Ce tournoi mexicain, qui fait office de derniers préparatifs aux deux Masters 1000 d'Indian Wells et Miami, a eu plusieurs vies. D'abord installé à Mexico sur terre battue, il a ensuite été déplacé en 2001 à Acapulco sur la côte ouest du pays, dans des conditions totalement différentes de la capitale située en plein coeur du Mexique. Depuis 2014, le tournoi se joue désormais sur dur. Ce sont donc ces 6 dernières éditions qui vont nous intéresser dans l'analyse de cette édition 2020.

Malgré la concurrence du tournoi de Dubai, le tournoi mexicain a souvent réussi à accueillir les cadors du circuit en raison de sa situation géographique. Beaucoup de joueurs préfèrent se préparer sur le continent américain plutôt qu'au Moyen-Orient avant les deux Masters 1000 du mois de mars, et cela même si le prize money de Dubai est bien plus alléchant et attrayant que celui d'Acapulco (le vainqueur de Dubai touche 570.000 dollars contre 370.000 pour celui d'Acapulco).

On note donc la présence de 20 membres du top 10 sur les 6 dernières éditions dont Nadal, Djokovic, Del Potro titré en 2018, Ferrer titré en 2015, Nishikori, Zverev, Thiem ou encore Cilic. La concentration des meilleurs joueurs se fait d'ailleurs plus pressantes depuis 2017. Cette année, Nadal et Zverev feront office de représentants du top 10. Si on élargit au top 25 mondial, on se rend compte de la concentration de talent sur ce tournoi avec 45 joueurs, soit en moyenne 7,5 par édition.

Malgré tout, dans ce contexte, les invités surprises en demi-finale sont réguliers : Norrie en 2019, Donaldson en 2018 ou encore Harrison en 2015. Les têtes de série ont pourtant un bilan tout à fait honorable avec 10 finalistes sur 12 possibles (4 titres et 6 finales). Voici d'ailleurs leur bilan depuis 2014 :
- 78% gagnent au 1er tour (37 sur 47)
- 73% gagnent au 2ème tour (27 sur 37)
- 66% de présence dans le dernier carré (16 sur 24 possibles)

En revanche, jamais la tête de série numéro une du tournoi n'a remporté le titre. Rafael Nadal parviendra-t-il à contredire cette statistique ?

Du côté des qualifiés, le bilan est assez mauvais avec seulement 33% de victoires au premier tour. Ryan Harrison (2015) est le seul à avoir atteint les demi-finales. Fritz et Nishioka eux sont parvenus en quarts de finale. Mais cela reste maigre.

Enfin, les joueurs mexicains invités attendent toujours de signer une victoire sur ce tournoi. Pour l'instant, malgré le soutien volcanique de leurs supporters, leur bilan est de 9 défaites en 9 matches au 1er tour.

Les conditions de jeu au Princess Mundo Imperial Hôtel sont extrêmement lentes. Le rebond est très haut et afin d'éviter la chaleur, les matches débutent vers 16 heures pour finir tard dans la fraîcheur de la nuit. Ce qui fait que le pourcentage de tie-breaks par match est assez bas pour un tournoi sur dur : 28% des matches avec au moins un tie-break, l'avant-dernier au classement de la saison.

Le nombre d'outsiders est assez faible avec seulement 28% de défaites pour les favoris depuis 2014 (50 fois sur 175).

Image

1er quart de tableau

Rafael Nadal est évidemment le favori du tournoi donc de cette partie de tableau. L'Espagnol, numéro deux mondial, est à 85% de victoires sur dur depuis début 2018. Il n'y a qu'à Melbourne et... Acapulco qu'il n'a pas réussi à atteindre au moins le dernier carré. Sa partie de tableau est quand même largement à sa portée.

L'autre tête de série, Lajovic, a disputé la tournée sur terre battue et arrive donc sans repère sur dur, tout comme Andujar, son adversaire au premier tour. Les deux joueurs ne sont d'ailleurs pas des spécialistes du dur même si le Serbe a prouvé depuis plusieurs mois qu'il étaient capable de battre des sérieux clients (Khachanov, Auger, Nishikori et Dimitrov).

Trois jeunes tenteront de créer l'exploit. Si Kwon et Kecmanovic ne semblent pas avoir les armes pour dominer Rafa, ce n'est pas le cas d'Alex De Minaur qui avait failli le battre à l'ATP Cup en janvier. Battu par Zverev en quarts de finale la saison dernière, l'Australien (21 ans et 25ème mondial) aura des armes pour gêner l'Espagnol mais les conditions de jeu plutôt lentes ne le favorisent pas du tout contrairement aux surfaces rapides en Australie.

Restent les deux américains Johnson et Opelka qui préfèrent eux aussi les surfaces un peu plus rapides. En lice dans le dernier carré de Delray Beach, Opelka jouerait pour la première fois au Mexique s'il maintient son inscription. De son côté, Johnson présente un bilan moyen de 4 victoires pour 3 défaites mais aucun quart de finale.

2ème quart de tableau

Titré ici en 2014 pour la première édition sur dur, Grigor Dimitrov aura fort à faire face à notamment Stan Wawrinka. Le Bulgare n'affiche pas un bilan très flatteur depuis un an. Ses parcours à l'US Open puis Bercy semblent n'avoir été qu'un leurre. Ce sont en tout cas les deux seuls tournois sur ses 22 derniers où il a pu enchaîner au moins trois victoires. Sinon c'est 10 défaites d'entrée et 7 dès son 2ème match... Le Suisse ne participe que pour la seconde fois à ce tournoi. L'an passé, il n'était pas clairement pas à 100% puisqu'il tentait de se remettre de son opération du genou et d'une blessure au dos qui l'avait privé du dernier mois de compétition en 2018. Il s'était pourtant incliné en quarts face à Kyrgios dans une rencontre très serrée. Ce tournoi est fait pour le jeu du Suisse. Il a montré de belles choses à Melbourne et se présente comme le favori de ce quart de tableau, lui qui a déjà remporté 8 titres sur dur en extérieur.

Il aurait pu se méfier de Tiafoe si ce match avait eu lieu il y a un an ou deux ans mais l'Américain est vraiment en difficulté depuis son quart de finale à Miami (10 victoires pour 15 défaites sur dur). Radu Albot n'est pas au mieux non plus. Le Moldave tente de revenir sur le circuit après une blessure à l'intersaison. Il n'est pas clairement pas apte à prétendre à aller loin dans ce tableau (4 défaites en 4 matches cette saison).

Pedro Martinez a obtenu grâce à sa demi-finale à Rio, une invivation pour disputer son deuxième tournoi sur dur en carrière après l'Open d'Australie en janvier. Bourré de talent, ce jeune espagnol de 22 ans, devrait vraiment faire parler de lui cette saison mais pour l'instant, son inexpérience sur dur est un obstacle. Cameron Norrie est très irrégulier mais c'est sur dur à Auckland en 2019 qu'il a disputé sa première finale en carrière. Seulement, cela fait 14 tournois qu'il ne parvient pas en quart de finale.

Un Français tentera de sortir du lot mais Adrian Mannarino est sur une dynamique négative avec 9 défaites sur ses 11 derniers matches depuis sa finale à Moscou. C'est sa 7ème participation à Acapulco mais son bilan (3 victoires pour 6 défaites) n'est guère encourageant.

Résultat de recherche d'images pour "kyrgios acapulco 2019"

3ème quart de tableau

Nick Kyrgios, tenant du titre, n'a plus rejoué depuis Melbourne. L'Australien avait rarement été aussi performant, motivé et régulier sur le circuit qu'en ce début de saison 2020. Il aime ce tournoi mexicain. A son meilleur niveau, aucun joueur de sa partie de tableau ne peut vraiment lui résister mais il devra batailler avec des joueurs accrocheurs.

Felix Auger-Aliassime, l'autre tête de série, ne devrait pas faire le voyage. En tout cas, après sa finale à Rotterdam et celle de Marseille ce dimanche, le Canadien a beaucoup joué en ce début de saison (20 matches). Enchaîner sur Acapulco ne semble pas être la meilleure programmation avant Indian Wells et Miami sachant qu'il sera aussi attendu sur toute la saison de terre battue en avril et mai.

Ugo Humbert, battu par Nishioka en demi-finale de Delray Beach est apparu vidé sur le dernier set face au Japonais. Son premier tour face à Kyrgios est un vrai test pour lui qui a franchi un cap en ce début de saison. Une marche peut-être un peu haute mais une victoire lui ouvrirait le tableau. Taylor Fritz est vraiment très moyen depuis l'été dernier. A part son 3ème à Melbourne, il a perdu 8 fois dès son entrée en lice et 4 fois sur son 2ème match en 12 tournois. Si John Millman est capable de coups d'éclats (US Open 2018, Tokyo 2019), il manque encore de régularité. Sur ce début de saison, l'Australien s'est offert quelques belles victoires face à Hurkacz, Khachanov ou Auger. Il avait perdu en quarts de finale la saison dernière face à Isner au tie-break du 3ème set.

Celui dont il faudra se méfier est peut-être Kyle Edmund. Le Britannique a retrouvé la confiance à New York avec son 2ème titre en carrière. Même si l'ancien 14ème mondial est meilleur sur les surfaces dures plus rapides, il avait été plutôt performant la saison dernière avec un titre à Indian Wells en challenger et deux 4ème tour ensuite à Indian Wells et Miami. Avec la confiance retrouvée et l'ambition de remonter au classement, il pourrait se sortir de ce quart de finale.

Feliciano Lopez dispute son 5ème tournoi à Acapulco. L'Espagnol (38 ans) est encore capable de rivaliser avec les meilleurs sur un match mais il n'a enchaîné 3 victoires consécutives la même semaine qu'à deux reprises sur ses 53 derniers tournois (Queens 2019 et Bercy 2018).

Résultat de recherche d'images pour "zverev acapulco"

4ème quart de tableau

Alex Zverev va-t-il mieux ? Pour la première fois de sa carrière, l'Allemand est parvenu en demi-finale d'un Grand Chelem. Mais un doute subsiste malgré tout puisqu'il a surtout profité d'un tableau assez ouvert et d'un coup de pompe physique de Rublev et Wawrinka. Maintenant que sa carrière est gérée par le même agent que Roger Federer, ses résultats s'en ressentent malgré tout avec une finale à Shanghai et une demi-finale à Pékin. Ses performances à l'ATP Cup avait fortement inquiété son clan et lui-même. Il a réussi à se relancer. Ce tournoi mexicain est un rendez-vous incontournable pour lui puisqu'il a participé aux deux dernières éditions avec succès : demi-finale en 2018 et finale en 2019. Il faut avouer que les conditions de jeu sont idéales pour lui. Il fait partie des favoris pour le titre, surtout que sa partie de tableau est à peine du niveau d'un ATP 250.

D'abord, pour quelle raison son frère Mischa Zverev a-t-il été invité ? Etait-ce une condition sine qua non de la présence de son petit frère qui aurait menacé de partir jouer à Dubai ? Assez étonnant de retrouver un joueur, 256ème mondial à 32 ans, qui n'a remporté que 3 matches sur le circuit principal depuis août 2018 pour 25 défaites.

John Isner est en perdition depuis sa blessure en mars dernier. Il n'a jamais retrouvé son niveau : 14 victoires pour 16 défaites sur ses 30 derniers matches et aucun tournoi avec au moins 3 victoires consécutives.

Mackenzie McDonald retrouve la compétition sur ce début de saison après son opération du genou en mai dernier. Et Jordan Thompson n'est pas sur une bonne dynamique sur dur en extérieur depuis l'été dernier avec 11 défaites pour 6 victoires. En carrière sur dur en outdoor, il est à 15 victoires en 40 matches en dehors des ATP 250.

Le dernier candidat de ce quart de tableau est le Mexicain Villasenor. Va-t-il être le premier joueur local à gagner un match sur ce tournoi d'Acapulco ?

Nos prédictions pour les quarts de finale
Q1 : Nadal vs Opelka
Q2 : Wawrinka vs Dimitrov
Q3 : Kyrgios vs Edmund
Q4 : Isner vs Zverev