Pas moins de 10 matches sont au programme ce mardi en Floride pour le compte du 1er tour.

Titré à New York ce dimanche, Kyle Edmund va tenter de poursuivre sur sa dynamique en Floride où il affronte au premier tour un autre joueur titré en ce début de saison à Auckland, Ugo Humbert. Les deux joueurs sont plutôt complets mais ont obtenu leur meilleur résultat sur dur. Le Français est dans une spirale négative. Il perd au premier de l’Open d’Australie face à Millman, au 1er tour de l’Open de Montpellier contre Feliciano Lopez et au 2ème tour de l’Open de New York battu par Kecmanovic, une sorte de clone de Novak Djokovic dans le style de jeu qui commet très peu de fautes.

En face, Edmund revient peu à peu à son meilleur niveau depuis le mois de novembre. Ce titre à New York vient récompenser ses efforts. Il est sur une série de 12 victoires pour 5 défaites. Les deux joueurs se sont affrontés une fois et Edmund s’était imposé en 2 sets sur la terre battue marocaine en 2019 à Marrakech. Les conditions de jeu à Delray Beach seront bien différentes que celles de New York la semaine dernière. Le Britannique aura moins de 48 heures pour enchaîner. On peut donc penser que le Français aura un léger avantage en terme de récupération et d'adaptation. Edmund a cependant accumulé beaucoup de confiance et se présente en favori de ce match.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "C'est vraiment pas le meilleur tirage possible pour Ugo puisqu'il va affronter un joueur titré ce dimanche. Mais la transition indoor/outdoor est difficile en moins de 48 heures, cela sera compensé par une bonne dose de confiance pour Edmund. La clé du match pour Ugo sera d'empêcher le Britannique de tourner autour de son revers pour utiliser son coup droit qui est son meilleur coup. Les deux joueurs ont un niveau de jeu assez proche je trouve. La différence est sur la dynamique. Edmund a tellement été en difficulté la saison dernière que ce titre peut le libérer et lui permettre de retrouver son meilleur niveau qu'il lui avait permis de monter à la 14ème place mondiale. Ugo va avoir ses chances parce qu'avec son jeu de gaucher, il va gêner Edmund sur son revers au service mais aussi à l'échange avec son coup droit croiser. Si Edmund avait eu une semaine complète, j'aurais été moins tenté de voir Ugo s'imposer mais là, je pense vraiment qu'il a ses chances."

Cameron Norrie et Taylor Fritz

Tennistiquement parlant, c’est assez clair, Fritz est supérieur à Norrie. Aussi bien au niveau de la puissance que dans la variété de jeu. Dans la régularité et la constance des résultats en revanche, les deux joueurs soufflent le chaud et le froid. Fritz (38ème) peine à enchaîner depuis ses deux finales l'été dernier à Atlanta et Los Cabos. Son bilan (9 victoires pour 16 défaites) est insuffisant depuis. Il pêche parfois au niveau mental et ça se ressent très vite dans son jeu, surtout lorsqu’il est mené au score même s'il est capable d'exploit comme à Melbourne face à Anderson. Son service puissant et son coup droit compensent un revers un peu faible… C'est tout le contraire de Cameron Norrie qui a fait de son revers son point fort. Comme il est gaucher, cela promet des beaux échanges de fond de court entre les deux hommes. La surface de Delray Beach risque néanmoins de mieux convenir à l’ Américain qui part avec un statut de favori, peut-être un peu trop exagéré. Les deux joueurs se sont affrontés à trois reprises en 2019 et ce fut plutôt serré et disputé.

L'avis de Florent Serra : "Fritz a beaucoup plus de puissance au service et en coup droit par rapport à Norrie. Seulement, l'Américain a besoin de temps pour s'organiser et la patte gauche de Norrie pourrait le gêner comme lors des derniers matches parce qu'il a une trajectoire de balle cotonneuse en défense qui va tomber dans le revers de Fritz avec une longueur et une hauteur de balle compliquée à gérer pour Fritz. Je vois d'ailleurs une similitude entre Norrie et Mischa Zverev qui lui aussi avait une balle difficile à attaquer. Si on s'excite face à un joueur comme Norrie, on peut se faire contrer, entrer dans un faux rythme et commettre des fautes. Norrie est un peu surcoté techniquement mais il est très fort tactiquement je trouve. Il travaille ses adversaires, il trouve des petits angles, il monte au filet, parfois il prend la balle un peu plus tôt pour changer les rythmes. Je l'ai découvert à Lyon en 2018 et j'avais été très étonné par ce joueur. Sur dur, Norrie est à sa place entre la 40ème et la 60ème place. Je ne pense pas qu'il ait le niveau pour aller plus haut parce qu'il manque de puissance. Normalement, Fritz a les armes pour battre Norrie surtout en étant agressif sur les secondes balles un peu faibles de Norrie mais pour cela, il faudra qu'il ait un bon jeu de jambe pour être bien placé sinon il sera en difficulté et justement, Fritz est encore un peu juste dans ses mouvements. C'est logique de voir Fritz favori de ce match, surtout aux Etats-Unis, mais sa cote me semble un peu faible parce que Norrie est un bon stratège, contrairement à Fritz."

L’ancien champion du monde junior Kecmanovic retrouve l’Australien Thompson et on peut légitimement se demander si ce dernier trouvera un jour la faille face à cette adversaire. En trois rencontres il n’est jamais parvenu à s’imposer, même s’il n’est pas passé loin de la victoire en juin dernier sur le gazon turc d'Antalya, sur dur il ne lui a jamais pris un seul set, notamment à Doha il y a quelques semaines. Thompson (25 ans et 65ème mondial) est un joueur complet et plein de talent. Il a réalisé sa meilleure saison en 2019 et son début de saison est assez bon si on va au-delà des résultats. Il s'incline notamment en 5 sets face à Fognini au 2ème tour de l’Open d’Australie et s'est offert la semaine dernière le scalp des deux meilleurs serveurs de l'histoire (Isner et Karlovic) alors qu'il avait perdu ses 7 matches en carrière face aux grands serveurs. Il apparait en bonne forme avec quelques certitudes et de la confiance. A l'image de sa défaite en demi-finale de New York face à Seppi, Thompson est difficile à battre : il a pris au moins un set lors de 40 de ses 50 derniers matches. Néanmoins, Kecmanovic (20 ans et 50ème mondial) a réalisé aussi une saison 2019 plutôt encourageante et confirmé sur ce début 2020 avec une demi-finale à Doha et New York.

L'avis de Florent Serra : "Kecmanovic commence vraiment à m'étonner. Il est plutôt bon alors que je trouve qu'il manque vraiment de puissance. Mais c'est un Playmobil Djoko en moins fort. Il commet très peu de fautes et il arrive à faire déjouer ses adversaires par ses qualités de contre. Il est très carré, très rigoureux mais sur ce match, je pense que Thompson a les moyens de prendre un set au Serbe. Je vois un match serré entre deux joueurs pas très puissants mais qui se déplacent bien. L'Australien est capable de quelques coups sur le circuit et d'être dangereux sur dur. Il sera difficile à déborder aussi mais le Serbe a quand même le jeu pour faire déjouer l'Australien parce qu'il remet tout sur le court, il joue à plat et il a des changements de rythme rapides et gênant. On pourrait avoir pas mal d'échanges longs. Kecmanovic est en confiance mais on va voir comment il va gêrer le passage de l'indoor de New York à l'outdoor de Delray Beach. C'est jamais évident et comme il a un jeu à plat, le vent pourrait aussi le déranger. Plus que Thompson qui est capable de faire tourner la balle en coup droit. Je verrai bien un match en 3 sets."

Reilly Opelka et Ernests Gulbis (crédits : ATP Tour)

Messieurs les parieurs…passez votre chemin ! Comment placer un billet sur l’un de ces deux joueurs lorsqu’ils s’affrontent ? Tout ça, c’est la faute de Gulbis ! Si on remonte de quelques générations dans son arbre généalogique, on peut sûrement trouver un lien de famille avec la famille de Kyrgios ou Paire ! Totalement imprévisible, il est complètement capable de réduire la machine à scuds du surpuissant Opelka à peau de chagrin…comme il pourrait tout autant encaisser 25 aces sur l’ensemble du match ! Tout dépend de l’intérêt et de l’était d’esprit du Letton au moment d’entamer ce match. Mais Gulbis sort des qualifications, ce qui démontre d'une certaine motivation comme à Melbourne où il avait le 3ème tour.

Opelka, on le sait, va bien servir et sera difficile à breaker. Ca sera certainement la clé du match si Gulbis est en forme mentalement. On peut s’attendre à quelques points spectaculaires puisque Gulbis sera obligé de prendre des risques en retour pour surprendre Opelka. L'Américain a déjà battu Gulbis à deux reprises par le passé sur terre battue et partira avec un statut de favori… mais les bookmakers restent très prudents avec une tendance à seulement 60/40.

Nick Kyrgios et Tommy Paul (crédits : ATP Tour)

Kyrgios est la tête de série numéro 1 du tournoi. Il affronte le local Tommy Paul qui est sur un bon début de saison avec une demie à Adelaïde avant l’Australian Open. Malgré cela, Tommy reste sur deux résultats plutôt décevants avec deux défaites face à Fuscovics à Sydney et Kecmanovic à New York. La déception a résidé surtout dans l’abnégation de l’Américain qui a joué sans avoir envie de gagner. Ce match pourrait être plutôt surprenant entre deux jeunes joueurs qui sont réputés autant pour leur fantaisie que pour leurs trous d’airs. Ainsi le match peut se conclure très rapidement en faveur de l'Australien mais pourrait durer si jamais sa motivation ne sera pas identique à celle aperçue lors de la tournée australienne.

Un autre joueur fantasque se présentera sur les courts ce mardi. Bernard Tomic, malgré sa défaite en qualifications (6-2/6-0) face à Gulbis, a été repêché et tentera de sa première victoire sur le circuit depuis le mois de juillet à Atlanta. L'Australien ne semble plus avoir la tête au tennis. Impossible de savoir s'il aura la motivation de passer ce tour ou non. Sur le papier, il a évidemment le talent pour dominer Stebe mais l'Allemand est un joueur qui s'accroche et peut lui poser des problèmes. Il a notamment pris deux sets à Paire à l'US Open, battu Karlovic à Pune en ce début de saison et atteint les quarts de finale de Stockholm en octobre dernier.

Parmi les autres matches, il faudra surveiller Steve Johnson qui présente un bilan très positif sur ce tournoi : 2 demi-finales et 3 quarts de finale en 6 participations. Alors que les Américains auront les yeux rivés sur Reilly Opelka, c’est peut-être lui qui pourrait tirer son épingle du jeu dans de ce tournoi. Il est en effet l’auteur d’un bon début de saison en challenger avec un titre, une demie et un quart. Ce match du 1er tour face au Suisse Laaksonen constitue déjà son 16e match de la saison avec un bilan actuel de 11 victoires pour seulement 4 défaites. Cette rencontre est pourtant symptomatique de ce que l’Américain (76e à l’ATP) est capable de faire. Il peut être très accrocheur, mais peine toujours face à des joueurs mieux classés que lui… ça ne sera pas le cas ici puisque Laaksonen est classé 134e actuellement et est l’auteur d’un début de saison chaotique, dans la lignée de ce qu’il nous a proposé lors de la fin de saison passée.

Résultat de recherche d'images pour "jack sock delray beach title 2017"
Jack Sock titré à Delray Beach en 2017 (crédits : ATP Tour)

Radu Albot, tenant du titre à Delray Beach, affronte Jack Sock, lauréat de l’épreuve en 2017. Ce duel d’ancien vainqueur est surtout un duel d’éclopé pour l’instant comme le montre les derniers résultats des deux hommes : la dernière victoire du Moldave remonte au 29 octobre dernier…celle de l’Américain, au 20 septembre à la Laver Cup ! Et que dire de leur bilan respectif : Sur ses 20 derniers matches, Albot en a remporté 5… le constat est encore bien pire pour Sock : sa dernière victoire…est la seule qu’il ait engrangée en 2019, pour 11 défaites ! Bref, c’est un chemin de croix que les deux hommes sont en train de traverser et cette rencontre sera plus que bénéfique pour le vainqueur. La clé du match se situe au niveau de leur condition physique. Fragiles tous les deux, il ne faudrait pas que le match s’éternise dans un sens comme dans l’autre pour éviter d’entamer encore une fois les organismes et le mental par la même occasion. La cote est en faveur de Radu Albot (1.55) compte tenu de son statut de tenant du titre… mais sur le terrain, il faudrait clairement être devin pour avoir une idée objective de ce que ce match va donner… Tout dépendra surtout de l'état physique d'Albot, blessé durant l'intersaison, fantomatique à l'ATP Cup et absent du circuit depuis...

Milos Raonic et Denis Istomin (crédits : ATP Tour)

Milos Raonic, 37e actuellement au classement ATP, va-t-il enfin revivre une saison digne de son niveau historique qui l’avait mené jusqu’à la 3e place mondiale ? Après quelques saisons difficiles dues à des blessures à répétition, le bombardier canadien a bien débuté l’exercice 2020 avec un très beau quart de finale à l’Open d’Australie après avoir notamment sorti Tsitsipas et Cilic sans concéder le moindre set. Raonic a toutefois connu un petit temps arrêt en s’inclinant au bout du suspense au 1er tour du tournoi de New-York face à Kwon, en ayant pourtant compilé…33 aces sur l’ensemble de la rencontre. Il n’a juste pas su remporter les points importants, ne convertissant aucune de ses 7 balles de break. Preuve s’il en faut qu’il reste un peu fébrile dans les moments importants. Cette rencontre du 1er tour de Delray Beach face à Denis Istomin (164ème) est l’occasion pour le Canadien de repartir de l’avant. L’Ouzbek reste un bon joueur mais qui n’a fondamentalement pas les armes pour battre un Raonic au top de sa forme. Istomin a un bilan de 3 victoires pour 19 défaites en carrière face aux grands serveurs sur dur. Il risque néanmoins d’être bien en jambes puisqu’il disputera déjà son 15e match de l’année et a disputé 2 matches de qualifications ici. Reste que le style de jeu de l’Ouzbek convient bien à Raonic : en quatre confrontations, Istomin s’est à chaque fois incliné en 2 sets. Raonic part donc largement favori et devrait s’imposer s’il est bien physiquement.