Après 9 semaines de compétition, les premiers enseignements peuvent être tirés à propos de l'état de forme des joueurs. Mais la crise sanitaire du Covid-19 qui confine désormais la moitié de la planète a mis en pause le circuit. On ignore comment les joueurs vont reprendre, si la bonne dynamique de certains sera brisée ou si au contraire d'autres vont se relancer. Durant ces deux premiers mois, la jeunesse a montré de belles choses au milieu des habituels cadors. En cinq épisodes, nous allons revenir avec nos consultants sur les joueurs qui ont marqué ce début de saison.

Dans les talons du top 20 mondial au classement de la Race (disponible en cliquant ici), deux joueurs ont réussi à se relancer après un second semestre 2019 très en-dessous de leurs objectifs : Taylor Fritz et Kyle Edmund.

Grand espoir de la nouvelle génération, Taylor Fritz incarne la relève du tennis américain. Pourtant, il restait sur une série de 18 défaites pour seulement 9 victoires depuis ses deux finales à Atlanta et Los Cabos l'été dernier. Nous avions réalisé un portrait de lui en fin de saison dernière (https://tennisbreaknews.com/2019/12/03/fritz-le-tennis-dans-le-sang/). Excellent serveur grâce à sa grande taille (1m93), il a crée la surprise à Acapulco en se hissant en finale. Impuissant face à Nadal, son niveau de jeu affiché face à Isner, Millman ou encore Humbert a rassuré son clan. Écarté du top 30 depuis le mois d'octobre dernier, il est revenu aux avant-postes (24ème mondial). L'Américain vise un titre en ATP 500 cette saison : "C'est énorme pour moi d'être arrivé en finale à Acapulco, dans un tournoi que j'adore. Je veux être meilleur dans les grands tournois cette année. J'espère pouvoir maintenir ce niveau de jeu pour la suite de la saison."

L'avis de Florent Serra sur Taylor Fritz :
"Je trouve qu'il a du punch ce joueur. Il sert très bien et côté coup droit, il arrive à faire avancer sa balle très vite. Il peut jouer correctement sur terre battue, en tout cas, il avait fait des progrès en 2019 et je me souviens notamment d'un très bon tournoi qu'il avait réalisé à Lyon. Fritz peut vraiment poursuivre sa progression et s'installer dans le top 20 mais à condition qu'il soit régulier dans ses performances. Parfois, il donne l'impression de ne pas avoir envie de jouer. Il a 22 ans, il est jeune et il peut très bien être top 10 dans 10 ans. Le potentiel est là en tout cas. Il a encore des progrès à faire notamment physiquement pour tenir dans les grands matches et aussi dans sa qualité de déplacement."

Lui aussi avait fini 2019 dans le doute avec une série de 8 défaites consécutives entre Montréal et Paris Bercy. Mais Kyle Edmund a entamé un rebond dans la capitale française et confirmé ensuite lors de la Coupe Davis. C'est donc revigoré, bien que mal classé (69ème), que le Britannique a attaqué 2020. Et c'est à New York qu'il est parvenu à remporter son deuxième titre en carrière. Avec un service retrouvé et un coup droit bien réglé, l’Anglais s'est permis de dominer également Félix Auger-Aliassime à Acapulco. L'ancien 14ème mondial est de retour dans le top 50 mondial (22ème à la Race). Si cette mise en sommeil du circuit ne rompt pas sa dynamique, il pourrait être l'un des hommes forts de la deuxième partie de saison.

L'avis de Florent Serra sur Kyle Edmund :
"Avec sa qualité de jeu, sa place est dans le top 20 mondial. Côté coup droit, il a une balle lourde qui tourne avec une prise un petit peu fermée. Il est moins à l'aise quand son adversaire arrive à lui prendre du temps. Mais il est solide au service et il se déplace bien quand il est affûté physiquement. Il a repris de la confiance depuis Bercy, c'est un bon joueur. Mais pour entrer dans le top 10, ça me paraît compliqué, il a encore quelques lacunes techniques notamment en coup droit. Et il peut avoir des difficultés dans les matches en 5 sets. Il doit faire évoluer son jeu vers l'avant notamment au filet mais il est assez complet sur toutes les surfaces et c'est pourquoi je le vois bien à terme être capable de s'installer dans le top 20."

Autre joueur qui avait disparu des radars en 2019 et qui a repointé le bout de sa raquette en ce début 2020 : Milos Raonic. Aujourd'hui à son meilleur classement (30ème) depuis octobre dernier, il n'était jamais resté aussi longtemps en dehors du top 30 mondial depuis ses vrais débuts en pro en 2011. La faute à de multiples blessures ces derniers mois qui ne lui ont permis de remporter que trois petits matches sur le second semestre 2019. Le bombardier canadien a fait parler de lui en ce début de saison à l'Open d'Australie, en éliminant le Grec Tipsipas. Lorsque sa première balle est en place, il reste un joueur difficile à battre sur les surfaces rapides, sa finale à Wimbledon en 2016 et ses 8 titres en carrière (tous sur dur) sont là pour le rappeler. Il est 17ème à la Race.

L'avis de Florent Serra sur Milos Raonic :
Si physiquement ça tient, il peut retrouver son meilleur niveau. On a vu en Australie qu'il pouvait battre des très bons joueurs comme Tsitsipas ou Cilic. Avec son service et sa puissance du fond du court, c'est un très bon joueur. Il fait partie de ces joueurs capables de bien jouer dans les grands tournois et je suis persuadé qu'il peut continuer à remonter au classement. Il a repris confiance en son corps sur ces deux premiers mois de compétition. Il est malheureusement habitué depuis plusieurs saisons à ne pas jouer pendant plusieurs mois donc cette coupure va beaucoup moins l'handicaper que d'autres joueurs habitués à enchaîner les matches et les tournois et qui ont besoin de compétition pour rester en jambes. Lui sera capable à la reprise de très rapidement retrouver un bon niveau d'autant plus que son style de jeu basé principalement sur son service est facile à remettre en place.