Tenant du titre à Rotterdam et vainqueur de l'Open Sud ce dimanche, Gaël Monfils s'est facilement imposer face à Joao Sousa au premier tour. Et voilà que se dresse sur sa route pour le 2ème tour son ami Gilles Simon. C'est le 10ème duel entre les deux joueurs mais Gilles Simon mène pour l'instant 7 victoires à 2.

C'est une rencontre entre deux français qui se connaissent très bien. Ils ont partagé le même entraîneur pendant quelques semaines, Jan De Witt. A 35 ans, Gilles Simon est encore classé 57ème mondial. C’est un joueur toujours difficile à jouer car c’est un véritable caméléon, capable de s’adapter au jeu de son adversaire. Il fait déjouer ses adversaires en rentrant dans leur cerveau et en les faisant douter jusqu’à ce qu'ils craquent et multiplient les fautes.

A  33 ans, Monfils est 9ème mondial. Sur ce qu’il a montré la semaine dernière (victoire à Montpellier) et au premier tour, le Français apparaît extrêmement affûté. Il n’a pas traîné sur le court en remportant en 2 sets sa rencontre face au Portugais Sousa. L’intention, l’énergie et le physique étaient bien au rendez-vous.

Tout le monde se souvient de cette finale à Marseille en 2015 où Monfils, donné largement favori du match, avait fini par craquer dans le jeu décisif du 3ème set. Gaël Monfils admire tellement son compatriote et cette capacité à le faire déjouer qu'il l'a nommé capitaine des Bleus à l'ATP Cup en janvier. L'emprise psychologique de Simon sur Monfils est réelle. Pour s'en défaire, il faut absolument que Monfils dicte le jeu et ne se fasse pas enfermer dans un faux rythme que Simon voudra lui imposer. Il faut que Gaël serve évidemment très bien et qu’il montre à Gilles qui est le patron sur le court. C'est une vraie guerre psychologique qui va s'engager. C’est seulement à cette condition qu’il arrivera à se sortir de ce match qui peut devenir un traquenard s’il se met à douter. Dans ce contexte, être certain d'une victoire de Monfils semble très audacieux. Il est logiquement favori comme lors des 6 rencontres qui les ont opposés dans un format en 2 sets gagnants. Concernant, les trois affrontements en Grand Chelem à Melbourne et Wimbledon, les bookmakers avaient préféré faire confiance à Gilles Simon.

Sur dur, le bilan est en faveur de Simon : 4 victoires à 2.

Résultat de recherche d'images pour "monfils simon insep"
Gilles Simon et Gaël Monfils avec Louis Borfiga (actuellement DTN du Canada) en 2009

L'avis de Florent Serra : "Gaël ne parle pas beaucoup aux autres, c'est quelqu'un assez réservé mais il s'ouvre énormément avec Gilles. Gaël prend Gilles pour un grand frère. Ils se connaissent très bien depuis l'INSEP. Je les connais bien tous les deux, ils sont très amis et je me souviens d'une anecdote en 2004 avant de partir en challenger à Rimini sur terre battue, ils ont joué la veille à l'ancien CNE à Roland Garros jouer un match en 5 sets sur dur pour s'amuser. Ces deux-là aiment le tennis. Gaël y avait laissé un genou et abandonnait d'ailleurs après un match à Rimini. A chaque fois que les matches ont été un peu serrés entre eux, c'est Gilles qui l'a très souvent emporté. Gaël aime bien être en difficulté, être mené puis renverser un match. Je l'avais d'ailleurs subi face à lui [Florent Serra a perdu 3 fois face à Monfils en ayant remporté le premier set] notamment à Brisbane où j'avais même un break d'avance dans le 2ème set, il faisait un peu le joueur qui balance, qui n'est plus là pour finalement gagner. Mais contre Gilles, ce n'est pas pareil. Il sait que Gilles le connaît par coeur et ça l'embête un peu. C'est pas anodin que Gaël ait demandé à Gilles d'être le capitaine à l'ATP Cup. Sur l'aspect mental, Gilles a l'avantage. Par rapport à l'aspect du jeu, Gaël a le souci de jouer trop loin derrière sa ligne et cela donne du temps à Gilles qui, avec sa vitesse de déplacement et ses qualités de contre, est difficile à déborder. Du coup, Gilles pousse Gaël à la faute et parvient souvent à le surprendre avec son revers long de ligne dans le plein coup droit de Gaël. Gilles est très malin tactiquement pour faire déjouer Gaël. Ce sont souvent des matches accrochés mais Gilles s'en sort à chaque fois. Je trouve que Gaël prend moins à cœur la défaite face à Gilles. Dans le contexte actuel cependant, Gilles est un peu moins bien et me semble pas assez percutant pour battre Gaël en pleine forme avec beaucoup de confiance. Il a un titre à défendre ici et ce sont des conditions de jeu qu'il aime beaucoup. Si je devais faire un choix sur ce match, je pencherai pour Gaël. Sauf que sa cote de favori (1,30) est beaucoup trop basse. Il n'y a aucun intérêt à prendre un risque même si Gaël a l'air bien physiquement et qu'il a les armes avec son service pour enfin accrocher Gilles. Pour s'imposer, Gaël ne doit pas être attentiste et changer les rythmes. Même si Gilles a "poncé" Kukushkin pendant presque trois heures au premier tour, un argument en faveur de Gaël, je ne trouve pas la cote de Monfils justifiée pour l'aspect psychologique de ce duel."