Perdu au cœur de la Sierra Madre, le Challenger de Monterrey, au Mexique, attire l’œil de touristes et passionnés. La planète tennis prend de la hauteur, après avoir écumée les quatre coins du globe lors du bazar de février, elle prend ses quartiers au pays des cactus, dans le déconcertant Challenger 125 mexicain.

Évènement unique, le dernier titre de Ferrer, et une finale qui a de l’âge, Monterrey en histoire…

David Ferrer, Adrian Mannarino, Feliciano Lopez, des noms singuliers dans un décor qui l’est beaucoup moins. Le Challenger de Monterrey est l’un des deux évènements ATP Challenger et WTA Tour combinés, avec Nottingham. Situé au pied d’une chaîne de montagne s’étendant des États-Unis jusqu’en Amérique centrale, c’est dans le Club Sonoma que le tournoi mexicain revit depuis 2015 après s’être joué sur moquette il y a quarante ans.

Jeune mais copieux, le Challenger 125 a vu passer sur ses courts David Ferrer, Ivo Karlovic, ou encore Paolo Lorenzi. Des joueurs qui n’ont plus toute leur jeunesse, et non car en 2018, le tournoi a tout simplement vu la finale de Challenger la plus âgée qu’il soit entre David Ferrer (36 ans) et Ivo Karlovic (39 ans). Ferru l’avait emporté signant ainsi sa dernière participation en Challenger Tour, et sa dernière victoire sur un tournoi.

Un petit tour et puis s’en va

Depuis sa réapparition en 2015, Monterrey a titré cinq joueurs aux trajectoires différentes. Hormis l’arrêt de carrière de David Ferrer il y a quelques mois, et Alexander Bublik dans une forme éblouissante, aucun des lauréats n’est aujourd’hui dans le Top 200. Thiemo de Bakker, premier vainqueur est aujourd’hui 650e mondial, Maximilian Marterer, huitième de finaliste à Roland Garros et vainqueur au Mexique en 2017 pointe à la 367e place mondiale. Sans oublier le « mieux classé », Ernesto Escobedo, 200e. On souhaite donc un peu plus de réussite au prochain vainqueur du tournoi.

Ivo Karlovic a trouvé chaussure à son pied.

Le géant croate, détenteur du plus grand nombre d’aces sur le circuit ATP a très peu souvent été dépassé par la taille sur un court de tennis. Il faut attendre 2018 pour que Mamadou N’Diaye ancien joueur de NBA ne vienne le surplomber d’une dizaine de centimètres, avec ses 2m29. Vertigineux !

Difficile de lui trouver une place dans le calendrier

Depuis 2015, le tournoi mexicain avait pris pour habitude de se dérouler début octobre pour clore la saison Challenger. Mais en 2019, l’événement est programmé en avril juste avant le début de la saison sur terre battue. Et enfin cette année, Monterrey se déroule en mars pour combler le manque créé par les annulations des tournois chinois de Zhuhai et Shenzhen lié au Coronavirus, ainsi que le vide laissé par le Challenger de Santiago qui a intégré la Golden Swing.

Plateau 2020

Pour sa sixième édition, le tournoi réunit comme têtes d’affiche le français Adrian Mannarino et Feliciano Lopez, engagés à Acapulco la semaine passée. Mais aussi Ricardas Berankis, l’enfant terrible Bernard Tomic, Jason Jung ou encore le terrien Pablo Andujar. Un plateau garni à déguster du haut de l’impressionnante tribune blanche qui surplombe le site.

Pour suivre Matthieu sur twitter,
https://twitter.com/MatthereBattue