La folle semaine d'Ivan Ljubicic

Entre 2004 et 2017, le tournoi d’Indian Wells n’a connu que 4 vainqueurs différents : Roger Federer et Novak Djokovic se sont imposés chacun 5 fois alors que Rafael Nadal a soulevé le trophée à 3 reprises… il manque donc un joueur ! Murray ? Non ! Wawrinka ? Non plus ? Del Potro ? Roddick ? Et non ! Aucun de ceux-là ! C’est en 2010 que le miracle s’est produit ! En tête du classement mondial, Federer était éliminé dès le 3ème tour par Marcos Baghdatis dans un match épique ! Le Chypriote allait d’ailleurs le payer, battu au tout suivant par Robredo. Mais le futur vainqueur de cette édition, tel un symbole, allait empêcher Nadal et Djokovic de profiter de la défaite prématurée de Federer… Car c’est bien Ivan Ljubicic, actuel entraîneur de Roger Federer, qui a décroché son 10ème et ultime titre de sa carrière sur cette édition d'Indian Wells, en éliminant Djokovic, Nadal pour finalement triompher face à Andy Roddick sur un double tie-break en finale. Retour sur le superbe parcours du Croate.

Versé dans la 2e partie de tableau qui prédit un affrontement dantesque (déjà à l’époque) en demi-finale entre Rafael Nadal (3e) et Novak Djokovic (2e), Ivan Ljubicic est exempté du 1er tour grâce à son statut protégé de tête de série numéro 20 du tournoi. Il affronte au 2e tour l’Américain Ryan Harrison, 284e au classement ATP et qui se révèle être un bon test pour le Croate. Ljubicic se montre solide sur ses jeux de service, claquant 8 aces avec 75% de 1re balle. Il ne sera breaké qu’une fois et s’impose finalement en 2 sets (6-2/7-6).

Au 3ème tour, il affronte l’obscure Bryan Dabul, joueur de poche (1,70m) argentin qui a crée la surprise en sortant Gilles Simon au tour précédent. La puissance de Ljubicic ne laisse cependant guère de place au suspens. 17 aces, 4 breaks et l’affaire est pliée en 2 sets et 1h20 de match (6-2/6-3).

Ljubicic a été particulièrement bien inspiré de raccourcir les débats face à Dabul puisque ensuite, c’est une montagne qui attend le Croate. Il y a 10 ans, Novak Djokovic faisait déjà office d’épouvantail au même titre que ses deux comparses du Big Three. Sauf que la donne a changé la veille pour le potentiel futur vainqueur du tournoi : Federer est en effet tombé, vaincu par Baghdatis. Djoko est n°2 mondial et se positionne comme favori numéro 1. La demi-finale qui l’attend en principe contre Nadal sera une finale avant l’heure et peu de monde ne donne, ne serait-ce qu’une petite chance à Ljubicic. En effet, hormis une victoire sur moquette en 2006, Djokovic aura remporté 7 de ses 8 duels en carrière face au Croate. Avant ce match, Nole reste sur 5 victoires d’affilées ! La tâche s’annonce quasi-impossible pour le Croate qui n'a réussi à prendre qu'un seul set au Serbe durant ses 5 matches… et pourtant, 1h45 plus tard, c’est bien Ljubicic qui va sortir vainqueur de ce match, s’appuyant une nouvelle fois sur un service très costaud (13 aces, aucune double faute) et sur une gestion des points importants impressionnante, d’autant plus face à un adversaire comme Djokovic ( 6 balles de break sauvées sur 7). Deux sets vont suffire au Croate pour écarter le Serbe (7-5/6-3) et créer la 2e grosse surprise du tournoi. Privé des deux meilleurs joueurs du monde de l'époque, la voie est libre pour Nadal. Roddick et Murray se positionnent en outsider sérieux pour le titre.

Malgré un match compliqué en huitièmes de finale face John Isner (7-5/3-6/6-3), le taureau de Manacor se rassure en quarts de finale face à Thomas Berdych en 2 sets et personne n'imagine Juan Monaco ou Ivan Ljubicic poser des problèmes à Rafa en demi-finale. Sur cette rencontre, Ljubicic va montrer deux visages. D'abord hésitant et irrégulier lors du 1re set, le Croate le laisse filer. Mais alors qu’on pouvait penser que Ljubicic aurait beaucoup de mal à renverser la vapeur, c’est tout le contraire  qui va se passer. Le Croate ne rate plus rien comme face à Djokovic et lamine finalement Monaco dans les 2 derniers sets pour rejoindre Nadal en demi-finale (4-6/6-2/6-1).

Et cette demi-finale va tenir toutes ses promesses. Le lendemain de ses 31 ans, le Croate a l'occasion de s'offrir le plus beau des cadeaux d'anniversaire, une première finale en Masters 1000. Malgré la perte du premier set, souvent synonyme de défaite face à Rafa, le Croate va parvenir à renverser l'Espagnol et s’imposer en trois manches (3-6/6-4/7-6) ne laissant qu’un seul point au numéro deux mondial dans le tie-break décisif. Alors qu'il restait sur 5 défaites consécutives face à Rafa (dont une frustrante au jeu décisif du 5ème set en finale du Master 1000 de Madrid en 2005), Ljubicic va mettre fin à cette série face à l’Espagnol. Malgré une qualité de première balle moins performante que d'habitude (58% de réussite), il va réussir l'exploit de battre Rafa en sauvant notamment 7 balles de break et en claquant 17 aces. Battre deux membres du top 5 dans le même tournoi n'est pas donné à n'importe qui, surtout quand il s'agit de Nadal et Djokovic. Cette prouesse va lui permettre de disputer donc sa première et unique finale en Masters 1000 de sa carrière.

En finale, Ivan Ljubicic va de nouveau être en position d'outsider. D'abord parce qu'Andy Roddick mène 9 à 3 dans les confrontations. Ensuite parce que le match se joue sur le sol américain où Roddick a remporté 22 titres durant sa carrière. L'expérience de l'ancien numéro un mondial (5 titres et 4 finales en Masters 1000, tous sur le continent nord-américain) donne sur le papier peu de chance au Croate. D'autant plus que ce tournoi d'Indian Wells manque au palmarès de l'Américain. Mais Ljubicic n'avait pas réalisé un tel tournoi en sortant deux des trois meilleurs joueurs du monde pour échouer en finale.

Dans cette finale, aucun des deux joueurs ne va réussir à breaker : 3 occasions manquées pour Ljubicic mais 6 pour Roddick qui va s'incliner 7-6/7-6 et ressortir forcément frustré de cette finale où les deux joueurs ont remporté 84 points chacun... La disette ou malédiction américaine en Californie avait une chance de prendre fin en ce mois de mars mais André Agassi est encore aujourd'hui le dernier vainqueur américain à Indian Wells (2001).

Finalement, quand on regarde le bilan de Ljubicic en carrière à Indian Wells (20 victoires pour 8 défaites), on se dit que ce n'est un hasard de l'avoir vu soulever ce trophée.

Avec Alex Corretja (vainqueur en 2000), le Croate est le seul joueur dans l'histoire du tournoi depuis sa création en 1987 à avoir remporté le titre sans faire partie du top 20 mondial. Ils étaient tous les deux à la 26ème place mondiale à l'entame du tournoi...

Ci-dessous, la finale en intégralité