La pépite italienne, Jannik Sinner, récent vainqueur du tournoi de la Next Gen en 2019 va affronter le Russe Daniil Medvedev. L'Italien a réalisé quelques jolis matchs en ce début de saison notamment à Rotterdam où il s’est offert son premier top 10 en la personne de David Goffin. Il a fini par chuter en quart de finale face à Carreno Busta (27ème à l’ATP) non sans avoir obtenu deux balles de matches. Sinner dispose d’un excellent service et d’un très bon coup droit qui lui permet d’attaquer dans de bonnes conditions. Face à lui, Medvedev est un joueur complet mais qui n’a pas réalisé un début de saison exceptionnelle, en tout cas moins impressionnant que son deuxième semestre 2019 où il avait enchaîné 6 finales consécutives. Néanmoins, il faut relativiser parce que son bilan est tout de même correct avec 7 victoires pour 3 défaites. Impressionnant à l'ATP Cup, il a perdu en 5 sets face à Wawrinka et s'est fit surprendre par l'homme en forme du moment, Vasek Pospisil.

Face au jeune rookie italien, c’est un match qui peut être dangereux pour le Russe car son adversaire commence à prendre ses marques sur le grand circuit. Medvedev est devenu un joueur à battre et l’italien n’aura rien à perdre sur cette rencontre. La pression sera inévitablement sur les épaules du Russe mais si ce dernier est performant au service et bien en jambe physiquement, il devrait pouvoir s’en sortir.

L'avis de Florent Serra : "Medvedev n'est pas au top sur ce début de saison mais je l'imagine difficilement perdre ce match. Par son expérience en indoor ou sur dur, il est assez régulier et je pense qu'il fera tout pour éviter de perdre contre un petit jeune qui monte en puissance même si le Russe est pas bien vieux. Sur le plan du jeu, Sinner joue vraiment très bien. Il a mis un peu de temps à digérer son titre au NextGen mais il a fait un bon tournoi à Rotterdam face à Goffin et Carreno. Ses coups font vraiment mal et sa balle va très vite. Je l'ai commenté à Vienne et c'était vraiment impressionnant. Il prend tôt la balle mais en face, il aura un joueur qui au-delà de son classement (5ème), a cette capacité à remettre la balle, à contrer, à bien servir, à changer les rythmes. Medvedev aussi a une balle qui fuse beaucoup. Je pense que sur la longueur du match, il va faire exploser l'Italien qui peut avoir des belles séquences de jeu dans ses attaques mais Medvedev va le travailler progressivement et Sinner pourrait vite se frustrer et s'agacer s'il est à court de solutions tactiquement. Le jeu de Medvedev est parfait pour contrer Sinner qui va pas assez finir les points au filet contrairement à Pospisil qui lui est très offensif et a réussi à poser des problèmes au Russe. Medvedev aura la main mise sur ce match selon moi malgré tout le talent du jeune Sinner."

Denis Shapovalov et Marin Cilic (crédits : ATP Tour)

Très belle affiche sur le papier entre le Croate Cilic (39ème mondial) et la jeunesse canadienne représentée par Shapovalov, 20 ans et 15ème mondial. Cependant, les deux joueurs n'abordent pas ce match avec beaucoup de certitudes. Cilic participe pour la quatrième fois à cet Open 13, finaliste en 2011 et 2016 c’est un tournoi qu’il apprécie, il faut dire que les conditions rapides avantage son style de jeu. Après une saison 2019 presque blanche avec seulement une demi-finale en 20 tournois disputés, Cilic arrive dans la cité phocéenne avec peu de repères, à part ces deux matches en 5 sets remportés face à Paire et Bautista à l'Open d'Australie. Depuis, il est devenu papa pour la première fois. Pour son premier tour, il a affronté un gros serveur Ivashka (1m93) et malgré une douleur au genou, il a répondu présent au retour avec 40% de points gagnés. De son côté, le Canadien est en perte de confiance totale après un dernier trismestre 2019 réussi sous les ordres de Youzhny. Il avait réattaqué 2020 sur une bonne dynamique à l'ATP Cup mais à Auckland, il a perdu le fil et reste sur 4 défaites consécutives. A sa décharge, il n’a eu que des matchs difficiles face à Fucsovics, Pospisil, Dimitrov et là encore à Marseille avec Cilic. Dans le jeu il apparait très nerveux, son service est peu efficace et il est vraiment friable en revers. Si le Croate aborde ce match à 100% de ses capacités physiques, alors il aura les armes pour poser des problèmes à Shapovalov. Mais le style de jeu du Canadien a de quoi aussi poser des problèmes au Croate comme l'a montré la victoire de Shapovalov il y a un an à Indian Wells.

L'avis de Florent Serra : "Marin Cilic vient d'être papa, je l'ai trouvé physiquement un peu dans le dur face à Ivashka au premier tour. Il a eu une petite alerte au genou même s'il a réussi à finir le match pour s'imposer. Shapovalov a le jeu pour le faire déjouer parce qu'il joue vite et prend la balle tôt. Il a les armes pour déplacer Cilic, le faire forcer ses frappes et le Croate devra être très tonique sur les jambes pour tenir l'échange avec le Canadien. Si Shapovalov parvient à retrouver sa constance et son intelligence affichée sur la fin de saison et à l'ATP Cup, pour moi il est logiquement favori. Il a le jeu d'attaque pour déstabiliser Cilic et le prendre de vitesse avec cette soudaineté qu'il peut avoir dans ses frappes. Il est assez imprévisible Shapovalov et Cilic n'aime pas ce type de joueurs qui changent de rythme constamment dans l'échange. Si Cilic était à 100%, à son meilleur niveau, c'est le Croate qui aurait mérité d'être favori mais là, je comprends les cotes. Shapovalov doit retrouver de la sérénité, arrêter de se précipiter sans faire n'importe quoi. Il reste sur 4 matches vraiment très moyens, parfois mauvais, il doit réagir. Je pense que Youzhny va lui dire d'utiliser au maximum son slice de revers, sans attaquer tout ce qui bouge mais apporter plus de variations et surtout insister sur le coup droit de Cilic qui est plus fragile de ce côté-là lorsqu'il est un peu moins physiquement. C'est un match difficile en terme de pronostics parce que d'un côté, on ne sait pas si Cilic va être apte physiquement à jouer ce match à 100% et d'un autre côté, Shapovalov est dans une mauvaise phase depuis quelques semaines en retombant dans ses travers. Sur le plan du jeu, je mettrais une petite pièce sur le Canadien qui dans sa tonicité, dans son explosivité, va chercher à se relancer dans des conditions de jeu indoor idéales pour lui face à un Croate pas forcément prêt physiquement à engager un gros combat."

Gilles Simon et Aljaz Bedene (crédits : Moselle Open)

Le Slovène Bedene (47ème à l’ATP) va-t-il battre pour la 4ème fois en 4 matches le Français Gilles Simon (58ème à l’ATP) ? La semaine dernière, Bedene a été jusqu’en quart de finale à Rotterdam en battant notamment Stefanos Tsitsipas (6ème à l’ATP) et Benoit Paire (18ème à l’ATP). Sur ce tournoi de Marseille, il a battu en 3 sets un Kachanov à la dérive grâce notamment à la qualité de son service (83% de points gagnés sur son premier service) et 18 aces à la clé.

Gilles Simon, surnomé « le professeur » pour ses qualités de fin tacticien, n’a pas nécessairement un jeu spectaculaire mais il est capable de faire déjouer ses adversaires. Bedene mène 3 victoires à 0 dont deux récentes fin 2019 en indoor à Metz et à Vienne. Depuis le début de la saison en indoor, le Français n’est pas apparu très fringant avec une défaite à Montpellier face à Gasquet (57ème à l’ATP) qui revenait de blessure, une victoire en 3 sets sur Kukushkin (69ème à l’ATP) moins en forme qu'il y a une an puis une lourde défaite face à Gael Monfils (9ème à l’ATP) alors que les confrontations tournaient historiquement largement en faveur de Simon. A Marseille, sur le premier tour, il a battu le jeune Francais Harold Mayot, récent vainqueur de l'Open d'Australie en junior, dans une recontre disputée (6-4/7-6).

Par la qualité de son service, Bedene a un léger avantage sur le Niçois. S’il sert un bon pourcentage de premières balles comme ce fut le cas à Metz l’année dernière (73% de premières et 93% de points gagnés derrière sa première), il sera très difficile à breaker et le Français risque de lâcher prise.

L'avis de Florent Serra : "Après sa défaite à Vienne face à Bedene, Gilles m'avait confié que Bedene était injouable au service. C'est vrai qu'en indoor, surtout depuis la fin de l'été dernier, le Slovène est difficile à contrer et Gilles a du mal à le retourner et à le lire. Bedene est constant du fond du court et j'ai l'impression que le jeu de contre de Gilles ne le gêne pas trop. Il arrive à prendre tôt sans se poser de questions, il est super solide côté revers et en coup droit, il arrive à faire très peu de fautes. Il est entraîné en ce moment par l'ancien coach de Kohlschreiber, Markus Wislsperger, et je trouve qu'il a vraiment pris beaucoup de consistance dans son jeu. Il est difficile à breaker. En indoor, il s'appuie sur sa bonne première, il est en confiance depuis sa finale à Metz. Si Gilles est trop attentiste, il va encore se faire dominer. Pour espérer gagner, Gilles devra se forcer à être un peu plus agressif, en allant vers l'avant et prendre encore plus tôt que d'habitude. Si Gilles joue de trop loin, il va subir la puissance du Slovène. On est à Marseille, Gilles a déjà gagné ici mais il n'est pas dans sa meilleur forme quand même. Je ne sais pas si Gilles va être capable de créer la surprise. Ca sera vraiment difficile. Je penche plutôt vers le Slovène."

David Goffin (crédits : Belga)

David Goffin est 10ème mondial mais pas en raison de sa constance. Le Belge a perdu 6 de ses 14 derniers matches en position de favori. Tête de série numéro 3 de ce tournoi de Marseille, il a été exempté de premier tour et fait donc son entrée en lice ce jeudi face à Egor Gerasimov. Le Biélorusse sera à son meilleur classement en carrière lundi prochain, au pire 67ème en cas de défaite face à Goffin. Longtemps incapable de s'imposer sur le circuit principal, Gerasimov a remporté son premier match ATP en juillet 2018 à 25 ans à Los Cabos. Son bilan depuis (16 victoires pour 11 défaites) est assez impressionnant pour un joueur de son calibre. Certes la liste de ses victimes (Isner, Berrettini, Paire, Dzumhur, Querrey, Mannarino, Ruud) ne présente pas des cadors du circuit mais David Goffin aurait tout intérêt à se méfier de ce joueur puissant d'1m96.

Gerasimov avait failli battre Rublev à Moscou en octobre dernier (7-6/6-7/2-6) et il avait aussi bien bousculé Medvedev à St-Petersbourg (7-5/7-5). Sur le papier, Goffin a les armes pour contrer ce joueur mais les dernières sorties du Belge face à des serveurs puissants n'ont guère été rassurantes. Le Belge va devoir élever son niveau de jeu pour espérer disputer les quarts de finale comme en 2016 et la saison dernière où il avait perdu en demi-finale face à Tsitsipas. L'expérience sera du côté du Belge qui a l'habitude de jouer ces matches indoor en France (30 matches en carrière à Metz, Montpellier et Marseille). La semaine dernière à Rotterdam, il a vraiment fait un mauvais match face à Jannik Sinner. Vainqueur de Nadal à l'ATP Cup, il a évidemment le niveau pour remporter ce tournoi de Marseille. Il faudra pour cela contrer la première balle de Gerasimov qui a remporté 86% de ses points face à Novak et 93% sur sa seconde balle.

Felix Auger-Aliassime et Pierre-Hugues Herbert le 6 février 2020 à Montpellier

Vainqueur de Felix Auger-Aliassime il y a deux semaines à Montpellier, Pierre-Hugues Herbert retrouve le Canadien une nouvelle fois sur sa route à Marseille ce jeudi pour un 2ème tour qui aura donc une odeur de revanche pour le Canadien. Mais beaucoup de choses se sont passés depuis le dernier match. Auger s'est rassuré à Rotterdam en disputant sa 4ème finale en carrière mais s'est fait peur au 1er tour face à l'Italien Travaglia en sauvant 2 balles de match.

Outsider à Montpellier, le Français est cette fois donné à 50/50 face au Canadien. Une cote qui semble un peu surprenante sur le papier mais qui peut s'expliquer. D'abord, Auger n'a pas été impérial dans le jeu à Rotterdam malgré des victoires 2-0 sur Dimitrov, Bedene et Carreno. Inversement, on peut retourner l'argument en sa faveur. Si un joueur gagne en étant moyen, il prend de la confiance et peut améliorer son niveau de jeu. Physiquement, le Canadien a semblé émoussé face à Monfils en finale et contre Travaglia ce mercredi à Marseille. Mais il a réussi à s'imposer, ce qui dénote d'une force mentale intéressante.

De son côté, Pierre-Hugues Herbert réalise un bon début de saison qui lui permet d'oublier ses 10 défaites en 11 matches sur le 2ème semestre de la saison dernière. En 4 participations, le Français n'a encore jamais atteint les quarts de finale à Marseille.

L'avis de Florent Serra : "C'est un peu fou de voir les deux joueurs avec la même cote. Moi j'aurais mis Auger quand même favori même s'il a perdu face au Français à Montpellier. Depuis il a repris un peu confiance avec cette finale à Rotterdam. Il est vrai que l'indoor est l'une des meilleures surfaces de Pierre-Hugues à l'aise dans ces conditions plutôt rapides surtout quand il sert bien, cela lui permet de mettre en place son jeu offensif. Il n'est pas évident à retourner Pierre-Hugues. Comme à Montpellier, je ne serais pas surpris de voir Pierre-Hugues poser des problèmes à Auger. Mais sa cote me semble vraiment trop basse. Je n'y vois pas une prise de risque rationnelle."