Après un premier tour qui a servi de round d'observation pour les uns, de mise en route pour d'autres et d'écrémage dans le tableau (7 joueurs classés au-delà du top 100 ont été éliminés), voici le début du 2ème tour avec l'entrée en lice des têtes de série exemptées de premier tour.

C'est le cas notamment de Diego Schwartzman, 14ème mondial et battu ce dimanche à Cordoba pour la 2ème fois en finale d'un tournoi argentin en un an après celle de Buenos Aires la saison dernière. Si Schwartzman est à son top niveau, il devrait s’en sortir face à son compatriote argentin, Delbonis. Après 3 défaites consécutives, Schwartzman a réussi à remporter les 4 derniers duels. La grosse interrogation demeure l’état physique de Schwartzman qui a pris un 6/0 au 3ème set face à Garin en finale à Cardoba. Problème physique ? La question est en suspens. Delbonis enchaîne la compétition sur terre battue après une défaite à Cordoba face à Cuevas en 2 sets.  Au premier tour du tournoi de Buenos Aires, il a battu avec beaucoup de difficultés le Bolivien Hugo Dellien (26 ans, 77eme à l’ATP) en 3 sets.

Face au top 20 sur terre, le bilan de Delbonis est assez médiocre (6 victoires pour 16 défaites). Sur ses 9 participations dans la capitale argentine, Delbonis n'a passé le 2ème tour qu'à 3 reprises. En 19 matches, il n'a battu qu'un seul joueur du top 50 sur ce tournoi, Fabio Fognini en 2016 au 1er tour.

Schwartzman semble logiquement favori mais sa cote reste néanmoins trop basse pour prendre le moindre risque.

Borna Coric est opposé pour son entrée en lice dans le tournoi au Brésilien Thiago Monteiro. Le Croate classé actuellement 31ème mondial effectue son retour à la compétition après sa défaite très sèche au premier tour de l’Open d’Australie face à Sam Querrey. C'est une entrée en matière très délicate aujourd’hui face à un spécialiste de terre-battue. Thiago Monteiro (92ème) arrive sur ce tournoi avec des certitudes dans son jeu puisqu'il vient de remporter le tournoi challenger de Punta Del Este et confirmé au premier tour face à Munar (6-3/6-3). Comment analyser cette rencontre ? Habituellement à cette période, le Croate participe aux tournois européens, alors pourquoi cette tournée sud –américaine sur terre ? Borna a besoin de se relancer et nous pensons qu’avec ses caractéristiques physiques et techniques, Borna Coric s’est donné comme objectifs de réaliser une saison pleine et réussie sur l’ocre. De plus en avril prochain, il aura son quart de finale de Monte Carlo à défendre. Coric a des victoires références sur cette surface avec à son tableau de chasse : Ramos, Schwartzman ou encore Murray. Il a obtenu sa première victoire sur le circuit sur cette surface en 2017 à Marrakech. Le Brésilien est méconnu du grand public mais ses qualités sur cette surface sont belles et bien réelles. Il se déplace très bien par conséquent il est très difficile à déborder. Il manque cependant de régularité dans son jeu pour pouvoir performer face à des tops joueurs. Le Croate n’est pas là par hasard, il pourrait manquer de repère en début de match mais ses qualités devraient lui permettre de passer l’obstacle Monteiro qui à ce jour n’a que 33% de victoires sur les Top 50 sur terre (16 défaites en 24 matches).

Borna Coric (conférence de presse avant ses débuts dans le tournoi) : "J'ai décidé de venir en Amérique du Sud parce que je n'ai pas bien joué en indoor en Europe depuis mes débuts sur le circuit ATP. En fait, depuis deux ans, je me sens plus à l'aise sur terre battue que sur dur. C'est pourquoi je suis très heureux d'être ici en Argentine. J'espère juste manger de la bonne viande. Je ne sais pas grand chose du tournoi de Buenos Aires mis à part ce que certains joueurs m'ont dit. J'espère vivre une belle semaine et profiter de cette nouvelle expérience."

L'avis de Rodolphe Gilbert : "Coric est en grande difficulté depuis plusieurs mois. Il est bien loin de son meilleur niveau qu'il affichait il y a plus d'un an. Ce début de saison n'apporte rien de nouveau bien qu'il ait changé d'équipementier. Ca ne porte pas ses fruits pour l'instant. Il a choisi de jouer sur terre battue en ce mois de février. C'est une première ! Il a donc envie de vivre quelque chose de nouveau, de prendre une direction différente. Il va pas avoir la tâche facile pour son entrée en lice. Le Brésilien reste un joueur de bonne valeur sur terre battue. Il n'est évidemment pas du niveau d'un top 20 mais c'est un bon gaucher avec un vrai jeu de terrien. Coric va pouvoir tout de suite se jauger par rapport à son niveau. Mais pour moi, le fait qu'il ait changé ses habitudes prouvent qu'il est en difficulté. Il a déjà changé de staff à l'automne en se séparant de Riccardo Piatti. Monteiro vient de gagner un challenger et malgré sa défaite face à Moutet à Cordoba, vient de réaliser un match quasi parfait face à Munar qui lui aussi au passage est vraiment en difficulté. Après, j'aurais quand même pas été jusqu'à mettre le Brésilien favori de ce match. Coric s'est plutôt très bien débrouillé face aux gauchers sur terre ces derniers temps (8 victoires sur ses 10 derniers matches). Le passé du Brésilien et son bilan global n'est quand même pas exceptionnel contrairement à Coric qui a quand battu des bons joueurs sur cette surface (Schwartzman, Ramos, Murray ou encore Almagro et Robredo). Alors certes, en Europe, mais peut-être Coric va-t-il très bien s'acclimater aux conditions de jeu."

C'est le 4ème duel entre ces deux terriens au même profil mais pas de la même génération. L'Espagnol (26 ans) a évidemment plus d'expérience que Ruud (21 ans) mais pas forcément plus de talent. D'ailleurs, les bookmakers donnent le Norvégien plutôt nettement favori sur cette rencontre. Leur classement (45ème vs 88ème) y joue forcément. En effet, Ruud a obtenu des biens meilleurs résultats que Carballes depuis un an. Bien que les deux joueurs tournent à plein régime ces derniers mois sur l'ocre (70% de victoires pour Ruud et 60% de victoires pour Carballes), les quatre quarts de finale de l'Espagnol pèsent moins lourds que la finale à Houston, les demies à Sao Paulo et Kitzbühel et le quarts à Rio pour le Norvégien. Leurs trois premiers duels ont tous été très disputés, en 3 sets pour deux d'entre eux et 7-5/7-5 pour l'autre. Les conditions lourdes, lentes et humides de Buenos Aires n'avaient pas souri à Ruud, battu deux fois en qualifications en 2018 et 2019. Cependant, son premier tour face à Pablo Andujar (6-2/6-3) a été d'une grande qualité. Les bonnes performances sur dur du Norvégien depuis l'été dernier ont renforcé sa confiance et sa détermination. Avant son quart de finale la saison dernière, Carballes n'avait pas non plus brillé dans la capitale argentine. Son premier tour a également de bonne qualité face à Cecchinato qui continue de sombrer semaine après semaine sur le circuit ATP. Heureusement le challenger est là pour lui servir de bouée.

Depuis un an, Casper Ruud a remporté 5 de ses 6 matches face au top 50 (Berrettini, Carreno, Kyrgios et deux fois Sousa). Il semble justifier son statut de favori même si la forme du jour et les sensations auront leur importance dans un match qui pourrait être accroché. D'ailleurs, Carballes est un joueur très difficile à manoeuvrer et à battre. Sur ses 50 derniers matches sur terre battue, il a au moins couvert un handicap de 4 jeux à 47 reprises... Et sur le circuit ATP, il a couvert le handicap de 2,5 jeux à 15 reprises sur ses 20 derniers matches.