Suite et fin du premier tour ce mercredi à Rotterdam ainsi que les premières affiches du 2ème tour au programme.

Impossible de manquer ce duel entre le 5ème mondial et le finaliste de l'Open Sud ! C’est une rencontre qui pourrait être plus disputée que les cotes ne le laissent présager (tendance 85/15 en faveur de Daniil Medvedev). Pourtant, depuis son élimination prématurée au 1er tour de l’Open d’Australie face au bombardier Karlovic, Vasek Pospilsil a engrangé une grosse dose de confiance avec son superbe parcours lors du tournoi de Montpellier. Le Canadien a en effet atteint la finale, battu par Gael Monfils mais après avoir sorti successivement Bedene, Shapovalov, Gasquet et Goffin ! Une toute grosse perf’ pour un joueur classé au-delà de la 100e place mondiale. En face de lui, Medvedev n’a plus foulé un court depuis sa défaite en 5 sets en 1/8 de finale de l’Open d’Australie face à Stan Wawrinka. Il arrivera certes, avec un statut de favori, mais de là à prévoir une victore écrasante du Russe, il y a un pas difficile à franchir.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "C'est un premier tour difficile pour Medvedev pour son retour à la compétition après l'Open d'Australie. Il affronte un joueur qui est en grande forme depuis plusieurs mois et en plus, très à l'aise en indoor. Depuis dimanche, le Canadien a eu le temps de récupérer. Le match aurait eu lieu ce mardi, la situation aurait été différente. Mais Medvedev n'est évidemment pas un premier tour facile non plus pour Pospisil. Au-delà de son classement (5ème mondial), c'est un joueur très difficile à jouer dans son style de jeu. Pospisil devait passer par les qualifications à Rotterdam mais il a bénéficié d'un statut spécial exempt en raison de sa finale à Montpellier. Tous les voyants sont au vert pour Pospisil. Alors je veux bien que Medvedev soit favori de ce match mais l'écart de cote est énorme à mes yeux. Ce qui serait drôle d'ailleurs, ca serait de demander à Medvedev quelle cote il se serait mis face à Pospisil. On peut être quasiment sûr qu'il se méfie de son adversaire beaucoup plus que les bookmakers. Alors, évidemment un top 5 face à un joueur du top 100, on est d'accord sur les cotes mais le problème c'est que Pospisil a un niveau de jeu bien meilleur qu'un top 100. Il n'est à ce classement qu'en raison d'une blessure. Si jamais le Russe est un peu en dedans, il ne va pas se marrer sur ce match."

David Goffin est toujours un joueur difficile à battre. Il donne peu de points et reste un excellent joueur en indoor (vainqueur à Metz en 2014 et finaliste du Masters ainsi qu'à Bâle, Sofia et Rotterdam en 2017). C’est un joueur qui, même avec un niveau moyen, arrive à remporter des matchs. Cela s’est vu parfaitement à Montpellier où même en difficulté face à Bublik (22 ans et 56ème à l’ATP) et Pierre Hugues Herbert (28 ans et 78ème à l’ATP), il est parvenu à s’en sortir à l’arrachée. C’est Pospisil (29 ans et 104ème à l’ATP) qui aura eu sa peau en demi-finale en le battant en 3 sets. L’année dernière, il s’était fait sortir au premier tour ici à Rotterdam par un Gael Monfils en pleine forme et futur vainqueur du tournoi. Cette fois, le Belge rencontre le Néerlandais Haase, un joueur en toute petite forme. Lui a qui a été 33ème à l’ATP navigue désormais dans les eaux troubles du classement, au-delà de la 160ème place mondiale. Ancien habitué aux tournois ATP, il est désormais relégué aux tournois challengers. Il doit sa place à une wild card des organisateurs car son classement ne lui permettait pas de rentrer directement dans le tableau de ce tournoi ATP 500. En ce début d’année 2020, Haase a disputé une finale à Bangkok, perdue sur abandon, puis fut éliminé en qualifications à Pune par Milojevic (24 ans et 137ème à l’ATP). Doté d’un bon service, c’est surtout le coup droit qui est son point faible. Il rencontre en quelque sorte sa bête noire sur le circuit car en 7 confrontations, il n’a battu qu’une fois Goffin. La seule défaite du Belge remonte à Gstaad en 2017 sur terre battue. C'est leur 2ème duel à Rotterdam. En 2017, en 1/8e de finale, Goffin s'était imposé 5-7, 6-4, 6-4. Ce peut être un match accroché si Goffin connait des sauts de concentration comme à Montpellier. Par ailleurs, Haase pourrait puiser un peu d'énergie auprès du public mais le Belge, par ce qu’il a montré depuis le début de la saison, semble être au-dessus de son adversaire.

L'avis de la rédaction : victoire de Goffin

Pour ce dernier match de ce premier tour, si vous cherchez deux joueurs clairement dans le creux de la vague et en recherche urgente de confiance, ne bougez plus, ils sont là ! Radu Albot et Jannik Sinner, pourtant brillants quand ils sont en forme, ne sont plus que l’ombre d’eux même actuellement. Pour diverses raisons. L’Italien, vainqueur du Masters Nextgen en fin de saison passée avait clôturé 2019 avec un bilan ronflant de 9 victoires pour 1 seule défaite (face à Ugo Humbert) et arrivait sur cette nouvelle saison avec le statut de futur crack…1 mois plus tard, son bilan est d’une seule victoire pour déjà 4 défaites…L’Italien semble avoir du mal à supporter la pression de son exceptionnelle fin de saison passée. Mais le talent est intact. Un peu comme avec Auger-Aliassime, il faut apprendre digérer ce nouveau statut et les sirènes médiatiques.

En face de lui, le constat est un peu différent pour Albot qui n’a plus remporté le moindre match depuis le 29 octobre 2019. Blessé à l'intersaison, le Moldave a néanmoins souhaité participé à l'ATP Cup. Un fiasco total avec 4 défaites en 4 matches et un forfait pour l'Open d'Australie. Il aborde donc ce tournoi de Rotterdam en manque de rythme.

L'avis de Florent Serra : "Je vais sûrement pas miser un euro sur Sinner à une cote aussi basse. Albot est un petit gabarit qui se déplace bien et qui contre bien. Certes il ne sert pas super et l'indoor n'est pas sa meilleure surface parce que face à un adversaire qui arrive à lui prendre du temps, il est plus en difficulté. En face, Sinner joue à plat, essaye de prendre tôt la balle donc pour moi Sinner va gagner mais par rapport à ce qu'il a montré en ce début de saison, si jamais le Moldave a récupéré physiquement de sa blessure, il peut lui poser des problèmes. Albot va manquer de rythme et pour battre Sinner, je pense qu'il faut être bien affuté quand même. Sinner prend beaucoup de risques notamment en retour et l'Italien aura largement le jeu pour s'imposer. Seulement, ses résultats récents ne justifient pas une telle cote en faveur de Sinner. On peut très bien assister à un début de match où Albot, bien en jambes, surprend l'Italien et le force à faire des fautes. Et alors, tout sera remis à plat. Maintenant, c'est difficile de partir sur Albot sans savoir s'il est à 100%. Un match à éviter pour moi pour ceux qui avaient envie de parier dessus. Dans le jeu, Albot est très pénible à manoeuvrer et l'Italien n'est pas en confiance et commet beaucoup de fautes donc c'est pas l'adversaire idéal pour ce premier tour."

Les deux Espagnols s’affrontent pour la 6e fois en carrière et force est de constater que leurs confrontations sont toujours disputées. Une seule stat suffit parfois : en 5 matches, aucun des deux joueurs n’est parvenu à s’imposer sans concéder un ou deux sets. Carreno-Busta mène même 3 victoires à deux, mais leur dernière confrontation remonte déjà à 2017… et depuis 3 ans, s’il y a un joueur qui n’a fait que progresser pour atteindre peut-être aujourd’hui son meilleur niveau en carrière, c’est Roberto Bautista-Agut. 10e mondial, il sera dur à déloger comme le prouve son excellent début de saison néanmoins assombri par sa défaite précoce (mais en 5 sets) à l’Open d’Australie face au revenant Marin Cilic. Bautista-Agut est d’une force mentale impressionnante, ce qui à l’inverse constitue le gros point faible de Carreno-Busta. Le statut de favori de Bautista semble incontestable mais pour autant, sa cote semble assez basse par à l'historique entre les deux joueurs. C'est sûrement l'état de forme récent des deux joueurs qui peut expliquer cet écart.

L'avis de Florent Serra : "C'est un match qui peut durer longtemps. D'un côté, Carreno ne fait pas beaucoup de fautes, joue bien en cadence, très solide côté revers et aussi capable de faire tourner un peu plus la balle en coup droit. En face, Bautista est un excellent contreur. Il a un revers similaire à Carreno avec une prise à plat très tôt et beaucoup de changement de rythme notamment long de ligne. Bautista est un peu plus constant et mérite son statut de favori mais il est moins puissant qu Carreno et peut subir un peu plus à l'échange. Carreno est un peu au dessus à la volée. Je m'attends vraiment à un match serré, pourquoi pas en 3 sets. Bautista a les armes pour contrer la puissance de Carreno et n'a pas le service ni un coup fort pour déborder son compatriote d'un coup de raquette. Inversement, Bautista manque lui aussi de puissance pour déborder Carreno. Je m'attends donc à un match long... Instinctivement, je verrai Bautista s'imposer mais dans un match avec au moins 22 jeux."

Dimitrov (28 ans, 22ème à l’ATP) est apparu en bien meilleure forme au premier tour face à Shapovalov que face à Barrère à Montpellier. Concentré, appliqué, il a sorti le canadien en 2 sets. Cela confirme les propos tenus par notre consultant Rodolphe Gilbert à propos du Bulgare comme quoi il préférait l'odeur des grands tournois que les ATP250...

Il va rencontrer le Canadien Auger Aliassime (19 ans et 21ème à l’ATP). Présenté comme un grand espoir du tennis mondial, FAA avait pris la décision de jouer sur saison sur terre battue à cette période de la saison l’année dernière. Cela lui avait réussi puisqu’il avait fait finale à Rio de Janeiro et quart de finale à Sao Paulo. Cette année, il s’est décidé à disputer la tournée indoor en Europe afin de progresser sur une surface où il a très peu joué en carrière. C’est une demi-surprise car le canadien apparaît avec de meilleurs statistiques sur terre battue (69,85% de matchs gagnés dans sa carrière sur terre battue contre 58,82 % en indoor).

Auger Aliassime a des difficultés à sortir l’Allemand Struff au premier tour. Le Canadien ne réalise pas un début de saison vraiment exceptionnel avec 5 victoires pour 6 défaites. Mais le classement des victimes ne joue pas en sa faveur : Dzumhur (97), Bolt (157), Duckworth (96) et Pervolarakis (487). De son côté, Dimitrov, ex finaliste ici en 2018, est donné favori même s'il n'a pas forcément été plus brillant.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "Ils avaient tous les deux besoin d'une victoire au premier tour parce qu'ils étaient en manque de confiance. Dimitrov a un peu sorti la tête de l'eau. J'ai trouvé le Bulgare plutôt bon mais encore fragile et fébrile dans les moments chauds même s'il a bien géré le tie-break du 2ème set. Auger a besoin de redorer son blason. Cela fait longtemps qu'il n'a plus fait un bon tournoi. C'est un match très ouvert mais si Auger joue moyen, il ne passera pas. Il y a un peu plus de stabilité dans le jeu de Dimitrov que dans celui de Felix qui prend par moment trop de risques et il se met en danger tout seul. D'une manière générale, le Canadien passe à côté de beaucoup de matches depuis plusieurs mois. Auger a peu battu de très bons joueurs et quand il a réussi à battre des joueurs moyens, cela a été rarement dans la facilité. Je suis totalement en phase avec le statut de favori de Dimitrov mais je trouve malgré tout la cote d'Auger vraiment sévère. Parce que s'il sert bien, qu'il prend des risques au service et à l'échange et que ça rentre dans le court, il est quand même largement capable de monter son niveau de jeu très haut et de battre Dimitrov, pas vraiment régulier dans ses performances lui non plus. Auger devra jouer un très bon tennis pour venir à bout de Dimitrov qui se sent bien ici à Rotterdam et j'ai le sentiment qu'avec son expérience, il part logiquement favori."

Belle affiche aujourd’hui à Rotterdam, le russe Khachanov défie le britannique Daniel Evans pour une place en 8ème de finale. Du haut de son mètre 98, Karen très à l’aise sur la surface tentera d’imposer sa puissance. Très en forme en ce début de saison et en confiance suite à ses victoires lors de l’Atp Cup, il voudra oublier son élimination cruelle lors de l’open d’Australie où mené deux sets zéro par Kyrgios il amorce une remontada pour mourir au super tie-break du cinquième set. Daniel Evans après un début de saison plus que correct avec des victoires lors de l’Atp Cup face à Albot, Bublik puis face aux top 20 Goffin et De Minaur a déçu lors du premier Grand Chelem de la saison. Il n’a offert aucune résistance au Japonais Nishioka lors du deuxième tour en Australie. Cette rencontre s’annonce disputée entre deux joueurs au style très différent : d’un côté le Russe doté d’un service et d’un coup droit surpuissants, de l’autre le britannique voudra tisser sa toile et engager de longs échanges. Pour cela il devra faire jouer le Russe et, varier le jeu en utilisant son slice en revers. Il dispose d’une belle main qui pourrait vraiment gêner Khachanov alors méfiance. Lors de ce match, les sets pourraient être serrés, dans ces conditions le over 23 jeux est judicieux.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "Daniel Evans m'a fait bonne impression face à Kohlschreiber. Un match très solide. C'est toujours agréable de voir jouer le Britannique parce que je le trouve complet et véloce même s'il manque d'un gros coup fort pour franchir un cap. Il a une très belle main avec notamment un très beau revers coupé. J'aime bien le voir jouer. Après, Khachanov est d'un tout autre calibre que l'Allemand. Mais Evans a quand de quoi embêter le Russe et le faire jouer parce qu'il change de rythme, il se déplace bien, il fait très peu de fautes. Le Russe est logiquement favori pour moi dans ces conditions de jeu en indoor bien que ses résultats soient plutôt décevants et irréguliers depuis plus d'un an. Mais même quand il joue mal, il s'accroche. Et il reste sur deux bons matches face à Kyrgios à Melbourne et Fognini au 1er tour. Je vois malgré tout un écart substantiel entre les deux joueurs du fait de la puissance du Russe qui a les armes pour faire mal au Britannique. Je trouve que la cote du Russe est plutôt belle. Je l'aurais mis un peu en dessous donc c'est intéressant je trouve de partir sur Khachanov sur cette rencontre même si évidemment, Evans a déjà prouvé par le passé qu'il était capable de résister à ce style de joueurs. Tout dépendra en fait de la qualité de service du Russe et de sa qualité de frappe en filière courte. Si Khachanov est en mode rouleau compresseur, Evans aura peu de chances de s'en sortir. Le Britannique utilise beaucoup de revers coupés pour neutraliser ses adversaires mais face à un joueur puissant comme Khachanov, ça risque d'être compliqué pour Evans."