Il n'y a plus que 4 têtes de série encore en lice sur ce tournoi de Rio où les surprises ont été nombreuses depuis le début de la semaine. Après la qualification de Garin ce mercredi en quarts de finale, trois autres favoris vont tenter de le rejoindre : Thiem, Lajovic et Coric. Présentation des rencontres.

Ce 2ème tour face à Jaume Munar aurait pu s'apparenter à un premier test pour l’Autrichien Thiem sur cette tournée sud-américaine. L’Espagnol est en effet un spécialiste de terre battue mais il peine à éclater au plus haut niveau avec 50% de victoires en carrière sur cette surface. Il a par ailleurs remporté 3 titres challenger dont un en novembre dernier à Montevideo. Mais Munar n’a pas spécialement de coup fort et il est encore trop fragile sur ses mises en jeu par un manque de puissance. Auteur d’une saison 2019 décevante, il a dégringolé au classement passant de la 52ème place à la 99ème. Peu en confiance il mise tout sur la saison sur terre pour se relancer. Ce 2ème tour face au récent finaliste de l'Open d'Australie semble être un obstacle un peu trop élevé. Numéro deux mondial sur terre battue derrière Rafa, Thiem a concédé un set au premier tour au modeste brésilien Felipe Meligeni (168ème). Deux longues heures lui ont été nécessaires donc pour franchir le premier tour et remettre la machine en route. Pas une reprise idéale mais tous les spécialistes et anciens joueurs vous le diront, la transition dur/terre nécessite un temps d’adaptation. C'est chose faite donc. Sur ce match la puissance de Thiem devrait lui permettre de passer ce tour sans trop de difficultés, lors de leur dernière confrontation il s’était imposé sur le score de 7-5/6-1. Vainqueur en 2017 de ce tournoi de Rio, il voudra rééditer cette performance. Un bémol tout de même, Thiem perd 20% de ses matches sur terre depuis 2016 (100 victoires pour 27 défaites) mais le CV de ses bourreaux est un peu plus fourni que celui de Munar.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "Sur le premier tour, Thiem s'est compliqué la vie tout seul parce qu'il mène 6-2/2-0. Très honnêtement, je ne vois pas comment Munar peut gagner. Je pense Thiem devrait mieux jouer sur ce 2ème tour mais surtout ce profil d'adversaire sur terre battue qui joue du fond du court avec de l'effet pose rarement des problèmes à l'Autrichien. Munar navigue depuis deux ans entre la 80ème et la 120ème place. En face, c'est le numéro 4 mondial qui peut espérer finir 3ème mondial s'il atteint les demi-finales. Thiem a pris une autre dimension je trouve depuis un an. Même si c'est pas sa motivation principale, ça peut être une belle carotte. Monter sur le podium mondial et dépasser Federer, ce n'est pas neutre. Je ne le vois pas perdre ce match."

Lorenzo Sonego et Dujan Lajovic à Monte Carlo en 2019

Lajovic et Sonego sont deux joueurs dont le jeu s’adapte bien à la terre battue. L'Italien (24 ans) a brillé en division inférieure avec 3 titres en Futures et 2 titres en challenger. Sur le circuit ATP, il présente un bilan de 44% de victoires dont une demi-finale à Kitzbühel, un quart à Monte Carlo et deux autres quarts à Marrakech et Budapest. De son côté, Lajovic (29 ans) a longtemps erré en Futures (4 titres), en challenger (4 titres) sans jamais réussir à percer le top niveau du circuit ATP. Après deux demies en 2016 à Sao Paulo et Kitzbühel, c'est en 2019 que le Serbe a explosé au plus haut niveau avec une finale à Monte Carlo et un titre à Umag. Comme c'est un joueur complet, capable aussi de bien jouer sur dur, il a réussi à se maintenir depuis un an dans le top 30 mondial. Battu par Casper Ruud à Buenos Aires, il a bataillé en 3 sets pour éliminer un autre Italien, Cecchinato, au premier tour de ce tournoi de Rio, mais sans concéder la moindre balle de break. Sonego a été en grande difficulté sur dur depuis l'été dernier et son titre sur gazon à Antalya. Il a pu grapiller quelques points en Autriche et en challenger pour se maintenir proche du top 50 mondial mais il a abordé ce tournoi de Rio avec une confiance en berne (11 défaites consécutives). Après deux défaites face à Balazs à Cordoba et Cuevas à Buenos Aires, il a enfin mis fin à cette mauvaise série face à Leonardo Mayer au 1er tour en 3 sets. C'est le deuxième duel entre les deux joueurs qui s'étaient déjà affrontés à Monte Carlo en mai dernier pour une victoire en 2 sets du Serbe.

L'avis de Rodolphe Gilbert : "Je comprends le statut de favori de Lajovic sur ce match, d'abord par son classement puisqu'il est tout proche du top 20 mondial, loin devant l'Italien. Mais sur un match, tout peut se passer. Sonego a disparu des radars pendant des mois mais cela reste un bon joueur de terre même s'il est loin de son meilleur niveau. Il pourrait se retrouver sur ce tournoi. Après des mois de doutes sur dur, il retrouve sa meilleure surface, celle sur laquelle il a ses meilleures sensations. A choisir, c'est malgré difficile de ne pas partir sur Lajovic, beaucoup plus régulier que l'Italien. Si on se base sur les résultats récents, il n'y a pas photo. Sonego a évidemment les capacités de s'imposer mais il faudra compter sur un mauvais match du Serbe pour que le match se rééquilibre. La qualité de service de l'Italien sera primordiale pour perturber le jeu défensif très rigoureux de Lajovic."

Borna Coric et Thiago Seyboth Wild

Après sa victoire à la Pyrrhus contre l’Espagnol Fokina, Seyboth Wild (19 ans) va tenter de se qualifier pour son premier quart de finale sur le circuit ATP face à Borna Coric, bien plus expérimenté malgré ses 23 ans. Le Croate est la tête de série numéro 5 de ce tournoi. C’est la première fois qu’il participe à cette tournée sud-américaine, lassé des tournois européens sur dur indoor en février qui lui réussissaient peu avec un bilan de 3 victoires pour 6 défaites et aucune qualification en quarts de finale. Pas épargné par les blessures, l’ancien numéro 12 mondial a vécu un exercice 2019 plutôt compliqué avec une blessure au dos qui l'a éloigné des terrains pendant de longues périodes. Après une série de 10 défaites en 11 matches, Borna Coric a renoué avec son tennis et avec la terre battue face à Londero au 1er tour.

Le jeune Brésilien, virtuel 179ème mondial, a su puiser dans ses retranchements pour sauver de nombreuses balles de matchs avec le soutien du public face à Davidovich en 3h51, l'un des matches en 3 sets les plus longs de l'histoire. Thiago Seyboth Wild est un joueur complet qui a fait de la de terre battue sa surface de prédilection avec 3 titres ITF, 1 titre en challenger et une demi-finale junior à Roland Garros. Mais il a aussi remporté l'US Open en junior en 2017, ce qui démontre un réel potentiel. Adepte du revers à une main, du slice et de l’amorti, le Brésilien est plutôt à l’aise dans tous les compartiments du jeu. Il est tout autant capable de se dégager avec des revers ou coups droits bombés, que de jouer en diagonale en tournant autour de son revers pour monter efficacement au filet ensuite. Son service est correct, mais il peut encore l’améliorer. Son jeu est comparable à celui du Croate sur un plan technique mais le Croate a une expérience du haut niveau supérieure à celle de Thiago, qui n’a disputé que trois tournois ATP en carrière. Néanmoins, on voit qu’il a été programmé en night session, ce qui promet une ambiance incandescente avec un public en fusion derrière son joueur, dernier Brésilien encore en lice dans le tournoi.

Borna Coric est donné favori de ce match à 75%. Si le match avait eu lieu mercredi, on aurait pu penser que Seyboth n'aurait pas été apte physiquement à enchaîner moins de 24 heures après son combat homérique face à Davidovich. Seulement, il a eu 48 heures pour se remettre de ses émotions. Il sera certainement un peu courbaturé mais avec le soutien du public et une détermination de tous les instincts, il a les armes pour surprendre Coric qui n'a pas encore totalement retrouvé son meilleur niveau. Une victoire face à Londero, fatigué par son périple argentin à Cordoba et Buenos Aires, n'est pas une victoire référence pour affirmer avec certitude que le Croate est désormais en ordre de marche. Si Seyboth est opérationnel, il aura les qualités pour embêter Coric.