Le directeur du tournoi de Marseille, Jean François Caujolle devait rêver secrètement d’une finale entre Medvedev et Tsitsipas. Il avait réussi à réunir le dernier vainqueur des Masters et le dernier finaliste de l’US Open. Cette affrontement programmé entre les 5ème et 6ème mondiaux n'aura pas lieu parce que le Français Gilles Simon a sorti sans ménagement le Russe Medvedev en quart de finale en 2 sets en lui collant notamment un 6/0 dans le deuxième set. Simon (virtuellement 53ème ce samedi) a réussi à rentrer dans le cerveau de son adversaire qui a complètement déjoué. Gilles Simon va rencontrer le Canadien Auger Aliassime (18ème à l’ATP) qui a sorti Gerasimov, incapable de conclure le premier set sur sa mise en jeu. Derrière, le Canadien a déroulé (7-5/6-2). A quel stade va s’arrêter le canadien, finaliste dimanche dernier à Rotterdam ? Il a été exceptionnel mentalement pour se sortir de matchs compliqués face à Travaglia et Pierre Hugues Herbert en sauvant des balles de match à chaque fois. Joueur très complet, difficilement débordable et doté d’un mental à toute épreuve lorsqu'il est en confiance comme c'est le cas depuis deux semaines. Il a un gros niveau de jeu cette semaine à Marseille, bien mieux qu'à Rotterdam. Lors de cette demi-finale, Auger Aliassime va affronter un joueur toujours difficile à manœuvrer qu'il avait réussi à battre sur gazon à Stuttgart en juin dernier. Simon est un joueur atypique capable de faire douter n'importe quel adversaire. Auger Aliassime est très solide mais devra se métier du Français double vainqueur de l’épreuve en 2015 et 2007.

La stat à retenir : Gilles Simon a remporté 4 de ses 6 derniers matches en indoor lorsqu'il était outsider.

L'avis de Florent Serra : "Gilles c'est un gars besogneux, qui s'entraîne, qui bosse. Quand il est bien physiquement, il est toujours pénible à jouer parce qu'il ne donne aucun point. C'est vrai qu'il n'était pas trop en confiance depuis quelques mois mais il a repris confiance avec cette victoire sur Bedene et il a confirmé face à Medvedev. Il a résolu ces problèmes de cordage, il laisse bien partir les coups et tactiquement en retour, il est fort pour trouver les solutions face aux serveurs puissants. Mais en face, Auger est dangereux quand il est confiance. Et lui aussi après des mois dans le creux de la vague, il va beaucoup mieux. Il met beaucoup de puissance et d'intensité dans ses frappes et c'est compliqué de le contrer. Même si Gilles court vite, c'est compliqué de courir plus vite que la balle et le Canadien sert très bien en premières. Il a résolu depuis Rotterdam son inconstance au service et fait moins de doubles fautes. Mais on est à Marseille et Gilles a les armes pour le contrer, le faire galoper. Auger est un peu miraculé sur ce tournoi avec 2 victoires en sauvant des balles de match. Et d'expérience, ce genre de scénario nous donne un peu le sentiment que rien ne peut nous arriver. La confiance est décuplée. On l'a vu face à Gerasimov qui servait pour le gain du premier set. Auger a su totalement le renverser pour s'imposer finalement assez facilement. Si Auger sert bien, il posera forcément beaucoup de problèmes à Gilles parce qu'il l'amènera à reculer et il couvrira un peu moins bien le terrain. Autant je trouvais la cote de Gilles vraiment trop haute face à Medvedev, autant là, c'est plutôt logique comme cotes même s'il a des armes avec son revers long de ligne notamment pour changer les rythmes, le faire rater, crisper le Canadien. Pour moi, ça sera compliqué pour Gilles. Mais il aime bien Marseille et il faut toujours se méfier de Gilles. C'est vraiment difficile comme match à prédire, comme toujours avec Gilles."

Alexander Bublik et Stefanos Tsitsipas (crédits : ATP Tour)

Un peu plus tôt, aura lieu la première demi-finale entre Bublik et Tsitsipas. Lors du quart de finale qui l’opposait au Canadien Pospisil, le Grec (6ème mondial) s’est montré particulièrement solide en remportant 87% des points derrière sa première balle sans concéder la moindre balle de break. Le Grec va affronter un joueur un peu plus imprévisible ce samedi. Bublik est à son meilleur classement en carrière ce samedi (47ème) et dispose d’un jeu atypique, doté d’un gros service et d’une grosse frappe de balle. Cependant, c’est un joueur assez irrégulier qui peut être victime de saut de concentration lors de ses matchs. Il vient d'éliminer Fucsovics, Paire et Shapovalov. Il est donc à prendre au sérieux mais si le grec parvient à se focaliser sur son jeu, à jouer chaque point après l’autre et à se laisser perturber par le jeu de son adversaire, Tsitsipas devrait pouvoir rallier la finale et ainsi pouvoir défendre son titre. Face aux joueurs du top 20, le Kazakh ne compte que 2 victoires en carrière (Bautista et Pouille en 2016 et 2017) et reste sur 8 défaites consécutives dont 3 en 3 matches face au top 10.

L'avis de Florent Serra : "J'avais bien lu le match entre Tsitsipas et Pospisil. Je sentais que le Grec était plutôt sur une phase ascendante dans le contenu et dans le comportement et il a confirmé face au Canadien. Ca sera compliqué pour Bublik si le Grec garde ses bonnes sensations. Il est tenant du titre et psychologiquement, on voit la différence dans son niveau de jeu par rapport à ce qu'il a produit depuis le début de saison. Il est solide dans tous les compartiments du jeu, il n'a pas de point faible. Il est costaud du fond du court. Avec son revers à une main, il peut trouver des angles pour sortir Bublik du court. Avec son jeu à risque, Bublik sera contraint de tenter beaucoup et je pense qu'il fera beaucoup de fautes. Mais en indoor, le match est plus équilibré que s'ils jouaient en extérieur. Avec sa qualité de première balle, il est compliqué à retourner. Un Tsitsipas qui commence à dégoupiller, rater un peu et jouer trois mètres derrière sa ligne, sera forcément en danger face à Bublik. On avait dit que le Kazakh avait les armes pour battre Shapovalov et que sa cote était vraiment démesurée. Il a une grosse première balle et je trouve qu'il est vraiment plus constant depuis plusieurs mois. Cependant, le Grec c'est quand même un niveau au dessus de Fucsovics, Paire et Shapovalov. Et je vois Tsitsipas s'imposer dans ce match piège."

L'avis de la rédaction : victoire de Tsitsipas