Fin du 1er tour et début du 2ème tour ce mercredi à Marseille avec notamment l'entrée en lice Stefanos Tsitsipas, tenant du titre.

Match entre deux joueurs de la même génération mais qui n'ont pas eu les mêmes trajectoires : le Suédois Mikael Ymer (21 ans et 75ème mondial) face à la star grecque Tsitsipas (21 ans et 6ème mondial). Le Suédois s’est débarrassé difficilement de Gasquet au premier tour et il voudra certainement réaliser une belle rencontre face à Tsitsipas. 206ème mondial l’année dernière à la même époque, il se retrouve maintenant bien installé dans le top 100 à la faveur de très belles performances ces derniers mois. Vainqueur de deux challengers fin 2019 sur dur indoor à Orleans et Mouilleron-le-Captif, en battant au passage Bedene, Tsonga, Vesely ou encore Ivashka, il a poursuivi sur sa lancée en ce début 2020.

Après s'être sorti des qualifications à Doha et Auckland, il a finalement créé une belle surprise à Montpellier en disposant du récent vainqueur du Next Gen, l’Italien Sinner. Parlons maintenant de son jeu. Pour commencer, malgré sa jeunesse c'est déjà un bel athlète et toutes proportions gardées puisqu'il mesure 10 centimètres de moins, il a quelques similitudes avec Gael Monfils. D'un point de vue technique, il sert très bien même s'il manque encore de puissance sur sa deuxième balle. Il est solide des deux cotés mais il lui manque encore un coup fort. Tsitsipas est une énigme en ce début de saison 2020. Alors qu’il avait réalisé une fin de saison exceptionnelle en remportant le Masters à la barbe de Medvedev, Zverev, Federer et Thiem en finale, il est méconnaissable cette saison.

Auteur d’un Open d’Australie décevant avec une défaite sèche face au revenant Raonic il n’a pas rassuré non plus à Rotterdam lors de sa défaite face à Bedene. Il n’a pas perdu son talent ni sa technique en trois mois mais ses contre-performances sont dues à des petits pépins physiques qui entraînent un manque de confiance et une mauvaise gestion de la pression. Il est pourtant donné très largement favori de cette rencontre. Peut-être trop ?

L'avis de Florent Serra : "L'état de forme de Tsitsipas m'interpelle en ce début de saison. Comme Murray, Dimitrov et Zverev avant lui, on voit que c'est compliqué d'enchaîner après un titre au Masters. Il affronte un jeune de 21 ans qui vient de battre Gasquet au premier tour. Et j'avoue que je ne serai pas surpris de voir le Suédois bien bousculer le Grec. Il a beaucoup progressé depuis quelques mois, il arrive en confiance sur ce match contrairement à Tsitsipas qui est vraiment dans le dur. Il a des douleurs à l'épaule qui reviennent et cela lui trotte dans la tête. On le sent moins centré le jeu, il s'agace vite, il est moins patient à l'échange et il commet beaucoup trop de fautes. Ymer est un joueur complet qui n'a pas de points faibles, il a le jeu pour faire douter Tsitsipas et l'emmener dans un gros combat. Tactiquement je trouve qu'Ymer a la capacité de prendre du temps à Tsitsipas. En indoor, même s'il a gagné le Masters et Marseille la saison dernière, je reste encore sur ma faim. Je ne suis pas totalement convaincu par la qualité de son jeu en indoor. Je le trouve un peu surcoté en indoor, il a surfé sur une bonne vague la saison dernière mais il a encore beaucoup de progrès à faire. Sur ce match, Tsitsipas devra s'employer pour déborder Ymer qui couvre très bien son terrain et a un bon jeu de contre. Le Suédois est très élastique et il ne sera pris de vitesse en un seul coup de raquette. Tsitsipas devra être patient et bien préparer ses échanges. C'est un match où on peut avoir une grosse surprise. Vu la forme du Grec en ce moment, je trouve cela très risqué et même un peu surprenant de le voir avec une cote si basse. Si je dois mettre une pièce, je la mettrai bien sur Ymer prend un set voire même gagne le match."

Né à Avignon à 1 heure au nord de Marseille, Benoît Paire (20ème mondial) sera opposé à son jumeau Kazakh Alexander Bublik. Tout le monde connait Benoît Paire pour ses frasques, c’est un joueur clivant que l'on aime ou que l'on rejette mais ce que l’on peut dire c’est qu’il ne laisse personne insensible et qu'il possède énormément de talent. Son service est de plus en plus performant et son revers à deux mains lui permet de se sortir de quasiment toutes les situations. Bublik (22 ans et 55ème mondial) est un colosse d’1m98, soit 2 centimètres de plus que le Français. Sa progression est notable depuis un an. Il a réussi à se canaliser et trouver une meilleure régularité dans ses performances. Son ascension fulgurante est due en partie à ses grandes qualités de serveur. Avec ce joueur ça passe ou ça casse, dans un bon jour il peut servir au-delà des 200 km/h même en deuxième balle et envoyer des coups droits dans tous les sens. Benoit Paire devra rester concentré tout au long du match. Il y aura beaucoup d'enfants pour ce mercredi de vacances et certains doivent se souvenir qu'il y a un an à Montpellier, également un mercredi, devant un public très bruyant rempli d'enfants, il s'était lourdement incliné 6-2/6-0 face à Berdych. Espérons un scénario différent pour le Français cette fois.

L'avis de Florent Serra : "J'aime beaucoup ce match ! On pourrait avoir vraiment des beaux coups et les spectateurs devraient apprécier le spectacle. Un joueur généralement n'aime pas recevoir ce qu'il fait à ses adversaires. Et sur ce match, on a deux joueurs au style de jeu très proche, on peut avoir quelques étincelles. On ne devrait pas avoir des longs rallyes comme à Rio. Les deux joueurs ont un gros service et peuvent avoir des trous d'air. Je ne serais pas étonné de voir un tie-break dans cette rencontre. L'expérience est du côté de Benoît et pourrait justifier son statut de favori mais Bublik va l'amener dans une filière de jeu que Benoît n'aime pas particulièrement. Benoît n'aime pas subir et il est possible que Bublik soit encore plus fantasque que le Français notamment en seconde balle où le Kazakh prend vraiment énormément de risques. A pronostiquer, ce type de match est difficile puisque les deux joueurs sont très inconstants. Je trouve les cotes plutôt très bien ajustées et je ne vois pas un investissement évident à faire sur l'un ou l'autre. On aurait eu un Benoît Paire favori à 1,30 alors c'est certain que miser sur Bublik aurait pu être tentant et même chose si Benoît avait eu une cote plus haute. Je sens bien Benoît s'imposer parce qu'on est à Marseille, parce qu'il a été capable d'élever son niveau de jeu un peu plus haut que Bublik depuis un an. C'est un enfant du sud et ça lui tient à coeur de briller à Marseille devant ses supporters. Néanmoins, si on veut rester raisonnable, on se contente de regarder ce match sans rien miser dessus."

Vasek Pospisil et Hubert Hurkacz (crédits : US Open)

Le Canadien Pospisil (29 ans, 98ème à l’ATP) va-t-il réussir à enchaîner encore une nouvelle victoire ? Il est opposé au Polonais Hurkacz (23 ans, 29ème à l’ATP) pour viser un quart de finale. C'est le 9ème match en 15 jours pour Pospisil après sa finale à l’Open Sud de Montpellier et son 2ème tour à Rotterdam après une victoire de prestige au 1er tour face à Daniil Medvedev (5ème mondial). ll dispute à Marseille, son troisième tournoi en 3 semaines. Au premier tour, il a sorti le Finlandais Ruusuvuori, un jeune joueur prometteur de 20 ans, classé 101ème à l’ATP. Sur ce premier tour, il a été à la peine emportant le 1er set au tie-break. Il semble être un peu atteint physiquement. Sur ce deuxième tour, le Canadien va devoir croiser le fer avec Hurkacz qui a failli créer la sensation en sortant à Rotterdam le récent vainqueur du Masters, Tsitsipas, finalement battu par Bedene ensuite. Bien que son bilan en indoor ne soit pas très bon - il vient de remporter face à Antoine Hoang seulement sa 2ème victoire sur le circuit ATP - il a le potentiel et les qualités pour bien figurer sur ses surfaces rapides. Hurkacz a franchi un cap en 2019 et continue sur sa lancée en 2020. La fraicheur physique sera du coté du polonais. Les cotes étaient sensiblement équilibrées mais d'heure en heure, elles tendent à basculer largement en faveur d'Hurkacz.

L'avis de Florent Serra : "Ce sont deux joueurs qui ont un jeu un peu similaire avec un jeu à plat en faisant peu tourner la balle. Ce sont des grands gabarits puissants du fond du court avec une grosse première balle. On peut avoir une belle bagarre avec peu de breaks. Par rapport à leur caractéristique, je trouve qu'ils ont tous les deux le jeu pour bien jouer en indoor. Alors Pospisil a déjà eu des très bons résultats mais Hurkacz lui n'a pas encore réussi à s'imposer en indoor. Les conditions de jeu lui demandent de s'organiser tôt alors qu'il aime bien avoir un peu de temps pour poser son jeu. Il se déplace bien pour sa taille, il contre bien mais côté coup droit, il a besoin de temps et peut-être que cela peut expliquer ses difficultés en indoor lorsque ça va un peu vite et qu'il perd confiance. Le Polonais fait un gros début de saison à part cette défaite contre Millman à Melbourne. Mais Pospisil aussi est sur une bonne dynamique. Au-delà de ça, le Canadien a un jeu très cadré, très propre techniquement qui s'adapte parfaitement à l'indoor. Il est très bon au filet et il retourne bien aussi, on a pu le voir face à Medvedev à Rotterdam ou même contre Shapovalov et Bedene à Montpellier. En indoor, je ne comprends pas pourquoi le Polonais n'a pas encore réussi à poser son jeu. C'est peut-être sur ce tournoi qu'il va avoir le déclic. Il sert bien et c'est celui qui agressera en premier qui aura l'initiative à l'échange et poussera l'autre à tirer des passings. L'important pour les deux joueurs sera de ne pas se précipiter et en essayant de faire déjouer l'autre. Les deux joueurs n'aiment pas subir, défendre et reculer. Je ne trouve pas que la surface de Marseille cette saison est très très rapide, on a quand même quelques rebonds assez hauts un peu comme à Monptellier. Je trouve qu'Hurkacz est légèrement devant sur ce match et je le vois passer mais attention parce que Pospisil m'a déjà beaucoup surpris sur ce début de saison. C'est un match serré sur le papier mais je vois bien le Polonais passer l'obstacle Pospisil."

Pierre-Hugues Herbert et Mikhail Kukushkin (crédits : ATP Tour)

Finaliste de ce tournoi de Marseille la saison dernière, Kukushkin est un peu moins étincelant en ce début de saison. Le Kazakh n'est plus du tout sur la même dynamique. Il a d'ailleurs perdu 30 places en un an (39ème à 69ème). C'est en indoor qu'il a eu ses meilleurs résultats en carrière (7 de ses 9 demi-finales et 3 de ses 4 finales). Face à lui, le Français Pierre-Hugues Herbert qui va tenter de prendre sa revanche puisqu'il avait été battu fin 2018 à Bercy par Kuskushkin en 3 sets. Herbert aussi a chuté au classement alors qu'il était 36ème mondial il y a un an après sa finale de Montpellier. Mais à l'inverse de Kukushkin, il a amorcé une nouvelle dynamique en 2020 après une fin de saison 2019 catastrophique avec une seule victoire pour 10 défaites entre juin et novembre. Les conditions indoor conviennent tout aussi bien à Herbert qui vient de battre Auger à Montpellier et perdre avec les honneurs face à Goffin notamment à Melbourne en 5 sets. Le Français est donné favori de ce match mais c'est un match piège au possible pour le français. Herbert est un pur joueur de double, il possède un service peu académique avec beaucoup de balancier mais qui reste redoutable et efficace. Il pratique un jeu très offensif, et sa volée lui permet de finir les points facilement. Joueur polyvalent, les conditions de jeu rapide en indoor ici à Marseille le favorisent. Kukushkin participe pour la troisième fois à cet Open 13. C'est un joueur complet qui a une excellente couverture de terrain et essaye de neutraliser ses adversaires avec des slices de revers qui oblige ses adversaires à travailler la balle. C’est un joueur de contre qui varie énormément et très difficile à manœuvrer.

L'avis de Florent Serra : "Kukushkin a des points à défendre sur ce tournoi. A voir comment il va gérer cette pression face à Pierre-Hugues qui joue très bien en indoor. Si le Kazakh est bien physiquement et qu'il est efficace dans ses déplacements, il a le jeu pour contrer Herbert parce que la balle revient tout le temps, qu'il fait tirer des petits passings dans les pieds. Mais Pierre-Hugues a assez de variété dans son jeu pour le sortir de jeu de contre. Pour s'imposer, Pierre-Hugues devra avoir une bonne première balle pour lui permettre de monter à la volée, parfois en deux temps pour rester imprévisible et en retour, il devra agresser la seconde balle de Kukushkin. Même si Kukushkin n'est pas facile à manoeuvrer, Pierre-Hugues a l'intelligence tactique pour prendre le dessus sur ce match à condition de bien poser son jeu et profiter un peu du manque de confiance de son adversaire. La clé du match sera la capacité de Pierre-Hugues à raccourcir au maximum les échanges pour éviter que le Kazakh rentre dans sa filière de jeu longue. Je vois bien le Français s'imposer mais pour toutes les raisons que je viens de citer, il devra évidemment se méfier de Kukushkin."

Parmi les autres matches, à noter l'entrée en lice de Felix Auger-Aliassime, finaliste du tournoi de Rotterdam dimanche. Le Canadien aura-t-il digéré sa 4ème défaite en 4 finales sur le circuit ATP ? Ce dur apprentissage du haut niveau ne devrait pas l'empêcher de battre l'Italien Travaglia (85ème mondial) qui était encore en Inde il y a 4 jours pour disputer une demi-finale du challenger de Bengaluru face à Bonzi. Ce joueur initialement pur spécialiste de la terre battue a récemment progressé un peu sur dur, obtenant quelques victoires en challenger mais aussi face à Opelka à Stockholm en indoor. Il devrait néanmoins manquer de puissance pour contrer le jeu offensif et agressif d'Auger. Et puis physiquement, il risque de payer le décalage horaire et le vol même s'il a eu quelques jours pour s'en remettre.