Le programme de ce vendredi à Marseille annonce une journée de grand tennis sur le papier. Avec un plateau garni de 7 joueurs du top 25, le directeur de l'Open 13, Jean-François Caujolle, pouvait espérer une fin de tournoi à haut suspense et grand spectacle. Son voeu sera exhaussé avec deux top 10 (Medvedev, Tsitsipas et Goffin) mais aussi le Canadien Pospisil, de retour à son meilleur niveau sur cette tournée indoor, un Français en la personne de Gilles Simon déjà titré ici à Marseille, puis les deux Canadiens, leader d'une génération dorée, Shapovalov et Auger-Aliassime. Rajoutez à ce cocktail explosif celui qui joue au tennis que pour l'argent mais malgré tout dans le top 50 mondial désormais, Alexander Bublik ! Gerasimov, tombeur de Goffin, semble être l'invité surprise mais sa qualité de service justifie amplement sa présence parmi les quarts de finaliste.

Une affiche semble se démarquer des autres, celle entre Pospisil et Tsitsipas puisqu'elle oppose le tenant du titre et l'un des meilleurs joueurs indoor du circuit, Pospisil. Alerte ! Match piège qui risque d’être bien plus disputé que ce que les bookmakers annoncent actuellement (Tsitsipas favori à 70%). Il est logique que le Grec soit favori de ce match. Il est n°6 mondial, il est tenant du titre, il a laminé Mikael Ymer au tour précédent et semble retrouver ses sensations après un début de saison clairement en dent de scie avec 6 victoires pour 5 défaites et des éliminations prématurées à Rotterdam (2e tour face à Bedene) et à l’Open d’Australie (au 3ème face à Raonic en 3 sets) où il avait pourtant une demi-finale à défendre.

Sauf qu’en face, c’est tout le contraire ! On a un Vasek Pospisil, virtuellement 90e ce vendredi, mais dont le niveau de jeu ne reflète pas du tout le classement. Il est actuellement en pleine bourre sur ce début de la saison où il a déjà accroché quelques top joueurs à son tableau de chasse : Shapovalov, Gasquet, Goffin et surtout Medvedev la semaine dernière à Rotterdam ! Il semble totalement remis de ses pépins physiques et de cette hernie discale. Si on devait citer un joueur capable de tout aujourd’hui au-delà du top 20, le nom de Pospisil sortirait certainement dans les premiers. La Canadien est vraiment bien en jambes pour le moment comme le prouvent ses deux premiers tours à Marseille où il a écarté deux joueurs dangereux, à savoir Ruusuvuori et Hurkacz. Même si le contexte n’est plus trop d’actualité, l’unique confrontation entre les deux hommes a tourné à l’avantage de Vasek Pospisil en 2017, une époque où le Grec débutait sur le circuit. Tsitsipas a vraiment intérêt à se méfier et doit prendre Pospisil à la gorge s’il ne veut pas faire partie de la collection de trophée du Canadien. Par rapport à l'état de forme et le niveau de jeu affiché ces dernières semaines, la cote de Pospisil semble évidemment trop haute.

L'avis de Florent Serra : "Quand on voit l'état de forme qui revient très bien et celui de Tsitsipas, on peut s'attendre à un match serré. Le Grec s'est malgré tout rassuré face à Mikael Ymer en gagnant très facilement. Après, l'opposition sera tout autre face au Canadien qui est excellent en indoor, il gagne beaucoup de matches et il peut lui poser des problèmes. Si Pospisil parvient à développer son jeu d'attaque assez à plat en variant ses montées au filet. De son côté, le Grec devrait faire mal avec son coup droit bombé, il est capable de trouver des angles en coup droit et revers et s'il arrive à sortir Pospisil du court, il l'obligera à forcer ses frappes. Je m'attends à un gros duel physique et Tsitsipas pourra aussi faire exploser Pospisil. Je ne sais pas si le Canadien est capable de maintenir sous pression le Grec pendant 3 sets. Je vois Tsitsipas en favori sur ce match même si sa cote me semble un peu basse par rapport à ce qu'a montré Pospisil depuis quelques semaines. Je pense tout de même que Pospisil risque de payer l'enchaînement des matches par rapport au Grec qui m'a semblé très bien physiquement face au Suédois."

L'avis de la rédaction : victoire de Tsitsipas

Auteur d’une saison 2019 spectaculaire (59 victoires pour 21 défaites) avec notamment 4 titres gagnés et une finale de rêve à l’US Open face à Nadal, le Russe connaît un début de saison un peu moins convaincant notamment avec une défaite la semaine dernière au premier tour de Rotterdam face à Pospisil et un premier set perdu 6-1 face à Sinner ce jeudi pour son entrée en lice à Marseille. Installé depuis 8 ans sur le Côte d’Azur et entraîné le Français Gilles Cervara, ce tournoi tient à cœur du Russe. Et sa réaction d’orgueil face au jeune Italien le prouve (1-6/6-1/6-2). De son côté, Gilles Simon a rompu sa série de défaites face à Bedene avec une victoire très convaincante en deux sets. Depuis sa finale au Queens en juin dernier, le Niçois était dans le dur avec une série de 15 défaites pour seulement 9 victoires. Sur ses 15 derniers tournois avant Marseille, il n’avait réussi à enchaîner qu’une seule fois (à Anvers en indoor) deux victoires consécutives. C’est le 4ème duel entre les deux joueurs et pour l’instant Gilles Simon mène 3-0 (Lyon 2017, Caen 2018, Queens 2019). Pourtant, le Russe est donné très largement favori de cette rencontre à 85%.

L'avis de Florent Serra : "Les deux joueurs ont le jeu pour se neutraliser. C'est assez drôle de les voir jouer d'ailleurs. J'avais commenté leur match au Queens et même sur gazon, on avait eu beaucoup de longs échanges, parfois même de plus de 30 frappes. C'est à celui qui réussissait à faire craquer l'autre et le pousser à la faute en premier. Celui qui sera le plus entreprenant, celui qui arrivera à surprendre l'autre avec des changements de rythme, aura des chances de s'imposer. Gilles pour l'instant y arrive bien à le faire face à Medvedev qui rentre dans le jeu de Gilles. Mais je le trouve un peu trop attentiste. Le Russe devra être très fort sur sa première balle et prendre la balle tôt à l'échange. Evidemment, Medvedev est plus fort et a les armes pour battre enfin Gilles mais sa cote est vraiment très faible. Je ne pense pas que le match sera à sens unique. La seule solution pour le Russe de plier le match rapidement c'est d'envoyer des avoines dans tous les sens et d’asphyxier Gilles. Mais je ne crois pas qu'il va adopter cette tactique."

L'avis de la rédaction : over 20 jeux dans le match

Le Kazakh Bublik et le Canadien Shapovalov vont s’affronter avec dans le viseur une demi-finale en ATP 250, ce qui serait une première pour Bublik dans des conditions indoor sur le circuit principal [il atteint une finale sur gazon et une autre sur dur mais en extérieur]. « Shapo » quant à lui s’est déjà imposé dans de telles conditions, c’était à Stockholm en fin de saison dernière. Après sa victoire face à Cilic, le Canadien a discuté avec le speaker comme le veut la tradition, et il a confié qu’il se sentait bien, et qu’il était content du tennis qu’il pratiquait. Si le jeune Canadien semble passionné par son sport, on ne peut dire la même chose pour le Kazakh qui a fait part de son ressenti dans une interview accordée à l’Equipe sur sa vie de tennisman professionnel, qu’il hait profondément. Il est important de préciser que ce qu’Alexander déteste, c’est la vie de joueur pro et non le sport en lui-même. Il s’est ainsi attiré les foudres d’une partie de la planète tennis, qui trouve ce genre de déclarations pas assez « traditionnelles » à son goût. Enfin, cela n’a pas empêché Bublik de battre aisément Fuscovics qui restait tout de même sur un bon début de saison, avant de scalper Benoit Paire, qui se voyait gagner cet Open 13. Alexander Bulbik est un joueur très talentueux, mais qui ne fait pas partie des plus grands modèles de travail ou de sérieux. Ceci explique que son potentiel ne reste qu’en puissance, qu’il ne s’actualise pas. En indoor, il a cependant remporté 3 challengers ces derniers mois (Bratislava, Budapest et Pau). Sa qualité de service est évidemment son arme principale.

De son côté, Shapovalov revit depuis qu'il a intégré Youzhny dans son staff. Il n’en finit plus d’impressionner avec notamment cette finale au Masters 1000 de Paris Bercy. Il a mis fin à une série de 4 défaites face à Cilic pour son entrée en lice dans le tournoi. Sur le plan technique, les deux garçons sont impressionnants : capables de tous les coups possibles et imaginable. Les deux ont un excellent service : la puissance et la prise de risque du côté de Bublik qui n'hésite pas à tenter des aces sur ses secondes balles et la régularité mais aussi la variation pour Shapovalov qui utilise à merveille sa patte gauche. Les deux joueurs sont malgré tout assez irréguliers, ce qui rend ce match assez indécis même si Shapovalov est annoncé comme grandissime favori de cette rencontre.

L'avis de Florent Serra : "C'est un bon match de tout-fou ! Bublik vient de sortir Benoît Paire et sur le plan du jeu, c'est intéressant sur le plan du jeu cette rencontre entre la fougue de Bublik et le jeu spectaculaire de Shapovalov. Le Canadien fait un match solide contre Cilic après une série de défaites inquiétante. Bublik peut vraiment battre n'importe qui mais il manque un peu de constance. Seulement, il fait tellement n'importe quoi que c'est très difficile de rester concentré face à lui et il faut éviter de s'éparpiller, de râler, de sortir du match parce que le Kazakh est très fort pour ça. Il peut être assez intelligent pour agacer le Canadien. Shapovalov me semble logiquement favori malgré tout mais sa cote est beaucoup trop faible. Alors elle est un peu remontée ces dernières heures mais il devra développer son jeu sans se précipiter et monter au filet pour forcer Bublik à tirer des passings. C'est au Canadien d'imposer son tennis pour empêcher le Kazakh de rentrer dans son cerveau. Shapovalov devra varier un peu plus que d'habitude parce qu'il joue tout le temps sur le même rythme, il sera en danger. Il devra être patient mais il joue assez vite pour prendre du temps à Bublik. En revanche, avec sa qualité de service, c'est presque une insulte de mettre Bublik aussi haut dans les cotes. Il vient de battre Fucsovics et Paire, c'est pas normal de le voir autant outsider. Sa cote devrait chuter. Je vois un match serré."

L'avis de la rédaction : over 21,5 jeux dans le match

Felix Auger-Aliassime a sauvé deux balles de match contre Travaglia au 1er tour et à nouveau 3 balles de match face à Pierre-Hugues Herbert ce jeudi au 2ème tour. Le jeune Canadien aime se faire peur. Après sa finale à Rotterdam, il montre en tout cas un tout autre visage sur le plan mental par rapport à ce qu'il affichait sur sur le circuit depuis 6 mois. Il a clairement repris confiance et cela se voit au service : 13 aces contre l'Italien et 16 aces face au Français. Il a remporté 83% de ses points derrière sa première balle. C'est évidemment la clé de sa réussite sur cette semaine marseillaise où la surface plutôt rapide nécessite avant tout des qualités et de la solidité sur ses mises en jeu. C'est exactement le profil de son futur adversaire en quart de finale ce vendredi. Le Biélorusse Gerasimov, issu des qualifications, est pour l'instant impérial sur ses mises en jeu depuis dimanche avec 91% de ses mises en jeu remportées (50 sur 55). Il en aura besoin pour venir à bout du Canadien, redoutable relanceur et très agressif sur les secondes balles adverses : 44% de points remportés par Herbert.

Demi-finaliste à St-Petersbourg en septembre dernier en bousculant fortement Medvedev, futur vainqueur du tournoi mais aussi à deux points du match face à Rublev à Moscou quelques jours plus tard, Gerasimov (27 ans) a prouvé qu'il avait franchi un cap sur le circuit ces derniers mois. Comme on le disait hier dans la présentation de son match face à Goffin, Gerasimov a un bilan largement positif (17 victoires pour 11 défaites) depuis qu'il a remporté son premier match sur le circuit lors de l'été 2018.

Sur le papier, Auger-Aliassime part évidemment favori de cette rencontre mais comme Goffin, Isner, Berrettini, Paire, Dzumhur, Querrey, Mannarino et Ruud avant lui, il devra se méfier de ce joueur puissant (1m96) qui lui avait bien résisté à Tashkent en challenger fin 2018 (6-4/7-6). Le Canadien avait concédé 7 balles de break mais avait réussi à en sauver 6.