Quelle belle affiche la nuit prochaine au Mexique ! Wawrinka face à Dimitrov, c'est un rendez-vous quasi annuel depuis 2011. S’il y en a bien deux qui se connaissent bien, ce sont ces deux-là. Stan Wawrinka (17ème) affronte Grigor Dimitrov (20ème) pour la 12e fois de sa carrière…et on peut dire que depuis plus de 3 ans, ça lui réussit plutôt bien puisque le Suisse reste sur 5 succès consécutifs face au Bulgare…et ce, peu importe la surface ! Il faut en effet remonter au mois d’août 2016 pour assister à la dernière victoire du Bulgare face au Suisse. C’était à Cincinnati. Depuis donc, 5 matches de suite sont tombés dans l’escarcelle de Wawrinka et notamment 3 fois en Grand Chelem. Le style de jeu de Dimitrov, à la Federer, mais avec clairement moins de régularité et de maîtrise, a quand même de quoi gêner Wawrinka. Il faudra bien sûr prendre en compte la forme physique des deux hommes, mais on peut s’attendre à un combat long et épique. Autre élément non-négligeable : Wawrinka effectue sa rentrée sur ce tournoi un mois après son élimination en quart de finale de l’Open d’Australie. De son côté, Dimitrov a subi deux défaites rapides au 1er tour de Montpellier face à Barrere et au 2e tour de Rotterdam face à Auger-Aliassime… Preuve que les deux hommes souffle le chaud et le froid… tout bénéf’ en principe pour Rafael Nadal qui est "programmé" en demi-finale. Wawrinka part légèrement favori avec une tendance à 60/40.

L'analyse de Rodolphe Gilbert : "C'est le genre de match qui doit l'amuser et l'exciter un peu. Stan a été plutôt moyen sur ses deux premiers matches avec très peu de points remportés sur sa seconde balle (moins de 35%). Heureusement pour lui, sa première balle a fait très mal à Tiafoe (35 aces) et Pedro Martinez. C'est un tournoi qui plaît bien à Dimitrov et il est tout à fait capable de prendre sa revanche sur le Suisse qui le domine depuis plusieurs années. Les deux joueurs ont un excellent revers à une main mais ils ne jouent pas le même style de jeu. Stan sert mieux mais le Bulgare retourne mieux. Dans le jeu, Dimitrov fait plus de choses, il est dans la variation et les changements de rythme, il a une palette très complète. Wawrinka est lui plus dans la puissance et la percussion. Pour s'imposer, Dimitrov devra avant tout résister à l'impact physique et tenir la cadence. Quand le Suisse sert bien et rate peu à l'échange, c'est très compliqué de le contrer et de casser le rythme. Dimitrov devra être opportuniste et surprendre le Suisse avec des amorties, des services volées et beaucoup de montée au filet. Stan retourne de loin et cela peut ouvrir la porte à une surprise si Dimitrov sort le grand jeu au service."

L'avis de la rédaction : Dimitrov remporte au moins un set dans le match

Le vainqueur devrait retrouver en demi-finale Rafael Nadal qui pour l'instant a bénéficié d'un tableau très ouvert. Après sa défaite l’an passé face à Kyrgios au 2ème tour, l’Espagnol veut effacer cette déconvenue et aller soulever ce trophée cette saison, comme il l'a déjà fait à deux reprises par le passé. Rafa va affronter Kwon, le jeune Sud-Coréen. Le talent est indéniable chez ce jeune garçon qui présente un bilan de 50% de victoires sur le circuit ATP (12 victoires pour 12 défaites). Au niveau challenger, il est à 70% de victoires depuis début 2018 (dont deux titres en 2019). Sa taille (1m80) lui permet d'avoir un meilleur service que ses homologues japonais. Kwon est son meilleur classement en carrière ce jeudi (69ème) et dispute son troisième quart de finale en trois semaines après New York et Delray Beach. Rafael Nadal, bien que recordman du nombre de titres à Roland Garros et avec une réputation de pur joueur de terre, est aussi très à l’aise sur dur : sur les 52 dernières semaines, Rafa affiche un pourcentage de victoires plus élevé sur dur (89%) que sur terre (88%). L’Espagnol n’a perdu que 4 fois contre 4 joueurs différents : Federer à Indian Wells, Djokovic et Goffin à l’ATP Cup, et Thiem à l’Australian Open. Le match semble très déséquilibré entre deux joueurs au style très différent : Nadal est un joueur très agressif qui base son jeu sur sa puissance pour forcer ses adversaires à reculer continuellement. Tandis que le jeu de Kwon, dans l’esthétique du tennis asiatique est basé sur les déplacements, sur une certaine vivacité, beaucoup de détermination et une grosse défense. Le Coréen est très technique, il peut s’appuyer sur un coup droit et un revers très solide bien qu’il manque légèrement de puissance. La dernière défaite de Nadal avec une cote inférieure à 1,10 remonte à Monte Carlo en avril dernier face à Fognini.

L'analyse de Rodolphe Gilbert : "Rafa est un animal. Il ne lâche rien quelque soit l'adversaire. Il a un état d'esprit irréprochable. Il met une intensité de tous les instants du premier au dernier point. C'est un exemple pour tous les jeunes. Cela lui évite beaucoup de déconvenues face à des adversaires mal classés. Il ne va pas prendre le Sud-Coréen à la légère, il va préparer le match en se disant qu'il peut perdre s'il ne joue pas à 100%. Rafa commence toujours ses matches avec beaucoup d'agressivité parce qu'il sait que lorsqu'il gagne le premier set, il perd très rarement. Mentalement, il est très fort, il n'a quasiment aucune faille."

L'avis de la rédaction : moins de 9,5 jeux dans le premier set

Dans la partie basse du tableau, amateurs de bons crus, le Kyle Edmund nouveau est arrivé ! Le Britannique semble clairement renaître de ses cendres après une grande majeure partie de la saison 2019 complètement chaotique où il avait enchaîné la bagatelle de 8 défaites consécutives dès le 1er tour… 6 mois plus tard, c’est l’inverse puisqu’Edmund n’a plus perdu un match depuis son 1er tour catastrophique face à Lajovic à l’Open d’Australie. Il a remporté le tournoi de New-York et vient d’écarter deux joueurs dangereux, à savoir Feliciano Lopez et Felix Auger-Aliassime. Edmund est légèrement favori face à Fritz qui semble lui aussi bien en jambes actuellement en ayant éliminé deux autres bons joueurs aux tours précédents : d’abord Millman et ensuite Humbert. L’Américain possède un jeu assez complet qui peut ennuyer sérieusement l’Anglais qui va lui, axer son jeu sur sa puissance. Le tout est de savoir s’il sera assez régulier pour limiter au maximum les fautes directes. Attention aux opportunités de break qui seront très importantes et le premier qui les concrétisera risque de prendre un avantage décisif pour la victoire. C’est le 2ème affrontement entre les deux hommes. Le premier avait tourné à l’avantage de Fritz, sur le gazon d’Eastbourne l’an dernier…mais durant la période où Edmund était à mille lieues de son niveau actuel et réel. C’est en tout cas une belle opportunité pour le vainqueur d'accès en finale puisque c’est John Isner ou Tommy Paul qui sera au programme de la demi-finale…

L'analyse de Rodolphe Gilbert : "On avait bien fait de se méfier de Taylor Fritz face à Ugo. Hélas, l'Américain s'est imposé. Sans voir les cotes, j'imagine qu'Edmund est donné favori des bookmakers mais moi j'aurais mis un match très ouvert et équilibré à 50/50. Edmund est reparti sur une bonne dynamique et Fritz qui est peut-être en train d'enclencher quelque chose. Ce sont deux joueurs qui jouent très bien sur dur, c'est la surface sur laquelle ils se sentent le mieux. Ils veulent prouver beaucoup de choses sur cette rencontre. Le Britannique vient de gagner un tournoi mais malgré tout, rien ne justifie un statut de favori sur cette rencontre. Ils se seraient joués au premier tour, j'aurais compris puisque Fritz était sur une mauvaise dynamique mais l'Américain vient de réaliser deux matches convaincants face à deux adversaires difficiles à jouer en ce moment, Millman et Ugo. Edmund a un profil de jeu qui convient bien à Fritz parce qu'il joue en puissance et peu en variation. A ce petit jeu là, je trouve Fritz un peu meilleur au service et surtout à l'échange, il a un peu plus de variation et cette capacité à changer les rythmes. Et surtout, Edmund a une faiblesse côté revers dans laquelle Fritz va pouvoir s’engouffrer. La seule raison pour laquelle Edmund pourrait mériter un statut de favori, c'est la faible probabilité qu'il passe au travers de ce match en raison de la confiance qu'il a accumulé depuis la fin de saison dernière. Alors que Fritz a accumulé moins de confiance et est passé à côté de nombreux matches. Mais sur ce tournoi, je trouve Fritz très impliqué, très appliqué."

L'avis de la rédaction : victoire de Fritz / au moins 22 jeux dans le match

Duel 100% américain entre deux joueurs aux dynamiques opposées ces derniers mois : comme sur la saison passée, John Isner a du mal a retrouver sa splendeur. Ancien numéro 8 mondial, actuellement 23ème, Big John n’est plus le joueur si redouté qu’il était par le passé. L’année 2019, c’est la première depuis 2010 où il n’a pas remporté a minima deux titres. De l’autre côté, Tommy Paul est en bonne forme sur ce début de saison : sur dur, il a disputé 15 rencontres, et il en a remporté 12. L’année passée, le jeune joueur avait déjà eu de bons résultats sur dur, avec un bilan de 22 victoires pour 7 revers. Les deux joueurs se sont déjà affrontés une fois, à Cincinnati en 2017, avec une victoire de John Isner qui a eu depuis le début de cette semaine deux matchs plutôt simples contre Mischa Zverev et Marcos Giron, qu’il a dominés aisément en deux sets chacun. Si John a du se défaire de Mischa, c’est son frère Alexander qui s’est dressé sur le chemin de Tommy Paul au tour précédent. Et ce dernier a sorti les muscles pour s’imposer. L’Américain a su prendre la mesure du numéro 7 mondial, en l’agressant énormément. Sasha Zverev n’a pas réussi à imposer son jeu, il a été trop passif, et il n’en fallait pas plus à Paul pour rentrer dans le court, et envoyer de gros coups droits en prenant la balle très tôt. Il n’y a pas eu de match. Les deux Américains sont droitiers et font des revers à deux mains. Mais John Isner sert plus fort que Paul, bien plus à l’aise dans le jeu à proprement parler. Il a été l’auteur de jolis coups contre Zverev, très variés, gros coups droits fond de court, mais aussi de nombreuses amorties ou volées bien touchées. L’avantage est tout naturellement donné à Isner, mais Tommy Paul est tout à fait en capacité de lui poser des problèmes. Comme Nick Kyrgios l'année dernière, Tommy Paul a été vu faire du jet-ski. Paul a l’air d’avoir de bonnes sensations ici au Mexique, ce tournoi lui plaît, c’est une certitude.

L'analyse de Rodolphe Gilbert : "Ce sont des matches où la plupart du temps, il y a au moins un tie-break. Isner est en dessous de son niveau moyen en ce moment et Tommy Paul est au-dessus. Cela rééquilibre les forces et peut expliquer le faible écart des cotes entre les deux joueurs. Mais face à Isner, ce sont toujours des matches qui se jouent sur une balle de break parfois. C'est un match ouvert selon moi. Mais Isner est toujours compliqué à jouer comme Raonic ou Karlovic parce qu'il n'y a pas de rythme. Il envoie des aces à la pelle, il n'y a pas d'échanges, pas de jeu. Un break est souvent synonyme de perte de set voire de match. Mischa Zverev et Marcos Giron en ont fait les frais. La priorité de Tommy Paul sera de conserver toutes ses mises en jeu. Face à ce type de joueurs, c'est très pénible. On a le sentiment de ne pas jouer."

L'avis de la rédaction : au moins 23 jeux dans le match