challenger plutôt qu'à Doha. Ce fût un franc succès avec ce titre remporté à Camberra. Néanmoins, il a dû déclarer forfait en raison d'une tension musculaire avant son 2ème tour à Melbourne face à Tsitsipas alors qu'il avait expédié Marcos Giron au 1er tour. Il est réapparu en pleine forme à Rotterdam, avec deux belles victoires en qualifications. C'est un match très agréable sur le papier. Les deux joueurs sont dotés d'une technique de très haut niveau et peuvent être parfois assez élégants.

Si Dan Evans a brillé en indoor sur le circuit challenger (2 titres et 2 finales), il n'a pas joué sur le circuit principal entre 2014 et 2019. Petite statistique qui sera très intéressant si elle se vérifiait : Evans a perdu 20 matches sur 25 sur le circuit (ATP et Challenger) face aux revers à une main... Sur dur, il n'a plus gagné depuis janvier 2017 ! Alors, va-t-il réussir à contredire cette tendance ?

L'avis de la rédaction : Kohlschreiber remporte au moins un set dans le match