Les changements de coach sont régulièrement une source potentielle de conflit et il peut arriver que celui évincé en garde une certaine rancœur.

C'est le cas de Gunther Bresnik, ancien coach de Dominic Thiem de 2001 à 2019. Entraîneur depuis les années 80, il a coaché 27 joueurs du top 100 (dont Boris Becker, Henri Leconte, Ernests Gulbis et Stefan Koubek) mais sa collaboration avec le prodige autrichien qu'il a pris sous son aile à l'âge de 8 ans semble totalement à part, si bien qu'il en a même écrit un ouvrage en 2016, « The Dominic Thiem method» où il décrit sa stratégie qu'il a mise en place pour faire du natif de Wiener Neustadt (à 50 km au sud de Vienne) un des éléments les plus prometteurs du tennis mondial.

Entraîneur rude et exigeant, faisant cravacher son poulain de 8h le matin à 8h le soir, il se distinguait par des méthodes inhabituelles. Il mettait des poids autour de la taille de son ancien protégé, l'emmenait dans la forêt et le faisait courir ainsi jusqu'à la maison. Il se justifiait ainsi : « Vous ne réussirez jamais dans le sport si vous êtes mou physiquement et mentalement. »

Dominic Thiem a longtemps trouvé son compte avec son mentor, qu'il considérait comme le coach parfait pour lui. Mais depuis leur séparation en avril 2019 et la collaboration de l'Autrichien avec Nicolas Massu, le divorce a été consommé.

L’entraîneur autrichien a tout d'abord réagi, dans les colonnes du site autrichien Laolat à propos du report de Roland Garros : "C'est en fait une distorsion de la concurrence", explique Bresnik. "Si un agriculteur perd sa récolte en été à cause de la grêle, il ne peut pas la rattraper à l'automne. Il doit tout recommencer."

Il s'est ensuite épanché sur la fin de sa collaboration avec Dominic Thiem, et ce, de manière particulièrement acerbe...

« Chaque jour, les choses telles qu'elles se sont déroulées deviennent plus claires pour moi. La fidélité, les valeurs, l’honnêteté... Il n'y a pas grand-chose de tout cela. Vous ne pouvez pas faire cela à quelqu'un à qui vous devez tout. Je ne suis pas rancunier mais je me suis senti trompé. Sans moi, le père de Thiem serait un entraîneur de club à Seebenstein et Dominic serait encore un joueur naviguant en Futures. »[1]

Ces mots n'ont pas été bien accueilli par Dominic Thiem, qui a tenu à répondre :

« Il est déplorable qu'il parle mal de moi et de ma famille en public pour une raison quelconque, qui plus après tant d'années de succès ensemble. Lorsqu'il se plaint d'un éventuel manque de respect, quand il dit que je lui dois tout et qu'il est sérieux quand il dit que je serais un joueur en Futures sans son aide, je me demande vraiment s'il n'a pas développé la folie des grandeurs. Ou s'il n'a tout simplement aucune forme de respect envers mon père et moi ».


[1]https://www.laola1.at/de/red/sport-mix/tennis/atp/news/ex-coach-guenter-bresnik-rechnet-mit-wolfgang-und-dominic-thiem-ab/