Indian Wells 2019, Thiem entre dans la court des grands

Pour comprendre en quoi ce 17 mars 2019 est devenue une date charnière dans la carrière de Dominic Thiem, il faut remonter quelques mois plus tôt. Ce n'est pas un hasard si l'Autrichien, à l'époque 8ème mondial, a franchi un palier sur cette édition 2019 d'Indian Wells, le 3ème plus gros tournoi sur dur de la saison derrière Melbourne et l'US Open.

Tout a commencé à l'US Open le 4 septembre 2018. Face à Rafael Nadal, l'Autrichien va prendre conscience de ses capacités sur dur en s'inclinant au tie-break du 5ème set. Quelques jours plus tôt, il dominait Steve Johnson, Taylor Fritz et Kevin Anderson. Une montée en puissance qui va permettre à Dominic Thiem d'augmenter son capital confiance. Et les conditions de jeu d'Indian Wells idéales par rapport ses qualités de jeu vont lui permettre de signer sa plus grande performance en carrière en remportant son premier Masters 1000, et seul encore aujourd'hui.

Pour remporter un tournoi, il faut un ensemble de facteur et l'Autrichien les a tous réunis la même semaine. En premier, le talent. Il est indéniable. La confiance ensuite et on a vu où elle a pris sa source. Physiquement, son son début de saison 2019 plutôt raté lui a permis d'arriver très tôt en Californie. Trois semaines de préparation intensive lui ont permis d'attaquer le tournoi en pleine possession de ses moyens. Enfin, évidemment, de la réussite. Il en faut toujours un peu et son tableau jusqu'en demi-finale fut plutôt ouvert : Thompson (77ème), Simon (29ème) qui restait sur 7 défaites consécutives face à l'Autrichien, Ivo Karlovic (89ème) et un forfait de Gaël Monfils en quarts de finale. Ensuite, le premier col hors catégorie s'est dressé sur sa route. Accompagné de son nouveau coach, Fabrice Santoro, le Canadien Milos Raonic s'avançait en favori sur cette rencontre (cote 1,60 pour Raonic et 2,35 pour Thiem). Battu deux fois sur leurs deux premiers duels, Dominic Thiem, souvent en difficulté face aux grands serveurs (16 défaites en 20 matches sur dur sur le circuit ATP jusqu'en février 2018), abordait cette demi-finale avec un peu de repères puisqu'il avait amorcé un virage dans son approche tactique face à ce type de joueurs. Des victoires récentes sur Anderson, Querrey, Paire ou encore Karlovic donc au tour précédent, l'ont aidé à mieux appréhender cette rencontre.

Le résultat est au rendez-vous : une victoire au forceps 7-6/6-7/6-4 où il n'aura concédé qu'une seule balle break au moment de servir pour le match à 5-4 dans le 3ème set. Si le premier jeu décisif a tourné en faveur de l'Autrichien, le second acte ira dans l'escarcelle du Canadien avec l'aide de la bande du filet. Mais la solidité de Thiem à l'échange (seulement 9 fautes directes dans le match) aura finalement raison de Raonic dans le 3ème set. A 2-2 sur le service de Raonic, l'Autrichien va être très agressif notamment sur les secondes du Canadien qui est moins performant sur sa première. Après un jeu de 7 minutes, Thiem parvient à breaker Raonic sur sa 2ème balle de break dans le jeu et sa 3ème du match. Impérial au service (76% de premières, 80% de points sur sa première et 60% de points sur sa seconde), Thiem va parvenir à conserver ce break jusqu'à la fin malgré une petite frayeur au moment de conclure. L'Autrichien se qualifie pour sa première finale sur dur en Masters 1000.

En finale, Thiem va affronter Roger Federer, qualifié sans jouer suite au forfait de Rafael Nadal en demi-finale. L'Autrichien aborde cette finale sans complexe d'infériorité face au Suisse, 4ème mondial à l'époque. En effet, les confrontations entre les deux hommes les mettent pour l'instant dos à dos : 2 victoires chacun. Malgré sa défaite surprise face au Grec Stefanos Tsitsipas à l'Open d'Australie quelques semaines plus tôt, le Suisse est le grandissime favori de cette finale. D'abord parce qu'il arrive auréolé de son 100ème titre en carrière remporté à Dubaï mais surtout parce qu'il a remporté 16 de ses 17 derniers matches avant cette finale. Et si on remonte à début 2018, son bilan est de 71 victoires pour seulement 11 défaites. Malgré tout, on sent que l’écart entre Roger Federer et la nouvelle génération se restreint : le Suisse peut en effet faire preuve d’une certaine fragilité, notamment sur un plan physique. Battu en finale par Del Potro un an auparavant, l’helvète est chez lui en Californie où il dispute sa 6ème finale sur ses 7 dernières participations.

Son parcours sur cette édition 2019 est plutôt tranquille puisqu’il n’a pas perdu la moindre manche avant de rentrer sur le court le jour de la finale. Et le Suisse prend immédiatement l'Autrichien à la gorge pour mener 4-1 en 20 minutes. On pense alors que la finale va être à sens unique. Mais Thiem va parvenir à debreaker avant de céder à nouveau sa mise en jeu pour perdre cette première manche 6-3. Mais le Suisse n'est pas aussi à l'aise que le score peut le laisser penser. Avec seulement 6 coups gagnants pour 12 fautes directes, il n'est pas à l'abri d'un retour de Thiem. Après avoir remporté le premier set, Federer n'a perdu que trois matches à Indian Wells pour 59 victoires. Difficile d'imaginer l'Autrichien malgré tout capable d'un tel exploit. Mais Dominic Thiem va lâcher le frein à main, oublier la pression de l’événement et cela va vite se faire ressentir avec des montées au filet plus tranchantes et beaucoup plus d'intensité dans ses frappes. Effet immédiat, le Suisse commence à se crisper et perd la 2ème manche 6-3. Ce dernier acte sera le plus disputé, les deux joueurs n’offrant qu’une balle de break sur leurs mises en jeu. Et comme un symbole, incapable de convertir ses occasions de break (seulement 2 sur 11), c’est Federer qui craquera sur sa mise en jeu à 5-5, impuissant face à un Thiem qui réussira à prendre la balle plus tôt pour surprendre le Suisse.

Il ne tremblera pas au moment de servir pour ce qui est encore aujourd'hui, son plus grand titre. Ce tournoi marquera un tournant dans la carrière de l'Autrichien. Deuxième meilleur joueur du monde sur terre battue derrière Nadal, Dominic Thiem savait qu'il devait progresser sur dur pour rivaliser avec le Big Three. Depuis, il a poursuivi sa marche vers le sommet avec deux nouveaux titres à Pékin et Vienne mais surtout deux finales perdues au Masters de Londres (au tie-break du 3ème set) et à l'Open d'Australie (en 5 sets). Désormais 3ème mondial juste devant Federer, Thiem peut regarder le Big Three droit dans les yeux avec 6 victoires pour 2 défaites depuis cette finale. Il lui manque désormais un titre en Grand Chelem pour valider ses acquis.

Déjà publié
https://tennisbreaknews.com/2020/03/10/nos-souvenirs-dindian-wells-episode-1-10/
https://tennisbreaknews.com/2020/03/11/nos-souvenirs-dindian-wells-episode-2-10/
https://tennisbreaknews.com/2020/03/12/nos-souvenirs-dindian-wells-episode-3-10/
https://tennisbreaknews.com/2020/04/12/nos-souvenirs-dindian-wells-episode-4-10

A suivre dans cette série souvenirs d'Indian Wells :
2005, une défaite qui va lancer la carrière de Florent Serra
Ljubicic en 2010
La balle de match entre Nadal et Federer en 2012
La finale 2015 entre Djokovic et Federer